Coronavirus : le nombre de morts en réanimation serait sous-estimé en France

Le taux de décès des patients du COVID-19 dans les services de réanimation des hôpitaux français serait au moins trois fois plus élevé que celui donné par le gouvernement, selon le Réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA). Ce n’est pas la seule organisation à remettre en cause le bilan présenté par les autorités.
Coronavirus : le nombre de morts en réanimation serait sous-estimé en FranceAdobe Stock
Sommaire

Tous les jours de la semaine, la Direction générale de la Santé (DGS) détaille le nombre de contaminations et de décès liés au nouveau coronavirus en France. Toutefois, ces chiffres officiels - que vous pouvez retrouver sur Medisite quotidiennement vers 20h45 - seraient sous-estimés selon plusieurs experts.

COVID-19 : une étude remet en cause le taux de mortalité en réanimation

Lors de l’un de ces nombreux points quotidiens, le directeur de la DGS le professeur Jérôme Salomon a précisé que le taux de mortalité des malades du COVID-19 hospitalisés en réanimation était de 10%. Selon les premiers résultats d’une grande étude menée par le réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA), ce chiffre serait bien en deçà de la réalité.

Le Dr Matthieu Schmidt, coordinateur de l’organisation créée en 2009 et médecin réanimateur à l'hôpital la Pitié-Salpêtrière (Paris) a confié à nos collègues du Monde "Nous nous dirigeons vers une mortalité qui sera très vraisemblablement entre 30% et 40%. C’est un chiffre énorme".

Le réseau qui réunit actuellement 200 centres de réanimation , a suivi pendant 28 jours un groupe de plus de 1000 patients entrés de ces services, soit entre le 28 mars et le 25 avril 2020. Les différents membres transmettent des renseignements sur le parcours de soins des personnes infectées par le SARS COV 2 (traitement, évolution, décès…).

Les analyses tirées de ces données seront présentées dans leur intégralité à une revue scientifique internationale dans les prochains jours, et devraient ainsi être publiées - après une validation du travail effectué - en mai prochain.

Le coordinateur français reconnaît que certains éléments sont nécessaires pour affiner les chiffres. Toutefois, il assure dans les pages du quotidien que les premiers résultats permettent de dire que le taux serait bien 3 à 4 fois supérieur aux communications officielles. Il poursuit “On n’a jamais vu de tels taux de mortalité. Avec le H1N1, même avec les formes les plus graves, on était à 25%".

Des chiffres qui se confirment sur le terrain

Différents établissements français comme l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) ou encore l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) estiment que les chiffres du REVA sont proches de ceux qu’ils observent en réa. "Ce n’est pas délirant par rapport à ce que l’on voit sur le terrain", a reconnu le docteur Antoine Kimmoun, médecin réanimateur au centre hospitalier régional universitaire de Nancy (Meurthe-et-Moselle) dans les pages du Monde.

De son côté, le docteur Tai Pham, médecin réanimateur à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre a confié au Monde "À Bicêtre, on est sur une fourchette large de 40% à 60% de décès". Il rappelle que le chiffre annoncé par les autorités en mi-avril se basait sur les chiffres de fin mars, époque où “des cas moins graves, sans grande détresse respiratoire, pouvaient être admis en réa”. Comme beaucoup de ces collègues, il rappelle que seules les études “au long cours” qui suivent les malades sur plusieurs mois, permettront d’avoir une image juste de la mortalité du COVID-19.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.