Hôpitaux : ces « superbactéries » ramenées par les patients

Publié le 23 Avril 2019 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
Si les hôpitaux sont connus pour être des nids à bactéries, nombre d’entre elles seraient produites par … les patients. Attentions, ces germes ne sont pas étrangers aux infections.
Publicité

Hôpitaux : ces « superbactéries » ramenées par les patients© Istock

Dans le cadre d’une étude visant à comprendre la prolifération des bactéries en milieu hospitalier, des chercheurs ont testé près de 400 patients hospitalisés juste après leur admission. D’après un communiqué relayé par WebMD, un site médical grand public américain rédigé par des scientifiques, les superbactéries seraient même très courantes…chez les patients. Connues pour résister aux antibiotiques, ces dernières s’avèrent aussi survivre aux traitements antibactériens. « Jusqu’alors, l’enjeu sur l’hygiène des mains s’est largement concentré sur les médecins, les infirmières et les autres membres du personnel en première ligne et toutes les politiques d’hygiène sont axées dessus à juste titre, explique le Dr Lona Mooda, gériatre et chercheuse à l’Université du Michigan, responsable de l’étude. Mais nos résultats plaident en faveur d’une lutte contre la transmission des superbactéries qui implique également les patients ».

Publicité
Publicité

Des germes dissimulés chez les patients et tous les objets qu’ils touchent

Difficile de ne pas impliquer les malades face à de tels résultats. En effet, 14 % des patients testés étaient porteurs de superbactéries au niveau des mains et des narines au moment de leur admission. Des germes alors répandus via les objets en contact avec ces derniers. L’étude évoque notamment les boutons d’appel utilisés par les malades pour solliciter les infirmières. Loin d’être les seuls objets concernés, les résultats parlent d’un cinquième du matériel présent dans les chambres, touchés par des bactéries similaires.

Des superbactéries qui se répandent chambres après chambres

Si un patient se trouve porteur de superbactéries, il ne contractera pas forcément une infection pour autant. En revanche, ces dernières ont une grande capacité à se multiplier et à se répandre. Les résultats suggèrent que de nombreuses superbactéries ont été identifiée dans les chambres, juste après l’admission de patients porteurs. Ce qui laisse entendre que la transmission au sein de l’hôpital serait imminente. En effet, 6 % des patients n’étant pas porteurs de superbactéries au moment de l’admission à l’hôpital, ont été testés positifs au courant de leur séjour. Ces derniers ont développé une infection par une superbactérie, appelée Staphylococcus aureus et qui résiste à la méticilline (antibiotique). « Cette étude souligne l’importance du lavage des mains et de l’hygiène de l’environnement, en particulier dans les établissements de santé, où le système immunitaire des patients est compromis. Les germes sont sur nos mains, vous n’avez pas besoin de les voir pour nous croire », complète le Dr Reyes, co-auteure de l’étude, spécialiste des maladies infectieuses.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X