La maladie de Parkinson est une affection chronique neurodégénérative : c’est-à-dire qu’elle se caractérise par la disparition progressive de certains neurones dans le cerveau. On compte environ 200 0000 malades en France, et 25 000 nouveaux cas se déclarent chaque année.

Les tremblements, la micrographie (écriture de plus en plus petite), et la rigidité des membres constituent les symptômes les plus fréquents.

Une écossaise de 72 ans a peut-être permis de faciliter le diagnostic. Joy Milne aurait été en mesure de déceler la maladie chez son mari, aujourd'hui décédé, grâce à son odorat, rapporte la BBC. Selon elle, son mari aurait dégagé une odeur différente à l'âge de 33 ans, soit 12 ans avant qu'il ne soit diagnostiqué avec la maladie de Parkinson.

Parkinson : u n diagnostic précoce signifie un traitement beaucoup plus efficace

Son observation a suscité l'intérêt de scientifiques, qui ont décidé de rechercher ce qu'elle pouvait sentir et si cela pouvait être exploité pour aider à identifier les personnes atteintes par cette maladie neurologique. Cela a permis de développer un test susceptible d'identifier les personnes touchées par la maladie à l'aide d'un simple coton-tige passé le long de la nuque.

Les chercheurs vont alors examiner l'échantillon pour identifier les molécules liées à la maladie. Si le test s'avère prometteur, il pourra être déployé pour accélérer le diagnostic.

Joy Milne a déclaré qu'il n'était "pas acceptable" que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson aient un degré aussi élevé de lésions neurologiques au moment du diagnostic. En effet, plus la maladie est détectée précocement, plus il sera possible de la stabiliser. Il s'agit d'une maladie neurodégénérative. Il faut savoir qu'une fois que les lésions sont présentes, il n'est plus possible de revenir en arrière.

"Je pense qu'elle doit être détectée bien plus tôt - comme le cancer et le diabète, a-t-elle déclaré. Un diagnostic plus précoce signifie un traitement beaucoup plus efficace et un meilleur mode de vie pour les patients".

Joy Milne a senti des t-shirts portés par des personnes atteintes par Parkinson

Un médecin a examiné l'odorat de Joy Milne afin de comprendre comment elle a pu déceler la maladie de son défunt mari par l'odorat. Il se trouve que l'Écossaise souffre d'une maladie rare, affectant son odorat en le rendant plus sensible que la moyenne.

Les scientifiques pensaient que l'odeur de son mari a pu être causée par une modification chimique de l'huile de la peau, connue sous le nom de sébum, déclenchée par la maladie de Parkinson.

Dans le cadre de leur travail préliminaire, les chercheurs ont invité Joy Milne à sentir les t-shirts portés par les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et par des patients en bonne santé.

La septuagénaire a correctement identifié les t-shirts portés par les patients atteints par la maladie de Parkinson, mais elle a également identifié une personne en bonne santé. Huit mois plus tard, cette dernière a, elle aussi, reçu un diagnostic de maladie de Parkinson.

Sources

https://news.sky.com/story/woman-who-can-smell-parkinsons-helps-scientists-come-up-with-breakthrough-diagnostic-test-12691717

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-neurodegeneratives/article/la-maladie-de-parkinson#:~:text=La%20maladie%20de%20Parkinson%20en%20chiffres&text=On%20compte%20environ%20200%200000,cas%20se%20d%C3%A9clarent%20chaque%20ann%C3%A9e.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.