Infections nosocomiales : peut-on les éviter ?

Les maladies nosocomiales, ces maladies qu’on attrape à l’hôpital, sont fréquentes. Mais quels sont vraiment vos risques de contracter l’une d’entre elles ? Pouvez-vous vous mettre à l’abri ? Quels sont les recours juridiques ? Toutes les réponses.

Publicité

Quels sont vos risques ?

© Adobe StockD’après des travaux de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) datés de 2012, un patient hospitalisé sur vingt (5 %) contracte une infection dans l’établissement où il est soigné. Ce chiffre représente 750 000 infections par an ; 4 000 décès leur sont attribués chaque année en France. Les infections urinaires sont les plus fréquentes (30 %), suivies des pneumonies (16,7 %). Trois bactéries sont à l’origine de plus de la moitié des cas d’infections nosocomiales : Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Pseudomonas aeruginosa. Le service de réanimation, où de nombreux gestes invasifs sont effectués (intubations, sondes urinaires…), est le plus touché avec une prévalence moyenne de 23 % de patients infectés. A contrario, le service le moins touché est l’obstétrique (0,8 %). Il existe aussi des facteurs de prédisposition personnels : immunodépression, âge, chimiothérapie…

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X