L’intestin est notre deuxième cerveau”, répètent les scientifiques depuis quelques années. En effet, la composition microbienne des intestins peut avoir des effets considérables sur d'autres parties de notre corps. Les scientifiques ont de nouvelles preuves qui suggèrent une relation entre ces bactéries et la santé du cerveau, et notamment sur le risque de développer certaines maladies comme celle d'Alzheimer.

Alzheimer : les malades possèdent des bactéries intestinales spécifiques

“Avec une personne sur trois née aujourd'hui susceptible de développer une démence au cours de sa vie, les scientifiques explorent les liens potentiels qui pourraient aider à découvrir des approches pour de nouveaux traitements”, avancent l’organisme de recherche anglais. Cela passe par une meilleure compréhension des liens entre la santé de notre intestin et de notre cerveau.

Le Dr Edina Silajdžić, stagiaire postdoctorale travaillant dans le laboratoire de recherche du professeur Sandrine Thuret de l'Institut de psychiatrie, a analysé des échantillons de sang de 68 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et d'un nombre similaire de personnes non atteintes. Cette étude a révélé une composition bactérienne intestinale distincte chez les personnes touchées par la maladie d'Alzheimer ainsi que davantage de marqueurs d'inflammation dans leurs échantillons de selles et de sang.

“La plupart des gens sont surpris que leurs bactéries intestinales puissent avoir une incidence sur la santé de leur cerveau, mais les preuves s'accumulent et nous comprenons comment cela se produit. Nos bactéries intestinales peuvent influencer le niveau d'inflammation dans notre corps, et nous savons que l'inflammation est un facteur clé de la maladie d'Alzheimer”, a déclaré le Dr Edina Silajdžić.

Cerveau : l’inflammation liée aux bactéries intestinales peut l’affecter

“Lorsque nous avons traité des cellules souches cérébrales avec du sang de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, elles étaient moins capables de développer de nouvelles cellules nerveuses que celles traitées avec du sang de personnes sans problèmes de mémoire. Cela nous amène à croire que l'inflammation associée aux bactéries intestinales peut affecter le cerveau via le sang”, a détaillé le spécialiste.

Les scientifiques sont allés plus loin dans la recherche : ils ont transplanté sur des rats des échantillons de selles de personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer et de personnes non malades. “Nous avons constaté que les rats avec des bactéries intestinales de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer avaient de moins bons résultats dans les tests de mémoire, n'ont pas développer autant de nouvelles cellules nerveuses dans les zones du cerveau associées à la mémoire et avoir des niveaux plus élevés d'inflammation dans le cerveau”, a expliqué la Pr Yvonne Nolan, co-auteure de la recherche.

Les scientifiques concluent que ces résultats suggèrent que les symptômes de la maladie d'Alzheimer pourraient, en partie, être causés par des anomalies du microbiome intestinal. “Alors qu'il s'avère actuellement difficile de s'attaquer directement aux processus d'Alzheimer dans le cerveau, l'intestin représente potentiellement une cible alternative qui peut être plus facile à influencer avec des médicaments ou des changements de régime”, disent-ils.

Sources

https://www.alzheimersresearchuk.org/gut-health-plays-a-role-in-alzheimers-development-new-study-says/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.