L’accident vasculaire cérébral (AVC) est une maladie grave entraînant un déficit neurologique lié à des lésions cérébrales d’origine vasculaires”, détaille Santé publique France. Chaque année, environ 30 % des patients décèdent dans l’année suivant l’AVC, et près de 70 % déclarent avoir des séquelles de leur AVC. Autre fait inquiétant : l’incidence de ces événements est en nette augmentation chez les personnes de moins de 65 ans en France. Prendre des mesures préventives est donc plus que nécessaire.

A ce sujet, une nouvelle étude met plus précisément en évidence les liens de causalité entre la sédentarité et les risques de faire un accident vasculaire cérébral.

“Les résultats de cette étude suggèrent que plus de temps passé à être physiquement actif, en particulier à des intensités modérées, et moins de temps passé à être sédentaire, en particulier lors de périodes plus longues, peuvent aider à réduire le risque d'AVC”, ont déclaré les auteurs. Les résultats ont été publiés dans la revue Jama Network.

Sédentarité : 1 heure assis augmente les risques d'AVC de 14 %

Des chercheurs américains ont étudié la sédentarité de 7 607 volontaires adultes, en moyenne âgés de 63 ans. Les participants ont porté un accéléromètre sur la hanche pour permettre aux scientifiques de suivre leurs activités quotidiennes pendant une semaine. Ils l’ont donc gardé 16 heures pendant la journée, mais étaient autorisés à l’enlever pendant les huit heures de la nuit au lit.

Pour chaque participant, les résultats ont ensuite été utilisés pour calculer le temps moyen d'éveil passé à être sédentaire, à faire une activité physique légère, comme se promener dans la maison, ou plus intense comme marcher rapidement ou faire du vélo. La sédentarité a ici était définie comme étant soit une position assise sur une chaise, soit allongée sur un canapé ou bien debout pendant de longues périodes sans se déplacer.

Sept ans plus tard, les chercheurs ont ensuite analysé leurs dossiers médicaux. 286 accidents vasculaires cérébraux ont été enregistrés. Grâce à ces données, ils ont découvert que les personnes qui ont à peine bougé pendant 13 heures ou plus dans leur journée de veille, étaient 44 % plus susceptibles de subir un accident vasculaire cérébral que celles qui ont passé moins de 11 heures sédentaires. Plus précisément encore, ils affirment que chaque heure passée à faire des activités sédentaires chaque jour dans la soixantaine, augmente le risque d’accident vasculaire cérébral de 14 %.

Accident vasculaire cérébral : 25 min de promenade réduit les risques

Cette étude montre également que l’activité physique permet de réduire fortement les risques d’AVC. En effet, les chercheurs américains ont démontré que faire trois heures et demie d’exercice léger chaque semaine, pouvait réduire le risque d’accident vasculaire cérébral de 26 %, par rapport à moins de deux heures de mouvement par jour. Les “exercices légers” incluent les travaux ménagers ou encore les promenades dans la maison.

Lorsque les exercices sont plus intenses, l’effet protecteur de l’activité physique est amplifié. Ainsi, les participants qui ont fait 14 minutes ou plus d’exercices modérés ou vigoureux (comme la marche rapide, le vélo ou même le jardinage), ont vu leur risque diminuer de 47 %, par rapport aux personnes qui en faisaient moins de trois minutes par jour.

Sur la base de ces données, le Dr Hooker, l’un des auteurs de l’étude, a assuré que 25 minutes d'exercice modéré par jour, comme la marche rapide ou le vélo, la quantité optimale pour réduire de plus de 40 % les risques de faire un AVC. Il précise également que cette recherche présente certaines limites (taille de l’échantillon, manque de précisions avec les accéléromètres, etc), et que d’autres études sur le sujet devraient être menées.

Sources

Association of Accelerometer-Measured Sedentary Time and Physical Activity With Risk of Stroke Among US Adults, JAMA Netw Open. June 3, 2022

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-cardiovasculaires-et-accident-vasculaire-cerebral/accident-vasculaire-cerebral 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.