Sommaire

Alors que la date du déconfinement approche, Emmanuel Macron a annoncé que les Français devront être munis d'un "masque grand public" lors de leurs sorties. De nombreux experts appellent d'ailleurs à généraliser cette pratique.

Le Président de la République indiquait dans son allocution qu'au sortir du confinement strict, l'État, "en lien avec les maires, devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public". Lors d'un point presse qui s'est déroulé le 19 avril, Edouard Philippe et Olivier Véran ont confirmé que le gouvernement se pencherait sur "un élargissement de la politique de distribution de masques".

En vue du déconfinement prévu le 11 mai prochain, la France devra donc produire des millions de masques, appelés "masques grand public". Ces derniers seront, a priori, obligatoires dans les transports en commun, toujours selon le discours du Chef d'État. Mais qu'est-ce que le masque grand public ? Comment se distingue-t-il des autres ? Est-il possible de le fabriquer soi-même ?

"Masque grand public" : à quoi doit-il ressembler pour vous protéger du Covid-19 ?

Avec le matériel adéquat, vous pouvez le réaliser seul, à la maison, comme l'explique l'association Afnor, spécialisée dans les normes. Téléchargez et imprimez le patron ainsi que le guide de confection.

"AFNOR met à disposition gratuitement un référentiel pour faciliter et accélérer la fabrication en série ou artisanale d’un nouveau modèle de masque, dit masque barrière", annonce l'organisation. Ce dernier a pour but de protéger la population saine, mais n'exonère pas pour autant des indispensables gestes barrières face au Coronavirus.

"La pénurie de masques chirurgicaux et FFP2 a suscité la multiplication de tutoriels et patrons pour la confection de masques de protection, rappelle Afnor. Devant ce florilège de conseils et de modèles aux qualités hétérogènes et parfois douteuses, AFNOR a pris l’initiative de capitaliser sur une expertise collective de premier plan en produisant un document de référence proposant des exigences à satisfaire pour fabrication de nouveaux masques", à destination des industriels mais aussi des particuliers.

À l'aide de textiles comme le coton, polyamide ou viscose, vous pouvez donc, vous aussi, fabriquer votre propre masque barrière.

Masque grand public : pour qui ?

Un masque barrière est destiné à l'usage des personnes saines ne présentant pas de symptômes cliniques d'infection virale et n'étant pas en contact avec des personnes présentant de tels symptômes, répond clairement Afnor.

Son port se limite à une demi-journée et constitue une barrière de protection contre une éventuelle pénétration virale par la bouche ou le nez.

"L'utilisation du masque est envisagé par exemple pour une personne quittant son domicile pour se rendre sur le lieu d'exercice de l'activité professionnelle ou pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés", affirme encore Afnor.

Masque grand public : à quoi doit-il ressembler ?

Un masque barrière doit couvrir le nez, la bouche et le menton. Il doit pouvoir être étroitement ajusté sur ces parties pour assurer une étanchéité suffisante vis-à-vis de l'atmosphère ambiante au niveau du visage de l'utilisateur, lorsque sa peau est sèche ou humide, ou lorsqu'il bouge la tête.

"Le masque barrière est une monocouche ou composite multicouche fait d'étoffes (tissu, non-tissé, tricot...) avec ou sans film, décrit Afnor. Il comporte un dispositif d'ajustage sur la tête de l'utilisateur".

Le masque peut avoir différentes formes et structures. Via ce lien, vous avez la possibilité de télécharger un guide de confection en images, avec un patron à imprimer pour réaliser le masque.

Le "masque grand public", un masque non médical

Le "masque grand public", un masque non médical© Istock

Le "masque grand public" ou "masque alternatif" est décrit par l’Académie de médecine dans un avis publié le 02 avril. Il s'agit de masques qui peuvent être utilisés par les citoyens pour se protéger en limitant la projection de postillons infectieux lors des déplacements autorisés. L'intérêt de cette protection généralisée ? Les personnes asymptomatiques peuvent transmettre le coronavirus sans le savoir, juste en parlant. Ces masques permettent donc de réduire la transmission, et ce, même les personnes ne présentant pas de symptômes.

Edouard Philippe et Olivier Véran ont affirmé que la France allait bientôt produire 17 millions de ces masques chaque semaine.

