Sommaire

Ce n’est plus un secret : le Covid-19 aurait le pouvoir de s’attaquer à notre cerveau. Plusieurs études scientifiques vont dans ce sens. On cite le cas d’une patiente atteinte par le coronavirus présentant une encéphalopathie hémorragique aiguë nécrosante (cf. revue Radiology), ou encore les cas de plusieurs personnes victimes de myopathie, AVC, hémorragies cérébrales, épilepsie (cf. JAMA Neurology).

L’atteinte neurologique par le Covid-19 a également été confirmée par Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, lors de son point presse du 20 avril 2020. "Il y a plusieurs semaines, je vous avais exposé la notion d'anosmie et d'agueusie [la disparition de l'odorat et du goût, ndlr]. Ce sont des atteintes neurologiques, puisque ce sont des nerfs qui déterminent le goût et l'odorat, a expliqué le Pr Salomon, interviewé par Medisite en direct. Cela s'explique par l'attaque du virus sur les fosses nasales et donc on avait cette explication, qui est que, quand le virus est présent dans la sphère ORL, il peut attaquer ses nerfs et donner ces symptômes".

La perte de ces deux sens s'expliquerait par la capacité du Covid-19 à s'attaquer à notre système nerveux, en endommageant les zones traitant les informations olfactives (relatives à l'odorat).

En outre, d'autres symptômes peuvent révéler une atteinte cérébrale par le coronavirus. On pense notamment au syndrome de Guillain-Barré, également identifié par plusieurs chercheurs dans le contexte du Covid-19.

Covid-19 : qu’est-ce-que le syndrome Guillain-Barré ?

Alors que la plupart des patients atteints de Covid-19 développent des symptômes banals comme de la fièvre, une toux, de la fatigue, une gêne respiratoire, il apparaît que chez certains patients, la maladie peut se présenter sous une forme neurologique.

Un cas a été rapporté par des neurologues chinois, du Central Hospital de Jingzhou et du Ruijin Hospital de Shanghai (cf. revue The Lancet le 1er avril). Ces derniers ont identifié un syndrome de Guillain-Barré chez une femme de 61 ans, atteinte par le coronavirus. Contre toute attente, les symptômes ont commencé par ce syndrome.

Le 23 janvier, la sexagénaire aurait présenté une faiblesse aiguë dans les deux jambes ainsi qu’une fatigue importante. Elle revenait de Wuhan quatre jours plus tôt. Elle ne présentait ni fièvre, ni toux, ni douleurs thoraciques, ni diarrhée. L'auscultation pulmonaire n'a montré aucune anomalie. Toutefois, l’examen neurologique révèle une faiblesse musculaire et une absence de réflexes aux deux jambes et aux pieds. Trois jours après son hospitalisation, les symptômes progressent. Et c’est seulement au bout de huit jours que la toux et la fièvre se manifestent.

"Elle a reçu un diagnostic de syndrome de Guillain-Barré", résument les scientifiques.

Au sein du New England Journal of Medicine, une étude indique qu'entre le 28 février et le 21 mars, trois hôpitaux du nord de l’Italie ont rapporté les cas de cinq patients ayant présenté des symptômes probablement causés par Guillain-Barré.

Syndrome de Guillain-Barré : quand vos défenses immunitaires s’en prennent à votre système nerveux

Le syndrome de Guillain-Barré se manifeste lorsque le système immunitaire du patient attaque le système nerveux périphérique. Il est souvent déclenché par une infection – bactérienne ou virale – ou plus rarement par la vaccination ou une intervention chirurgicale, décrit l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

"Le syndrome peut atteindre les nerfs qui commandent les mouvements musculaires, ainsi que ceux qui transmettent les sensations douloureuses, thermiques et tactiles. Il peut ainsi entraîner une faiblesse musculaire et la perte de sensation dans les jambes et/ou les bras", ajoute l’OMS.

Syndrome de Guillain-Barré : êtes-vous à risque ?

