Sommaire

D'où viennent les plaques rouges sur le corps ?

Les boutons ou plaques rouges sur le corps proviennent de tellement de causes différentes, de la chaleur aux troubles hormonaux en passant par l'alimentation, qu'il est conseillé de consulter un médecin généraliste ou un dermatologue afin qu'il puisse poser un diagnostic précis.

Toutefois, les boutons rouges et les plaques sur la peau sont des manifestations qui se rencontrent plus fréquemment lors d'un changement d'environnement ou d'une période de la vie particulièrement préoccupante. Il peut notamment s'agir d'une maladie de peau telle que l'eczéma ou le psoriasis.

Il arrive également qu’une plaque rouge apparaisse en quelques minutes. Elle peut alors trouver son origine dans une allergie alimentaire.

Les plaques rouges, parfois en relief, sont la manifestation d’une réponse immunitaire non adaptée lorsqu’une personne consomme certains aliments. Elles peuvent s’accompagner de démangeaisons ou de manifestations beaucoup plus graves, comme un œdème de Quincke ou encore un choc anaphylactique.

En cas d’allergie alimentaire, il est nécessaire de consulter un médecin. Un test biologique permet de détecter quel allergène est responsable de plaques rouges sur le corps.

L’eczéma atopique, une maladie qui évolue par poussées

"L'eczéma atopique, également appelé dermatite atopique, est une maladie inflammatoire chronique de la peau, non contagieuse et évoluant par poussées", informe le Dr Xavier Ballongue.

Elle survient sur un terrain particulier qui favorise le développement des allergies (atopie).

Souvent, son apparition est liée à une histoire familiale. Selon les études, 50 à 70 % des enfants atteints d'eczéma atopique ont un parent du premier degré (père, mère, frère ou sœur) qui en a été lui-même atteint.

Cette maladie touche principalement l'enfant. Il commence, très tôt dans la vie (dès l'âge de 3 mois) et il est alors appelé eczéma du nourrisson. Il évolue par poussées chez le bébé et l'enfant, disparaît en général avant l'adolescence, mais peut persister à l'âge adulte.

Pour l’identifier, certains signes spécifiques sont à prendre en compte :

  • de fortes démangeaisons (ou prurit) ;
  • des lésions cutanées d'eczéma ;
  • des périodes de poussées entrecoupées de périodes de rémission, sans eczéma, de durée variable.

La prise en charge de cette maladie cutanée repose sur des traitements locaux (dermocorticoïdes, utilisation de barres ou gels hypoallergéniques...) et des traitements administrés par voie générale (photothérapie UVB ou combinée UVAB, médicaments immunosuppresseurs pour les formes graves, etc) Leur but ? Calmer l'inflammation et reconstruire la barrière cutanée.

Bon à savoir : Il existe un autre eczéma, celui de "contact", qui se produit lorsque la peau réagit localement à une substance extérieure, soit un allergène.

Le stress peut-il favoriser l'apparition de plaques rouges ?

Si le stress joue un rôle dans l'acné, il est également connu pour favoriser la survenue de boutons rouges et de plaques rouges, l'apparition de l'eczéma et du psoriasis.

Il existe en effet une relation étroite entre les épisodes stressants de la vie des malades et les phases de poussées. D'où l'importance de se reposer suffisamment, de se détendre et de trouver une oreille médicale attentive pour affronter le stress de la meilleure façon qui soit.

L’urticaire, une éruption cutanée rouge ou rosée

L’urticaire, une éruption cutanée rouge ou rosée© Istock

L’urticaire est une éruption cutanée caractérisée par la présence de plaques (ou papules) rouges ou rosées, superficielles, arrondies, bien limitées et en relief.

Il existe deux formes d’urticaire :

"L’urticaire aiguë, qui dure de quelques heures à quelques jours, et l’urticaire chronique, qui est définie par des poussées se répétant tous les jours sur une durée d’au moins six semaines", explique le médecin généraliste.

Dans les deux cas, l'éruption touche la surface de la peau. Les lésions causées sont fréquemment associées à des démangeaisons, ou prurit.

