En décembre 2019, les français entendent pour la première fois parler du Covid-19, un virus qui commence à sérieusement sévir en Chine. En effet, chaque jour, le nombre de morts augmente de manière inquiétante. En février 2020, le Covid-19 fait sa première victime dans l’hexagone.

La situation devient incontrôlable et pour tenter d’endiguer au mieux la pandémie, le monde entier est placé en confinement. Malgré toutes les mesures prises pour ralentir le virus, et l’arrivée du vaccin, le Covid-19 sévit encore. Et certains doivent faire face à une autre conséquence, le Covid long. Comme le rapporte le site Ameli, un Covid est considéré comme long quand les symptômes sont présents plus de quatre semaines. Les personnes touchées peuvent ressentir une grande fatigue, une détresse respiratoire, des douleurs thoraciques ou articulaires, des problèmes oculaires ou encore des troubles digestifs.

Covid long : des dommages sur la santé mentale

Mais un autre symptôme est souvent délaissé, celui concernant la santé mentale. Le jeudi 18 août 2022, l’université d’Oxford a dévoilé une nouvelle étude qui explique que des personnes contaminées par le Covid-19 peuvent rencontrer des problèmes de santé mentale même deux ans après : “Le risque de développer des troubles épileptiques, un brouillard cérébral, une démence et d'autres problèmes de santé mentale reste élevé deux ans après s'être remis du Covid-19". "Les risques de troubles psychiatriques courants sont revenus à la valeur initiale après 1 à 2 mois (troubles de l'humeur à 43 jours, troubles anxieux à 58 jours) et ont ensuite atteint une incidence globale égale à celle du groupe de comparaison apparié (troubles de l'humeur à 457 jours, troubles anxieux à 417 jours). En revanche, les risques de déficit cognitif (connu sous le nom de brouillard cérébral), de démence, de troubles psychotiques et d'épilepsie ou de convulsions étaient encore augmentés à la fin de la période de suivi de 2 ans” explique l’étude. Mais cette dernière fait également part de ses limites : “On ne sait pas à quel point ces troubles sont graves ou durables. On ne sait pas non plus quand ils ont commencé, car les problèmes peuvent être présents pendant un certain temps avant qu'un diagnostic ne soit posé. Les cas non enregistrés de COVID-19 et les vaccinations non enregistrées introduisent une certaine incertitude dans les résultats”.

Sources

https://www.ox.ac.uk/news/2022-08-18-increased-risk-some-neurological-and-psychiatric-disorders-remains-two-years-after

https://www.ameli.fr/assure/covid-19/symptomes-gestes-barrieres-cas-contact-et-isolement/covid-long-symptomes-prolonges-du-covid-19/covid-long-symptomes-prolonges-covid-19

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.