Il s’agit d’une maladie rare. "Bien qu’elle puisse toucher les personnes de tout âge, elle est plus fréquente à l’âge adulte et chez les sujets de sexe masculin, détaille l’OMS. Dans les pays touchés par l’infection au virus Zika, on a observé une augmentation inattendue du nombre de cas de syndrome de Guillain-Barré".

Les cas les plus sérieux peuvent entraîner une paralysie quasi-complète. Heureusement, la plupart des personnes atteintes par ce syndrome se rétablissent pleinement, et ce, même dans les cas les plus graves.

Covid-19 : quels sont les symptômes d’un syndrome de Guillain-Barré ?

Covid-19 : quels sont les symptômes d’un syndrome de Guillain-Barré ?© Istock

Le syndrome de Guillain-Barré est une pathologie qui se manifeste lorsque votre système immunitaire considère vos nerfs périphériques comme "étrangers", et les attaque. Un phénome qui pourrait se produire lors de l’infection au coronavirus, comme le soulèvent plusieurs études mentionnées précédemment. Quels sont les symptômes observés chez les patients atteints du Covid-19 ?

Syndrome de Guillain-Barré : l’aréflexie et la paresthésie comme premiers symptômes

Parmi les symptômes du syndrome de Guillain-Barré, on retrouve dans un premier temps une aréflexie (absence de réflexes), des paresthésies (picotements) et, dans certains cas, une faiblesse faciale et une ataxie (mauvais équilibre).

"Les premiers symptômes du syndrome de Guillain-Barré se manifestent comme une faiblesse ou des picotements qui, généralement, débutent dans les jambes et peuvent se propager dans les bras et le visage", détaille l’OMS.

Chez certains patients, ces symptômes peuvent évoluer et entraîner une paralysie des jambes, des bras ou des muscles du visage. "Chez 20 à 30 % des patients, on observe une atteinte des muscles thoraciques, rendant la respiration difficile", selon l’OMS.

Pour les cas les plus graves, la capacité à parler et à déglutir peuvent être touchées. Ces cas sont considérés comme exposés à un risque vital et doivent être traités dans des services de soins intensifs.

Syndrome de Guillain-Barré : comment il s’est manifesté chez les cas de Covid-19

Les patients victimes du Covid-19 et concernés par le syndrome de Guillain-Barre ont tendance à échapper à la fièvre, à la toux et à l’essoufflement (symptômes courants en cas de coronavirus). C’est en tout cas ce qui a été relevé par les scientifiques. Les symptômes de Guillain-Barré semblent être apparus en premier.

Chez une patiente revenant de Wuhan et âgée de 61 ans, les examens sanguins ont montré une lymphopénie (faible taux de lymphocytes, un type de globules blancs) et une thrombopénie (une diminution du nombre des plaquettes). Puis, l’examen neurologique a révélé une faiblesse musculaire et une absence de réflexes aux deux jambes et aux pieds.

Par ailleurs, plusieurs patients italiens atteints par le Covid-19 ont subi, en premier, la faiblesse dans les jambes, les picotements et la faiblesse faciale. Puis, les choses ont dégénérées : ils ont souffert de paralysie des quatre membres.

Covid-19 : en combien de temps se manifeste le syndrome de Guillain-Barré ?

Les symptômes de Guillain-Barré peuvent apparaître dans les cinq à dix jours suivant l'apparition des premiers symptômes COVID-19 courants, selon les chercheurs. Si tant est qu’ils apparaissent. Chez les patients italiens mentionnés ci-dessus, les symptômes neurologiques ont empiré deux jours après cette période.

Or, chez la patiente de 61 ans, les symptômes ont débuté par le syndrome de Guillain-Barré. Ce n’est qu’une semaine plus tard, que toux et fièvre sont survenues. Encore une fois, on constate que chaque cas est unique.

Les symptômes de Guillain-Barré durent généralement quelques semaines, et la majorité des patients se rétablissent sans présenter de complications neurologiques graves à long terme, soutient l’OMS.

