Sommaire

“La consommation excessive d’eau peut être source d'hyponatrémie”, alerte le Ministère des Solidarités et de la Santé sur Twitter.

La canicule entraîne souvent coups de chaleur et déshydratation, des risques bien connus de tous. Il existe également un risque lié à une trop grande consommation d’eau : l’hyponatrémie. Celle-ci représente une complication grave dont il faut se méfier. Sur son site, le gouvernement précise qu'elle "peut être parfois la conséquence d’un apport excessif d’eau par rapport au sodium (sel) ou d’un excès de perte de sel par rapport à l’élimination en eau."

Hyponatrémie : qui est concerné ?

L’hyponatrémie désigne la diminution de la concentration de sel dans le sang. Elle peut être parfois la conséquence d’un apport excessif d’eau par rapport au sodium (sel) ou d’un excès de perte de sel par rapport à l’élimination en eau.

Elle peut être favorisée par l’âge, certaines maladies chroniques et certains traitements médicamenteux (diurétiques et psychotropes). En effet, les personnes âgées ne parviennent pas à compenser un apport trop important en eau. Cela est notamment dû au fait qu’à partir d’un certain âge la transpiration est altérée voire absente. Les malades chroniques sont également exposés, en cause : insuffisances cardiaques, cancers, problèmes endocriniens…

Les messages des pouvoirs publics qui recommandent de boire de l’eau en quantité lors des pics de chaleur s’adressent aux personnes en bonne santé. Pour les personnes à risque, les consignes en cas de fortes chaleurs vont donc être différentes. Il est recommandé de ne pas boire plus d'1,5 L d'eau et de ne pas s’hydrater qu’avec de l’eau « seule ». Il est également possible de rester hydraté avec des aliments qui apportent de l’eau. Il est préférable d’accompagner sa prise de boissons d’une alimentation variée en fractionnant les repas pour amener un apport de sel suffisant.

Une transpiration artificielle peut être mise en place, notamment en mouillant régulièrement sa peau. Enfin, les sorties à l’extérieur aux heures les plus chaudes sont à éviter.

Une visite chez le médecin peut être prévue pour réévaluer le maintien ou le réajustement des doses des traitements en cours au moment des grandes chaleurs.

Les signes de l’hyponatrémie

Le diagnostic de l’hyponatrémie grâce à la mesure du taux de sodium dans le sang.

Les symptômes qui peuvent d’abord alerter sont :

  • une léthargie et/ou une confusion mentale : des signes de dysfonctionnement cérébral sont les premiers car “le cerveau est particulièrement sensible aux modifications du taux de sodium dans le sang”, explique le Manuel médical MSD ;
  • des nausées et/ou des vomissements ;
  • des œdèmes ;
  • des contractions musculaires, voire des convulsions lorsque l’état de la personne continue à se dégrader ;
  • le coma ou la mort si aucune prise en charge n’est effectuée.

“Si la natrémie diminue soudainement, les symptômes se manifestent rapidement et sont en général plus graves.” Par ailleurs, plus la personne est âgée et plus les symptômes risquent d’être aigus.

Comment traiter l’hyponatrémie ?

L’hyponatrémie sévère est une urgence qui nécessite une prise en charge médicale rapide.

“Le traitement consiste à augmenter progressivement le taux de sodium dans le sang en utilisant des liquides par voie intraveineuse et parfois un diurétique. De nouveaux médicaments, appelés vaptans, sont parfois nécessaires”, peut-on lire dans le Manuel MSD.

Plusieurs paramètres sont pris en compte afin d’évaluer la durée du traitement, à savoir : le degré, la durée et les symptômes du malade. Si la natrémie est inférieure à 125 mmol / L, une hospitalisation du patient est recommandée. Au-delà, la prise en charge peut se faire en ambulatoire. Dans ces cas-là, la correction de la cause permet de rétablir l’équilibre du taux de sodium dans le sang.

Sources

Fortes chaleurs, canicule : attention à l'hyponatrémie, ARS 

Hyponatrémie : recommandations pour les populations à risque, Société Française de Gériatrie et Gérontologie, le CNP de gériatrie et le Pr Jean-Louis San Marco (Marseille).

Hypernatrémie (taux élevé de sodium dans le sang), Manuel MSD

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.