Le ministère de la Santé avait indiqué début janvier que les premières injections du vaccin de Novavax pourraient commencer début février. Le timing semble se préciser en ce vendredi 14 janvier puisque la Haute autorité de santé (HAS) a approuvé son utilisation en France pour lutter contre le Covid-19.

Novavax : un vaccin anti-Covid plus classique

Commercialisé sous le nom de Nuvaxovid, ce vaccin pourrait décider les plus réfractaires à franchir le cap. En effet, contrairement aux vaccins Pfizer et Moderna qui utilisent la technologie de l’ARN messager, ou à AstraZeneca et Johnson & Johnson qui en proposent une autre à vecteur viral, ce vaccin en utilise une bien connue et plus ancienne.

Ce cinquième sérum autorisé sur le marché français est un vaccin qui se sert d'une technique "à sous-unités protéiques". C’est un principe utilisé depuis des décennies par les scientifiques et notamment pour lutter contre la coqueluche, la méningite à méningocoque et l'hépatite B. Une seule partie du virus est injectée dans le corps pour créer la réponse immunitaire, ici la protéine Spike du Sars-CoV-2. Mais cette protéine contenue dans le vaccin n'est pas extraite du virus, elle est synthétisée en laboratoire, à laquelle s'ajoute un adjuvant pour intensifier la réponse immunitaire.

Nuvaxovid, un vaccin efficace et bien toléré

Ce vaccin se conserve entre 2 et 8 °C. Le schéma de vaccination reste classique : il nécessite l’administration de “deux doses espacées de trois semaines, par voie intramusculaire, de préférence dans le muscle du bras”, détaille la HAS. Par ailleurs, l’instance de santé considère que les données de tolérance sont satisfaisantes. “Les effets indésirables les plus fréquents sont généralement de gravité légère à modérée et de durée courte : sensibilité (69 %) et douleur (58 %) au site d’injection, fatigue (47 %), maux de tête (43 %) et malaises (37 %). Leur fréquence est plus élevée chez les adultes de moins de 65 ans”.

Par ailleurs, les données issues des différentes études mettent en évidence une “très bonne efficacité de Nuvaxovid contre les formes symptomatiques de Covid-19 (près de 90%), et en particulier contre les formes sévères avec près de 100% d’efficacité”.

Novavax : qui peut se faire vacciner ?

Au 11 janvier 2022, 90,2 % de la population éligible (soit 52,1 millions de Français) avaient reçu une primo-vaccination complète, et parmi les personnes de 18 ans et plus, près de la moitié avait reçu une dose de rappel (près de 29, 5 millions de personnes). C’est donc pour convaincre les plus réticents que cette mise sur le marché s’est accélérée. "Les personnes ayant reçu une seule dose de vaccin, quel qu'il soit, et qui refusent ou ne peuvent pas recevoir une seconde dose du même vaccin, peuvent compléter leur primo-vaccination avec le vaccin de Novavax", précise la HAS. Ce vaccin peut être administré à tous les plus de 18 ans, sauf les femmes enceintes.

Enfin, si la HAS donne son feu vert pour le vaccin de Novavax, elle recommande tout de même de privilégier les vaccins à ARN messager (Pfizer et Moderna) qui sont les “vaccins de référence dans la stratégie de lutte contre le virus”. En effet, les scientifiques manquent encore de recul concernant le vaccin Nuvaxovid, notamment en ce qui concerne son efficacité à long terme, son action contre la transmission du Sars-CoV-2 et contre les variants Delta et Omicron qui ont émergé après la fin du suivi des essais cliniques.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3309581/fr/covid-19-deux-nouvelles-alternatives-aux-vaccins-a-arnm 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.