Ces plaques d'urticaire sont peu nombreuses ou au contraire multiples. Elles changent de place avant de disparaître sans laisser de traces.

Parfois, l'urticaire s’étend en profondeur ou gagne les muqueuses. On parle alors d’œdème de Quincke ou d’angio-œdème. L'angio-œdème siège principalement sur le visage (paupières et lèvres) et se caractérise par un gonflement important qui peut se révéler dangereux s'il atteint la muqueuse de la gorge, provoquant des difficultés respiratoires.

Ces manifestations peuvent être associées à des douleurs abdominales et articulaires, et à un peu de fièvre. Cette maladie inflammatoire chronique disparaît en quelques mois, mais parfois cela peut prendre plusieurs années.

Des plaques de plusieurs centimètres : un signe de psoriasis

Des plaques de plusieurs centimètres : un signe de psoriasis© Istock

"Le psoriasis est une maladie de peau inflammatoire, non contagieuse", souligne l'expert.

En France, le psoriasis concerne 2 % de la population. Environ un tiers des cas se déclarent avant 20 ans, y compris chez des enfants très jeunes.

La forme de psoriasis en “plaques”, très fréquente, se caractérise par des plaques rouges de plusieurs centimètres, recouvertes de squames épais et nacrés. Elle est due à un renouvellement accéléré des cellules de l'épiderme accompagné d'une réaction inflammatoire.

Cette forme de la maladie peut siéger n'importe où sur la peau : coudes, genoux, région lombaire (bas du dos), fesses et cuir chevelu. L'atteinte est souvent bilatérale (2 coudes ou 2 genoux par exemple). Le psoriasis touche rarement le visage.

Elle se manifeste par des phases de poussées, entrecoupées de phases de rémission.

Concernant le diagnostic, celui-ci n’est pas évident, et l'origine exacte du psoriasis reste encore inconnue.

Cependant, certains experts pensent que le déclenchement de la maladie serait dû à l’association entre une prédisposition génétique et certains facteurs. Dans près d'un tiers des cas, il existerait des antécédents familiaux. Le stress physique ou psychique a également un fort impact sur le développement de cette maladie.

Par ailleurs, des traitements permettent d’en réduire les symptômes et d’améliorer la qualité de vie.

Bon à savoir : L'alcool et le tabac ne favorisent pas directement la survenue du psoriasis, mais sont des facteurs d’aggravation de la maladie et de résistance au traitement.

La dermatite séborrhéique : une maladie qui touche le visage

La dermatite séborrhéique : une maladie qui touche le visage © Istock

La dermatite séborrhéique de l'adulte, ou “dermite séborrhéique”, est une maladie de la peau inflammatoire, caractérisée par la présence de plaques érythémateuses (rouges) recouvertes de squames grasses. Il s’agit d’une maladie bénigne et non contagieuse, qui évolue par poussées.

En France, elle touche 1 à 3 % des personnes entre l’adolescence et l’âge adulte, avec un pic de fréquence entre 18 et 40 ans. Après 40 ans, la maladie se révèle moins courante et ne concerne quasiment plus que des hommes.

Les lésions de cette maladie se développent dans les zones où la sécrétion de sébum est la plus importante, par exemple :

  • le cuir chevelu ;
  • le sillon entre le nez et les joues ou les lèvres ;
  • les sourcils et l’espace qui les sépare.

Le sébum présent sur ces zones entraine une prolifération anormale de levures de type malassezia (champignons), présentes sur la peau. Ces micro-organismes provoquent une réaction inflammatoire se traduisant par un érythème (rougeur de la peau) et un renouvellement accéléré des cellules du cuir chevelu et de la peau.

Pendant les poussées, des plaques rouges apparaissent. Plus foncées sur leurs bords, elles sont recouvertes de squames plus ou moins grasses, blanches ou jaunâtres. Ces pellicules se détachent facilement, laissant place à des zones de peau rouge clair.

La personne atteinte peut ressentir des démangeaisons au niveau des plaques et une sensation de brûlure, surtout au niveau du cuir chevelu. En dehors des poussées, la peau retrouve partout son aspect normal.

