Le port du masque est vivement recommandé, voire obligatoire dans certains lieux publics, pour limiter la propagation du COVID-19. Et cela semble être une mesure plus que nécessaire, selon l’expérience réalisée par des chercheurs de l'Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales (USA) dont les résultats sont parus dans la revue PNAS.

Une parole forte pourrait conduire à la projection de plus de 1000 gouttelettes contaminées. Par ailleurs, si la discussion a lieu dans un lieu fermé, ces microgouttelettes pourraient, selon leurs estimations, rester suspendues dans l’air pendant au moins 8 minutes.

Dans le cadre de leur expérience, les scientifiques ont demandé à une personne de parler dans une boite fermée. Elle devait prononcer à voix forte «Stay healthy» (portez-vous bien) pendant 25 secondes. Un laser comptabilisait toutes les gouttelettes qui le traversait. Ils ont ensuite pris en compte la concentration connue du coronavirus dans la salive pour effectuer leur calcul.


Coronavirus : la parole peut être un vecteur de contamination

Jusqu’à présent, les principaux vecteurs de contamination connus étaient les postillons issus de la toux et des éternuements. L’équipe écrit dans son article "Cette visualisation directe démontre que la parole normale génère des gouttelettes dans l'air qui peuvent rester en suspension pendant des dizaines de minutes ou plus, et sont éminemment capables de transmettre une maladie dans un espace confiné".

Les résultats de ces travaux pourraient aider à expliquer l’importante contagiosité du SARS-COV-2, mais également convaincre les plus réfractaires de l'intérêt du port du masque.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

The airborne lifetime of small speech droplets and their potential importance in SARS-CoV-2 transmission, PNAS, 13 mai 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.