Ce n'est plus un secret, le sport est bon pour la santé mentale. En plus de faire du bien à notre corps, il a des effets positifs sur le cerveau. Et pour cause, lorsque l'on bouge, cela provoque une multiplication des neurones dans la zone de l'hippocampe, celle des émotions et de la mémoire qui permet ensuite une meilleure connexion entre eux.

Le sport agit également au niveau des cellules du cerveau chargées de fournir en nutriments les cellules nerveuses. Par conséquent, plus l'afflux sanguin est augmenté, plus les neurones vont être oxygénés comme l'a souligné Florence Solari, chargée de recherche à l'Inserm, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale : "Mieux irrigués, les petits vaisseaux augmentent également la vascularisation des neurones, leur apportant le sang et l'oxygène nécessaires pour les détoxifier". Elle ajoute ensuite : "Faire de la natation, du running ou de la marche à pied comme toute activité physique aurait un effet 'détox' en aidant le cerveau à faire le ménage pour nettoyer les toxines accumulées".

Des conséquences positives sur le cerveau

Une activité sportive, oui, mais laquelle choisir ? Elles sont très nombreuses et le choix peut s'avérer cornélien, notamment pour les enfants et les adolescents. Il est important de prendre en compte les aspects santé. En effet, peu de gens le savent, mais le sport a une incidence non négligeable sur leur santé mentale.

Une étude menée par le Dr Matt Hoffmann, expert en psychologie du sport et de l'exercice et professeur assistant, au sein de la California State University a démontré que ces derniers étaient meilleurs pour le cerveau que les sports individuels. Il a croisé les donnés de 11.000 enfants âgés de 9 à 13 ans. Il a remarqué que les sports comme le football, le handball, mais aussi le rugby amélioraient la santé mentale et réduisaient considérablement les troubles anxieux : "Nous savons, grâce à des recherches antérieures, que les sports individuels peuvent souvent impliquer des niveaux élevés de stress et de pression. Lorsqu’une personne doit concourir de manière indépendante, sans le soutien de ses coéquipiers, cela peut entraîner une augmentation de l’anxiété" écrit le professeur. Et ce qui est étonnant dans cette étude, c'est que les sports tels que la danse ou la gymnastique peuvent même avoir des effets néfastes : "Ils peuvent également causer des sentiments d’anxiété physique sociale. Celle-ci découle de la crainte que les autres évaluent ou jugent le corps et l’apparence physique d’une personne".

Voilà de quoi aider à faire un choix pour la rentrée.

Sources

https://www.inserm.fr/

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0268583#sec011

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.