Le germe tueur C. auris a commencé sa course dans l’oreille d’un japonais

Publié le 06 Mai 2019 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Candida Auris, un champignon mortel super-résistant, se propage dans le monde depuis 2009. Et il aurait été découvert pour la première fois dans l’oreille d’un japonais.
Publicité

Depuis quelques années, un germe mortel se propage à travers le monde. Son petit nom ? Candida auris. Un super-champignon microscopique, qui résiste à la plupart des antifongiques et qui se transmet à vitesse grand V. Nous savions qu’il avait été découvert pour la première fois en 2009. Désormais, nous connaissons aussi les circonstances de cette apparition.

Candida auris est apparu pour la première fois dans l’oreille d’un japonais

Dans un article pour la Société française d’hygiène hospitalière, deux mycologues révèlent que C. auris a été décelé “dans le conduit auditif externe d’un japonais”. C’est de là que viendrait son nom, puisque “auris” signifie “oreille” en latin. Les chercheurs précisent que “la même année, C. auris a été retrouvé chez 15 patients sud-coréens”.

Publicité

Depuis, ce germe s’est peu à peu propagé aux autres continents, et “a été impliqué dans des candidémies et des infections invasives associées à une morbi-mortalité élevée”. En d’autres termes, C. auris a contaminé de nombreux patients, causant des infections sévères et parfois mortelles.

Publicité

La plupart de ces contaminations ont eu lieu dans des établissements de santé, cette levure pouvant très facilement “être transmise [...] entre les patients et leur environnement”. Et les chercheurs soulignent sa capacité à “se maintenir dans l’environnement, en particulier sur le matériel et dans la chambre des patients, y compris ceux sous antifongiques”.

Ce germe super-résistant est associé à un taux de mortalité de 59 %

C’est son lien de parenté avec d’autres levures du genre Candida, elles mêmes pharmacorésistantes, qui rendent C. auris résistante aux antifongiques. La semaine dernière, l’ONU mettait d’ailleurs en garde contre l’antibiorésistance. Celle-ci serait “l’une des plus grandes menaces auxquelles nous sommes confrontés en tant que communauté mondiale”, et pourrait causer 10 millions de décès chaque année d’ici 2050.

Publicité

Outre sa résistance aux antifongiques, l’une des principales causes d’inquiétude face à ce champignon est le taux de mortalité élevé qui lui est associé. 59 % des patients infectés trouveraient ainsi la mort dans les semaines qui suivent. Il serait également difficile à identifier, puisqu’on pourrait le confondre avec d’autres germes du genre Candida. Autre problème : “la persistance du portage chez le patient, malgré la décontamination [...] facilitant sa transmission et conduisant à des épidémies dans plusieurs pays”.

Le germe se propage… et la France n’est pas à l’abri

Le 10 août 2017, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies d’Atlanta recensait 153 cas de contamination par Candida auris aux Etats-Unis. 72 patients ont été identifiés comme porteurs du germe dans une unité de soins intensifs londonienne, idem pour 372 malades à Valence.

En France, seuls deux cas de patients porteurs du germe ont été signalés. Mais nous ne sommes pas à l’abri d’une intensification du problème. “Candida auris pourrait, prochainement, représenter un sérieux challenge en matière de gestion du risque infectieux”, souligne Audrey Maurand, médecin au CHU de Saint-Etienne, dans un bulletin pour le Centre de prévention des infections associées aux soins.

Publicité

Une alerte a été envoyée par le CNRMA de l’Institut Pasteur aux laboratoires de mycologie pour leur demander de signaler tous les cas de colonisation ou d’infection par C. auris.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X