Douleurs : 7 erreurs qui les aggravent

D’après l’Inserm, la douleur serait à l’origine d’environ deux tiers des consultations médicales. Tout le monde l’expérimente donc un jour ou l’autre, à des degrés différents. Vous pensez connaître les bons gestes susceptibles de vous soulager ? Il serait peut-être bon de vérifier si, au contraire, ils n’accentuent pas votre souffrance ! Se mettre au repos, appuyer sur la zone douloureuse, se remonter le moral à grand renfort de crème glacée… Vous commettez peut-être, sans le savoir, des erreurs qui augmentent votre mal. Medisite vous en liste sept, en images.

Douleur aiguë et chronique : quelle différence ?

Selon la définition officielle de l’association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), “la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes”. Elle est donc difficile à quantifier et à qualifier de manière objective, puisqu’elle repose sur le ressenti du patient. Néanmoins, la science les classifie en fonction de leur nature et de leur durée.

“La douleur aiguë joue un rôle d’alarme qui va permettre à l’organisme de réagir et de se protéger face à un stimulus mécanique, chimique ou thermique” explique l’Inserm. Ce stimulus peut être une brûlure, une piqûre, un coup ; qui va activer les terminaisons nerveuses réceptrices de la douleur (les nocicepteurs). Ces dernières vont immédiatement transmettre l’information au cerveau, via la moelle épinière, sous forme d’un signal électrique.

La douleur chronique persiste depuis plus de 3 mois

Lorsque la douleur persiste plus de trois mois, on dit qu’elle est chronique. “Cette sensation perd alors sa signification de signal d’alarme : la douleur n’est plus un symptôme, mais devient une maladie”, détaille l’institut de recherche. Les douleurs chroniques peuvent être inflammatoires (associées à des phénomènes d’inflammation), neuropathiques (liées à des atteintes du système nerveux central), mixtes ou nociplastiques (causées par des altérations de la nociception).

Appuyer sur la zone douloureuse

1/7
beautiful woman performs myofascial release of hyper-flexible muscles of the back with a massage ball near the wall the c...

Il est fréquent, notamment lorsqu’on a mal au dos, d’appuyer sur la zone douloureuse - avec le pouce ou une balle de tennis, par exemple. Cela fait très mal au début, puis procure une sensation de “libération”. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi, vous pouvez donc le faire si cela vous fait du bien. Néanmoins, ce soulagement n’est que ponctuel et n’a pas tellement d’efficacité à long terme. Par ailleurs, appuyer sur une zone douloureuse focalise le système nerveux sur celle-ci, ce qui peut augmenter sa sensibilité. Il vaut donc mieux viser large, en utilisant un rouleau en mousse plutôt qu’une balle de tennis, ou alors en se faisant masser tout le corps. 

En parler constamment

2/7
loving husband comfort upset offended wife, caressing and hugging her from behind, caring man make peace and reconcile wi...

Certes, il est important d’exprimer ses sentiments, en particulier si la douleur provoque de l’anxiété ou une dépression. Toutefois, en parler constamment risque de renforcer les connexions associées à la source de votre douleur, dans le cerveau et le système nerveux. Autrement dit, plus vous y pensez, plus vous percevez cette douleur intensément. Il peut en résulter des changements de comportements à long terme. L’idée n’est pas de l’occulter complètement - il est d’ailleurs important d’en discuter avec votre médecin - mais de ne pas en faire votre sujet de conversation principal.

Se réconforter avec de la comfort-food

3/7
beautiful female hands with trendy manicure holding pink macaroon cake top view, flat lay copyspace for your text

Pour oublier sa douleur, la comfort-food est n’est pas la solution. Certains aliments et boissons sont réputés pour aggraver l’inflammation… ils ne sont donc pas recommandés en cas de douleurs d’origine inflammatoire ! C’est le cas de l’alcool, de la caféine, du sucre (et donc des biscuits, confiseries, desserts…), de la viande rouge et des aliments frits ou ultra-transformés (chips, charcuterie, plats préparés…). À l’inverse, faites la part belle aux fruits et légumes, aux céréales complètes, aux légumineuses, aux poissons gras, aux noix et autres fruits secs. Buvez de l’eau en quantité et ajoutez des aliments anti-inflammatoires à votre menu : matcha, thé vert, gingembre, curcuma… 

Arrêter le sport

4/7
young man relaxing on sofa in living room

Lorsque vous souffrez, vous restez au repos le plus possible ? Cela n’est pas une si bonne idée. Bien sûr, lorsque la crise de douleur est à son paroxysme, il ne faut pas forcer. Mais lorsque le pic est passé, être actif est un bon moyen de vous soulager. Optez, de préférence, pour des activités douces, sans impact, comme la marche rapide, la natation, le yoga ou le pilates. Bouger améliore la circulation sanguine et stimule le système immunitaire, ce qui facilite le processus de guérison. En prime, cela détourne votre attention de la douleur. 

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

7 tips to distract yourself from pain, Netdoctor.co.uk, 2 juin 2020. 

La douleur, ministère des Solidarités et de la Santé, 20 décembre 2021. 

Douleur, Inserm.fr, 28 juin 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.