La détection des cancers a l'heure actuelle passe par des IRM ou des mammographies. Face à ces méthodes souvent chères et invasives, des chercheurs français du CNRS, de l’Inserm, de l’université Sorbonne Paris-Nord et de l’institut Curie ont travaillé sur des méthodes alternatives comme l’utilisation de l’odorat animal.

Ces derniers ont entraîné une centaine de fourmis à repérer trois lignées de cellules cancéreuses : des cellules de cancer des ovaires et deux types de cellules de cancer du sein. "Après un apprentissage de quelques minutes, ces insectes, qui utilisent l’olfaction pour leurs tâches quotidiennes, sont parvenus à différencier des cellules humaines saines de cellules humaines cancéreuses", détaille le CNRS.

Cancer : les fourmis pourraient les détecter à 95 %

Les résultats des tests sont disponibles dans la revue scientifique iScience.

Les scientifiques ont démontré que chaque lignée cellulaire avait bien sa propre odeur qui pouvait être utilisée par les fourmis pour les détecter. "L’efficacité de cette méthode doit être évaluée grâce à des tests cliniques sur un organisme humain complet ; mais cette première étude montre le potentiel élevé des fourmis, capables d’apprendre très rapidement, à un moindre coût, tout en étant efficaces", ajoute le CNRS.

A priori, une fourmi entraînée serait capable de reconnaître grâce à l’odeur des cellules malades, avec un taux de succès de 95 %.

Les fourmis apprennent plus vite que les chiens

Ce n'est pas la première fois qu'un animal est dressé pour détecter des cancers. Plusieurs tests similaires ont été menés avec des chiens. Un essai clinique réalisé par l'Institut Curie a été lancé il y a quelques années auprès de 450 femmes, dont la moitié n'étaient pas atteintes par le cancer du sein.

Deux bergers malinois, Thor et Nikios, se sont entraînés pendant 4 ans pour reconnaître le cancer du sein. Ces derniers ont reniflé la sueur des patientes, provenant de compresses portées la nuit.

Selon les chercheurs du CNRS, les fourmis ont plusieurs avantages sur les chiens : elles apprennent beaucoup plus vite et leur élevage coûte moins cher. En effet, il faudrait six mois à un an pour entraîner un seul chien, contre une dizaine de minutes seulement pour une fourmi.

Les chercheurs ont conditionné les fourmis grâce au principe de la récompense. Ils ont placé une goutte d’eau sucrée près des d’échantillons contenant des cellules cancéreuses. La fourmi a très vite associé la nourriture à l’odeur des cellules malades.

Il faut savoir l'odorat de la fourmi est connu pour être très développé. Il remplace pratiquement la vue pour repérer leurs congénères ou la nourriture, lorsqu'elles sont sous terre.

Sources

https://www.cnrs.fr/fr/des-fourmis-renifleuses-de-cancers

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.