Sommaire

Tous les jours de la semaine, la Direction générale de la Santé (DGS) détaille le nombre de contaminations et de décès liés au nouveau coronavirus en France. Toutefois, ces chiffres officiels - que vous pouvez retrouver sur Medisite quotidiennement vers 20h45 - seraient sous-estimés selon plusieurs experts.

COVID-19 : une étude remet en cause le taux de mortalité en réanimation

Lors de l’un de ces nombreux points quotidiens, le directeur de la DGS le professeur Jérôme Salomon a précisé que le taux de mortalité des malades du COVID-19 hospitalisés en réanimation était de 10%. Selon les premiers résultats d’une grande étude menée par le réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA), ce chiffre serait bien en deçà de la réalité.

Le Dr Matthieu Schmidt, coordinateur de l’organisation créée en 2009 et médecin réanimateur à l'hôpital la Pitié-Salpêtrière (Paris) a confié à nos collègues du Monde "Nous nous dirigeons vers une mortalité qui sera très vraisemblablement entre 30% et 40%. C’est un chiffre énorme".

Le réseau qui réunit actuellement 200 centres de réanimation , a suivi pendant 28 jours un groupe de plus de 1000 patients entrés de ces services, soit entre le 28 mars et le 25 avril 2020. Les différents membres transmettent des renseignements sur le parcours de soins des personnes infectées par le SARS COV 2 (traitement, évolution, décès…).

Les analyses tirées de ces données seront présentées dans leur intégralité à une revue scientifique internationale dans les prochains jours, et devraient ainsi être publiées - après une validation du travail effectué - en mai prochain.

Le coordinateur français reconnaît que certains éléments sont nécessaires pour affiner les chiffres. Toutefois, il assure dans les pages du quotidien que les premiers résultats permettent de dire que le taux serait bien 3 à 4 fois supérieur aux communications officielles. Il poursuit “On n’a jamais vu de tels taux de mortalité. Avec le H1N1, même avec les formes les plus graves, on était à 25%".

Des chiffres qui se confirment sur le terrain

Différents établissements français comme l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) ou encore l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) estiment que les chiffres du REVA sont proches de ceux qu’ils observent en réa. "Ce n’est pas délirant par rapport à ce que l’on voit sur le terrain", a reconnu le docteur Antoine Kimmoun, médecin réanimateur au centre hospitalier régional universitaire de Nancy (Meurthe-et-Moselle) dans les pages du Monde.

De son côté, le docteur Tai Pham, médecin réanimateur à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre a confié au Monde "À Bicêtre, on est sur une fourchette large de 40% à 60% de décès". Il rappelle que le chiffre annoncé par les autorités en mi-avril se basait sur les chiffres de fin mars, époque où “des cas moins graves, sans grande détresse respiratoire, pouvaient être admis en réa”. Comme beaucoup de ces collègues, il rappelle que seules les études “au long cours” qui suivent les malades sur plusieurs mois, permettront d’avoir une image juste de la mortalité du COVID-19.

Le ministère de la Santé défend le taux de mortalité présenté

Le ministère de la Santé défend le taux de mortalité présenté© Adobe Stock

Le taux dévoilé par Jérôme Salomon le 17 avril dernier s’appuyait sur le point épidémiologique de Santé publique France du 16 avril. Ce dernier indiquait que sur 2 806 patients présents dans 144 services de réanimation entre le 16 mars et 12 avril, on avait enregistré 735 sorties, et surtout 291 décès. Cela représente en effet un taux de mortalité de 10,37%.

Néanmoins, le chiffre avancé ne prend pas en compte l’évolution de l’état de santé des 1780 personnes atteintes du COVID-19 toujours hospitalisées en réa après le 16 avril.

De plus, les scientifiques soulignent que cet échantillon présente une différence de taille avec celui du REVA. 55% de ces malades avaient été placés sous ventilation invasive contre 80% pour celui observé, les semaines suivantes, par le réseau européen.

Une photo à l’instant T

Interrogé par Libération, le ministère de la Santé reconnaît que les données transmises pendant ses bilans quotidiens "se fondent sur une photographie des données de Santé publique France, et sur le nombre de patients décédés parmi les patients admis en réanimation, soit la mortalité à l’instant T au niveau de l’échantillon de Santé publique France. Ce n’est pas une information sur la mortalité à l’issue d’un séjour en réanimation pour un patient".

Une mortalité générale sous-évaluée

Une mortalité générale sous-évaluée© Adobe Stock

La mortalité liée au COVID-19 ne serait pas sous-évaluée uniquement dans les services de réanimation. L’ensemble du nombre de décès en France serait faussé. En effet, la Fédération française des médecins généralistes, connue sous le nom de MG France, met en avant que le bilan présenté ne prend pas en compte les décès survenus à domicile. L’organisation professionnelle estime que leur nombre aurait été de 9000 entre le 17 mars et 19 avril.

Le Dr Jacques Battistoni, président du syndicat a expliqué au micro de France Info "Nous avons fait une enquête auprès des médecins généralistes. Nous avons eu beaucoup de réponses, 2.339 réponses exactement. Ces médecins, on leur a demandé combien ils avaient vu de patients et on leur a demandé aussi combien, dans leur patientèle, de patients à domicile étaient décédés du Covid-19".Il précise que ces morts ne sont pas cachées volontairement. Elles ne sont tout simplement “pas mesurées”. Il a ajouté “Il faudrait demander à chaque médecin généraliste de faire un recueil et de le renvoyer au ministère de la Santé. Cela n'a pas été organisé".

Actuellement, le bilan présenté quotidiennement par la DGS est établi uniquement avec les informations qui remontent à ses bureaux, c’est-à-dire les décès hospitaliers, ainsi que ceux enregistrés en Ehpad.

Sources

Quel est le taux de mortalité des malades du Covid-19 en réanimation ?, Libération, 22 avril 2020

Coronavirus : la mortalité en réanimation beaucoup plus forte qu’annoncée en France, Le Monde 27 avril 2020

Covid-19 : le syndicat de médecins MG France estime qu'il y a 9 000 morts de plus, qui ne sont pas encore comptés, France Info, 26 avril 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.