Plaques rouges sur les jambes et poignets : c'est peut-être un lichen plan !

Plaques rouges sur les jambes et poignets : c'est peut-être un lichen plan !© Istock

Lorsque s’installent des plaques rouges sur les jambes, et parfois les poignets et les avant-bras" on peut soupçonner la présence d’un lichen plan cutané, qui est la forme la plus fréquente et la plus bénigne de lichen plan", précise le généraliste.

Cette éruption cutanée touche environ 0.5% de la population.

L'éruption est faite de papules de quelques millimètres de diamètre, violettes, aplaties, fermes, sèches, très prurigineuses.

La plaque formée est recouverte de stries quadrillées blanchâtres. Ces lésions siègent à la face antérieure du poignet, des bras, aux plis des coudes, sur les lombes et les organes génitaux externes, chevilles, dos du pied.

L'éruption évolue sur plusieurs semaines ou sur plusieurs mois et peut disparaître en laissant des macules pigmentées. Les récidives sont possibles.

Bien que la cause exacte de cette maladie soit encore inconnue, cette affection survient fréquemment lors d'un choc psychoaffectif. Le système immunitaire jouerait également un rôle dans le développement de la maladie.

Dans tous les cas, une consultation chez un dermatologue s’impose afin que le diagnostic du lichen plan soit confirmé et que le patient reçoive un traitement parfaitement adapté.

Bon à savoir : si on fume, on augmente le risque de développer la maladie.

Zones rouges sur le corps : et si c'était un zona ?

Zones rouges sur le corps : et si c'était un zona ?© Istock

Le zona est une maladie due à la réactivation du virus varicelle-zona, survenant chez une personne qui a déjà eu la varicelle. Elle est fréquente chez les personnes de plus de 50 ans.

"Ce “réveil” du virus survient le plus souvent lors d'une baisse momentanée des défenses immunitaires ou lors d'une maladie entraînant un déficit immunitaire", prévient l'expert.

L'éruption a souvent lieu au niveau du thorax, et plus particulièrement le long des nerfs sur lesquels s’est réactivé le virus. Des ganglions sont souvent palpables dans l'aisselle du même côté.

La partie du corps affectée est d'abord rose vif puis se couvre de vésicules groupées en bouquets, semblables à celles de la varicelle.

Quelques jours avant l’apparition de ce symptôme visuel du zona, le sujet ressent de très vives douleurs, une sensation de brûlure, des maux de tête et parfois même des vertiges.

Habituellement, les zonas guérissent sans séquelles en deux ou trois semaines. Parfois, certaines complications peuvent apparaître :

  • une douleur persistante qui peut durer plus de six mois (algies post-zostériennes), survenant surtout chez les personnes âgées ;
  • une surinfection bactérienne des plaies (impétigo) ;
  • une extension sur plusieurs zones du corps en cas d'immunodépression (Diminution ou disparition des défenses immunitaires de l'organisme)

Pour éviter toute complication en cas de zona, il est indispensable de consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes.

Bon à savoir : contrairement à la varicelle, qui s'étend sur tout le corps, le zona est localisé d'un seul côté du corps.

La roséole infantile : de petites tâches rouges ou rosées

La roséole infantile : de petites tâches rouges ou rosées© Istock

La roséole infantile, également appelée "exanthème subit" ou "sixième maladie", est une maladie virale très courante chez l’enfant. Elle est due à un herpès virus humain de type 6.

Dans plus de 90 % des cas, elle survient avant l'âge de deux ans, avec un pic entre 7 et 13 mois. Elle devient rare après quatre ans.

Le virus est présent dans les sécrétions du nez et de la gorge et sa transmission se fait par contact avec la salive d’un enfant infecté ou encore les gouttelettes de salive et sécrétions nasales dispersées par la toux ou les éternuements.

Après une incubation de 5 à 15 jours, cette maladie cutanée se déclare par une forte fièvre, entre 39 °C et 40 °C,de survenue brutale et qui persiste sans diminuer pendant trois jours. Lorsque la fièvre cède, l'éruption apparaît. Celle-ci se manifeste par des taches rosées, parfois un peu en relief, de trois à cinq millimètres de diamètre.