Syndrome de Guillain-Barré : comment se sont rétablis les patients atteints par le Covid-19 ?

Syndrome de Guillain-Barré : comment se sont rétablis les patients atteints par le Covid-19 ?© Istock

Syndrome de Guillain-Barré et Covid-19 : il est possible de remarcher indépendamment

Les cinq patients italiens, atteints de Covid-19 et concernés par le syndrome de Guillain-Barré, se sont vus administrer une immunoglobuline thérapeutique afin de stimuler leur réponse immunitaire. Un de ces patients a été traité par la thérapie plasmatique convalescente (technique consistant à soigner les malades avec des prélèvements sanguins de personnes déjà rétablies par le Covid-19).

En raison de la nature auto-immune du syndrome de Guillain-Barré, sa phase aiguë est généralement traitée par immunothérapie, par une plasmaphérèse visant à éliminer les anticorps du sang ou par l’injection d’immunoglobulines intraveineuses, détaille l’OMS.

Un mois après le début du traitement, "deux patients sont restés dans l'unité de soins intensifs, deux suivaient une thérapie physique en raison d'une paraplégie flasque et avaient un mouvement minimal des membres supérieurs, et un avait reçu son congé et était capable de marcher indépendamment ", selon le rapport.

Syndrome de Guillain-Barré et Covid-19 : la force musculaire devrait revenir à la normale

Quant à la patiente de 61 ans, revenue de Wuhan, elle a été transférée en chambre d’isolement et a reçu des antiviraux. Son état clinique s’est progressivement amélioré. A sa sortie d’hôpital, 30 jours après son admission, la force musculaire des membres supérieurs et inférieurs est revenue à la normale. Les tests nasopharyngés de détection du SARS-CoV-2 étaient alors négatifs.

Syndrome de Guillain-Barré : un risque de complications mortelles

"La plupart des malades se rétablissent pleinement, même dans les cas les plus graves, bien qu’une faiblesse puisse persister chez certains", avertit l’OMS.

Hélas, même dans les meilleurs contextes sanitaires, 3 % à 5 % des patients atteints du syndrome de Guillain-Barré décèdent de complications de la maladie, telles qu’une paralysie des muscles de la respiration, une septicémie, une embolie pulmonaire ou un arrêt cardiaque.

Syndrome de Guillain Barré : est-on passé à côté chez certains cas de Covid-19 ?

Syndrome de Guillain Barré : est-on passé à côté chez certains cas de Covid-19 ?© Istock

Le Dr Sami Saba, neurologue au Lenox Hill Hospital de New York, a reconnu que "de nombreuses infections peuvent être des déclencheurs du syndrome de Guillain-Barré, il n'est donc pas tout à fait surprenant que nous voyions des cas associés au nouveau coronavirus".

Syndrôme de Guillain Barré : difficile à déceler chez les patients sédatés

En outre, ce dernier a souligné que parce que de nombreux patients atteints du Covid-19 sont encore en soins intensifs sous sédation et sous ventilation mécanique, il est difficile de dire si leurs membres fonctionnent comme ils le devraient. Traduction : un certain nombre de patients victimes du coronavirus se trouvant dans un état grave ont potentiellement développé un syndrome de Guillain-Barré, sans qu’il n’ait été détecté.

"Dans ces cas, la faiblesse et la perte sensorielle peuvent être très difficiles à identifier si les patients ne sont pas éveillés, bougent leurs membres ou sont capables de vous dire ce qu'ils vivent", a expliqué le Dr Saba. Cependant, puisque Guillain-Barré peut affecter les muscles qui nous aident à respirer, il serait très important d’envisager ce diagnostic chez ceux qui ont du mal à se détacher du ventilateur, surtout si leur fonction pulmonaire semble se rétablir".

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

Syndrome de Guillain-Barré, OMS, 2016

Syndrome de Guillain-Barré associé à une infection par le SRAS-CoV-2: causalité ou coïncidence?, The Lancer, 1 avril 2020

New England Journal of Medicine, 17 avril 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.