"Masques grand public et masques chirurgicaux : quelle différence ?

Il faut garder en tête que ces masques "grand public" sont réservés à un usage non médical. Ils sont à distinguer des masques chirurgicaux et FFP2 car ils ne protègent pas contre des particules en suspension dans l’air, qui pourraient contenir des agents infectieux.

Les masques chirurgicaux et FFP2 sont, en effet, plus efficaces car plus filtrants. Or, ils doivent être réservés aux soignants et aux professionnels les plus exposés.

Qui va distribuer ces "masques grand public" aux Français ?

Les "masques grand public" seront probablement distribués via les collectivités locales ou la grande distribution, gratuitement. Mais cette information n’est pas encore confirmée. Invité sur RTL le 15 avril dernier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, assurait que le ministère de L'Économie travaillait sur cette question : "il faudra voir le ministère de l’Économie et des Finances, et notamment Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, ndlr)", si l'on reprend ses propos.

Les "masques grand public", lavables et réutilisables

Plusieurs grandes entreprises œuvrant dans le secteur de la mode et du textile, dont la production tourne au ralenti à cause du contexte, se mobilisent et reconvertissent leurs chaines de fabrication pour produire ces masques alternatifs. Leurs prototypes de masques doivent respecter les critères Afnor et sont soumis à validation des autorités.

Olivier Véran a également précisé que ces masques grand public "auront la capacité d'être lavables et donc d'être utilisables plusieurs fois". Afnor, de son côté, recommande aux fabricants de faire en sorte que le "masque barrière résiste à cinq cycles de lavage au minimum". Ce cycle correspond à une durée minimale de 30 minutes avec un lavage à 60 degrés minimum.

Masques grand public : quelques précautions à prendre

Masques grand public : quelques précautions à prendre © Istock

Le masque grand public ne doit pas vous empêcher de respirer

Le masque grand public peut être confectionné à l'aide de textiles tels que le coton, polyamide ou viscose. "C'est toujours au minimum du deux couches, et le plus souvent du trois couches" explique Olivier Peyrat, directeur général de l'Afnor. La respirabilité est un élément très important, c'est-à-dire que si le masque est très efficace, mais tellement efficace qu'il empêche le porteur de respirer, ce n'est pas bon du tout" précise-t-il.

Attention aux matériaux irritants

Les matériaux utilisés et susceptibles d'entrer en contact avec la peau de l'utilisateur ne doivent pas présenter de risques connus d'irritations ou d'effets indésirables pour la santé.

3 trucs à ne surtout pas utiliser pour faire votre masque en tissu3 trucs à ne surtout pas utiliser pour faire votre masque en tissuIl y a de grandes chances que le déconfinement passe par le port d’un masque “grand public”, c’est-à-dire en tissu. Mais attention lors de la fabrication de votre propre protection, certains tutoriels...

Lavage : n'utilisez pas d'autres produits que la lessive habituelle

Le masque barrière doit résister à 5 lavages minimum. Il doit être conçu pour être réutilisable. Les matériaux utilisés doivent donc résister aux produits de nettoyage. "Il n'est pas recommandé d'utiliser des produits spécifiques autres que la lessive habituelle sans s'être assuré auparavant de leur non-toxicité par des résidus inhalés, et que leur utilisation ne dégrade pas les matériaux, préconise Afnor. Le cycle complet de lavage (mouillage, lavage et rinçage) doit être de 30 minutes minimum avec une température de lavage de 60°C".

Masque barrière : portez-le sur peau nue

Pour être efficace, le masque doit être utilisé correctement. "Pour cela, il est recommandé de le porter sur peau nue, assure Afnor. C'est-à-dire sans présence des cheveux au contact de la peau". Idéalement, le masque doit être mis sur une peau rasée au préalable.

Le masque n'exonère pas des gestes barrières !

Vous avez beau porter un masque, si vous ne respectez plus les gestes barrières communiqués par les autorités, il ne pourra pas être efficace.

Avant toute manipulation du masque, vos mains doivent d'ailleurs être lavées à l'eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique. En outre, avant de le réutiliser, veillez à ce qu'il ait été lavé.

Enfin, une fois que vous avez bien ajusté votre masque, ne le touchez plus avec vos mains.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Masques barrières, Afnor, 27 mars 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.