Ces taches siègent surtout au niveau du thorax, de l'abdomen et de la racine des membres (hanches et épaules). Elles sont plus rares sur le visage, les bras et les jambes et y apparaissent dans un deuxième temps.

L'éruption ne démange pas et peut ne durer que quelques heures. En général, elle disparaît en 12 à 24 heures, voire en 36 heures.

Petites taches très rouges : gare à la rougeole !

Petites taches très rouges : gare à la rougeole !© Istock

La rougeole est la fièvre éruptive qui atteint le plus grand nombre d'enfants dans le monde.

Elle se développe lorsque le paramyxovirus pénètre dans l’organisme. Habituellement, la contamination s'effectue par la propulsion des gouttelettes de salives des sujets infectés.

Une fois dans les voies respiratoires, le virus s'y multiplie et se répand dans le corps par la circulation sanguine.

La rougeole se manifeste alors par un écoulement du nez (rhinite) ; une conjonctivite avec larmoiement, gonflement des paupières, rougeur des yeux et gêne à la vue de la lumière ; une toux ; une grande fatigue ; une forte fièvre (augmentation de la température du corps jusqu'à 39-40°C).

Ces symptômes durent environ trois à quatre jours. Puis l'éruption cutanée de la rougeole survient.

Elle est constituée de petites taches très rouges légèrement surélevées qui laissent des zones de peau normale. Chose assez surprenante : elle est “descendante”, c’est-à-dire qu’elle apparaît d'abord sur le visage (les oreilles, le front, les joues, le cou) puis le haut du corps pour atteindre les pieds autour du troisième jour.

La personne malade reste fébrile et très fatiguée.

La rhinite et la conjonctivite disparaissent, mais la toux, qui est souvent intense, peut durer jusqu'à la fin de la rougeole. L'éruption cutanée de la rougeole disparait en une semaine environ.

La varicelle, des rougeurs accompagnées de vésicules

La varicelle, des rougeurs accompagnées de vésicules© Istock

La varicelle est une maladie infectieuse virale extrêmement contagieuse qui atteint le plus souvent les bébés ou jeunes enfants.

Chaque année, en France, près de 700 000 cas de varicelle sont recensés.

Elle est responsable d’une éruption de vésicules sur la peau et les muqueuses.

"Des réactivations sous forme de zona sont également possibles à l’âge adulte", met en garde le médecin.

Concernant les symptômes, plusieurs doivent vous alerter :

  • une fièvre modérée jusqu'à 38 °C, avec des maux de tête éventuels ;
  • des rougeurs surélevées de la peau sur lesquelles apparaissent rapidement des vésicules ou des bulles ;
  • de fortes démangeaisons cutanées (prurit).

Le nombre de boutons est variable : l'éruption peut se réduire à quelques vésicules de varicelle ou évoluer en deux à trois poussées pour couvrir tout le corps (10 à 2 000 vésicules).

Cette éruption apparaît d'abord sur la nuque, le thorax, le ventre ou le dos, mais peut progressivement couvrir tout le corps, même le cuir chevelu, le visage, les mains et les pieds. Des lésions peuvent siéger également à l'intérieur de la bouche ou sur les muqueuses génitales où elles prennent l'allure d'ulcérations.

Dans la grande majorité des cas, la guérison de la varicelle est obtenue en 10 à 12 jours même lorsque les boutons de varicelle sont très nombreux. Les vésicules sèchent et forment une croûte brunâtre.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

Comprendre la dermatite séborrhéique de l’adulte, Améli.fr, 13 novembre 2019.

Reconnaître la roséole, Améli.fr, 14 novembre 2019. 

Reconnaître l’urticaire, Améli.fr, 9 octobre 2018.

Eczéma atopique : causes et symptômes, Améli.fr, 13 novembre 2019.

Le zona ou la réactivation du virus de la varicelle, Améli.fr, 7 septembre 2018.