Sommaire

Pourquoi a-t-on des rides au cou ?

L'apparition de rides fait partie d'un processus naturel : avec l'âge la peau devient moins élastique et s'affaisse. Ces marques du temps ne se manifestent pas de la même façon d'une personne à l'autre.

« Nous ne sommes pas du tout logés à la même enseigne », confirme la dermatologue Dr Isabelle Rousseaux. « Deux choses sont à prendre en compte : la génétique et ce qu'on fait au quotidien ».

Si pour les gènes on ne peut rien y faire, le mode de vie et les habitudes peuvent quant à eux changer la donne.

Les facteurs favorisant les rides

« Il n'y a pas de secret, si on fait la crêpe tout l'été au soleil et/ou qu'on fume beaucoup, on aura bien plus de rides qui apparaîtront », affirme la spécialiste. En effet, la peau du cou est très fine et fortement exposée aux rayons ultra-violets du soleil qui l'agressent facilement. C'est également le cas du froid et des frottements des vêtements et des bijoux. « Une vie difficile, avec de nombreux soucis, marque aussi beaucoup les traits du visage et du cou ». À cela s'ajoute les nombreux mouvements de la tête qui sollicitent à longueur de journée cette peau fine, la fatiguant et la fragilisant toujours plus.

Femmes et hommes ne sont pas à égalité

« La peau du cou des hommes est plus tonique, en particulier grâce à leur barbe, donc ils sont moins sujets aux rides à cet endroit que les femmes », compare la dermatologue. « Et en général pour la femme, c'est à partir de la ménopause que tout s'accélère ». Plusieurs types de rides peuvent alors apparaître au niveau du cou et du décolleté.

« En fait, la peau du cou recouvre le platysma, un muscle très plat et très fin qui tapisse tout le cou des clavicules jusqu'à la mâchoire. Comme la peau y est collée, des rides peuvent très vite apparaître ».

Les trois types de rides

« Les rides qui se manifestent le plus vite au niveau du cou sont les cordes platysmales ou fanons. Elles sont provoquées par les c ontractions répétées du muscle d'où elles tirent leur nom ». Situées sur la partie centrale et latérale du cou, ces bandes verticales peuvent être de taille et d'intensité variables, et sont souvent asymétriques. Elles sont en partie responsables de la perte de l'ovale du cou.

« Il y a ensuite les rides horizontales qui sont consécutives aux plissements du cou », énonce la spécialiste. Également nommées « collier de Vénus », ces rides sont pourtant loin d'être esthétiques puisqu'elles barrent le milieu du cou qui se retrouve flétri.

Enfin, il y a les rides du décolleté : elles sont surtout concentrées au centre de la poitrine en forme de V et sont « favorisées par les contractions du grand pectoral et les mauvaises positions prises durant le sommeil, quand on dort sur le côté ou sur le ventre ».

Il n'y a pas d'âge pour prendre soin de son cou, au contraire, plus on le fait tôt et mieux c'est. Pour cela, différentes méthodes sont possibles.

Mieux vaut prévenir que guérir

Leur apparition est inévitable mais il est possible de ralentir leur arrivée. « La prévention est la meilleure des armes : si la peau est stimulée pour fabriquer du collagène dès 40 ans cela donne de bons résultats alors qu'à 70 ans c'est déjà trop tard », analyse la Dr Isabelle Rousseaux.

Une bonne hydratation

Une peau déshydratée a plus facilement tendance à se rider et à se friper. Après l'avoir nettoyée et séchée, il est donc important d'hydrater sa peau en profondeur matin et soir, avec un soin adapté à son épiderme. L'application de la crème doit au mieux se faire avec des mouvements ascendants et descendants de façon alternée. Cela permet d'étirer le muscle du cou, de tendre la peau et de favoriser le drainage lymphatique.

Un régime équilibré

En apportant les micronutriments essentiels, la nourriture joue un rôle indéniable dans la protection de la peau. « Une personne qui consomme des aliments trop riches en matières grasses et en sucres aura une moins jolie peau », confirme la dermatologue. Au contraire, un régime sain composé de fruits et de légumes permet de garder une belle peau en vieillissant. En effet, la vitamine C très présente dans les fruits rouges par exemple, est reconnue pour ses vertus antioxydantes. Elle accélère la synthèse du collagène et stimule la microcirculation, permettant une bonne oxygénation des tissus. Par ailleurs une bonne hydratation, à raison d'un litre et demi par jour, est indispensable.

« À un certain moment, les rides sont trop installées et les crèmes et massages ne suffisent plus. Il faut donc passer à des soins plus spécifiques », avance la dermatologue.

Les soins de massage en institut

« Encore une fois, plus les soins sont commencés jeunes et plus les résultats sont meilleurs », annonce la dermatologue, Dr Isabelle Rousseaux, qui préconise de commencer les soins autour de 40 ans, soit bien avant la ménopause. Selon les rides et leur incrustation, différentes méthodes sont utilisées pour raffermir, repulper et défriper le cou et le décolleté.

Le massage en institut

Quand les rides ne sont pas encore trop marquées, les soins de massage en institut peuvent très bien faire l'affaire. Ils permettent de défroisser la zone du cou, de raffermir son ovale et d'effacer les ridules grâce à des techniques de massage plus poussées que celles réalisées à la maison. Le professionnel de l'esthétisme alterne les mouvements en position assise et couchée pendant 45 minutes à une heure, de manière à faire travailler tous les muscles de la nuque.

Chez le dermatologue, des techniques plus poussées peuvent être réalisées.

Quatre techniques de la médecine esthétique

Le botox

« Pour combattre les rides platysmales, le botox fait très bien son travail », vante la dermatologue. « Cette technique consiste à injecter de la toxine botulique dans les cordes du cou, afin de détendre le muscle ». Les résultats sont visibles au bout de quelques jours et les effets de la toxine durent quatre à six mois.

Les skin boosters

« Ce sont des injections de composés d'acide hyaluronique faiblement réticulé, qui permettent de relancer la production de collagène », explique la Dr Isabelle Rousseaux. Cela défroisse l'épiderme qui est hydratée en profondeur. Le cou se retrouve alors repulpé et redensifié de façon naturelle et les résultats durent environ six mois.

Le peeling TCA

Le peeling dermatologique avec de l'acide trichloracétique est également conseillé pour combattre les rides pour lesquelles les crèmes ne suffisent plus. « C'est une méthode qui provoque une desquamation, forçant ainsi la peau à se régénérer ». La cicatrisation arrive au bout d'une dizaine de jours et les effets durent entre six mois et un an. « Pour plus d'efficacité, on peut le coupler à un traitement par LEDs, avec de la lumière jaune ou rouge qui offre en un effet liftant en relançant la production de collagène, de fibroblastes et d'élastine de la peau ».

La radiofréquence

Indiquée pour traiter les cous mous et fripés, la radiofréquence permet de raffermir la zone vieillie à l'aide de micro-aiguilles qui distribuent de l'énergie dans les tissus de soutien profonds et la graisse sous-cutanée. « Je la conseille pour traiter les rides horizontales, à raison de trois à quatre séances la première fois, avec ensuite une séance chaque année », détaille la dermatologue. Cette technique créée des zones de coagulation qui induisent la contraction des fibres de collagène.

Après la séance, le cou reste rouge et gonflée pendant 24 heures environ, et les dernières marques s'estompent au bout de trois à quatre jours.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Remerciements à Isabelle Rousseau, dermatologue. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.