Coronavirus : c'est le pangolin, petit mammifère, qui l'aurait transmis à l'homme

C'est l'animal le plus braconné au monde, il est petit, couvert d'écaille et quasi inconnu en Europe... Le Pangolin aurait transmis le coronavirus à l'homme. Pourquoi et comment ce mammifère très prisé des asiatiques pour sa chair et ses vertus thérapeutiques supposées, est-il devenu soudainement le chaînon manquant, l'hôte intermédiaire du virus, entre la chauve-souris et l'homme, permettant alors la propagation de l'épidémie ? Le point.
Coronavirus : c'est le pangolin, petit mammifère, qui l'aurait transmis à l'hommeIstock

Depuis sa survenue en décembre en Chine, le coronavirus 2019-nCoV se répand dans le monde et touche durement la Chine. Le dernier bilan officiel annonce 40 530 infections confirmées et 910 morts. La majorité des cas ont été confirmés en Chine, avec 40 171 personnes touchées et 908 morts. En France 11 cas ont été diagnostiqués pour l'heure par les autorités.

Braconné sans vergogne, le pangolin aurait transmis le coronavirus à l'homme

Si les scientifiques ont rapidement pointé du doigt la chauve-souris dans la transmission de coronavirus à l'homme, estimant qu'elle serait, comme pour le Sras et le Mers-CoV, son réservoir... Des chercheurs de l’université d’agriculture du sud de la Chine pensent avoir identifié son "hôte intermédiaire". Le serpent avait d'abord été soupçonné d'être cette fameuse espèce, ce chaînon manquant, mais il a finalement été écarté. Les soupçons se portent désormais sur le... pangolin. C'est lui qui aurait permis au coronavirus de passer de la chauve-souris à l'homme.

Les chercheurs chinois mettent en garde. Il faut attendre les résultats complets des analyses avant de valider cette théorie. Cependant d’autres chercheurs internationaux considèrent leur hypothèse comme plausible. Edward Holmes, spécialiste en virologie à l’université de Sydney (Australie), estimait dans un article de Nature paru ce vendredi que "cela a du sens, car il existe maintenant d’autres données indiquant que les pangolins sont porteurs de virus qui sont étroitement liés au 2019-nCoV."

Mais qu'est-ce qu'un pangolin ?

Le pangolin, mammifère méconnu dans nos contrées, est un petit animal édenté d'environ un mètre de long, arboricole ou terrestre, couvert d'écailles qui se nourrit de fourmis et termites. Il vit en Asie et en Afrique.

Bien que le pangolin soit protégé, c'est aussi l'animal le plus menacé du monde. En cause, le braconnage dont il est victime, suscité par sa chair et ses écailles très prisées en Asie, notamment pour les vertus thérapeutiques qu'on leur attribue.

Selon l'ONG WildAid, près de 100 000 pangolins seraient victimes en Asie et en Afrique de trafic illégal. Leur viande délicate est très appréciée des Chinois et Vietnamiens. Leurs écailles, os et organes sont quant à eux prisés par la médecine traditionnelle asiatique. En 2016, la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction (Cites) a voté l’inscription des pangolins à son annexe 1, qui interdit leur commerce. Pourtant depuis, il n'a cessé de croître. De leur côté les autorités chinoises tentent de limiter la consommation de la bête sur son territoire. Depuis le 1er janvier 2020, les écailles de pangolin utilisées dans certains traitements traditionnels ne sont plus remboursés.

Le petit mammifère est cependant vendu en Chine sur ces fameux marchés d'animaux vivants, mal réglementés et incriminés dans la survenue de l'épidémie à Wuhan. Même si rien ne saurait confirmer pour le moment que l’animal était bien présent au marché de Wuhan où a démarré l’épidémie. L'espèce est protégée et interdite à la vente. En clair : le pangolin ne se déniche qu'au marché noir, et il est fort difficile de retracer son parcours.

Sras 2002-2003 : un autre animal, la civette était déjà en cause

En 2002-2003, lors de l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), autre coronavirus (en forme de couronne), avait lui aussi été transmis par un petit animal sauvage qui lui avait là encore servi d'"hôte intermédiaire" : la civette palmiste masquée. Point commun avec le pangolin : elle était aussi présente sur les étales des marchés de Chine.

Le Sras était alors apparu dans le sud du pays après avoir été transmis, comme ce pourrait être le cas du coronavirus, de la chauve-souris, son "réservoir naturel", à l'homme par la civette, bête elle aussi appréciée pour sa chair en Asie.

Photo : civette palmiste masquée ou pagume

Photo : civette palmiste masquée ou pagume© Creative Commons

© CC Denise Chan from Hong Kong, China — Balance beam - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/

Comme le coronavirus parti de Wuhan en Chine, le Sras s'est avéré particulièrement contagieux, provoquant également des pneumonies mortelles. Il aura fait finalement 774 morts et contaminé 8 096 personnes à travers une trentaine de pays. À ce jour le coronavirus de Wuhan aurait déjà fait plus de 900 décès et atteint 40 000 personnes...

Qu'est-ce qu'une espèce réservoir ?

En épidémiologie animale et en infectiologie, on appelle espèce réservoir ou réservoir à virus, un être vivant qui héberge et assure la survie prolongée d'un agent pathogène transmissible à l'homme ou à une autre espèce en lui permettant de se reproduire au préalable.

Un exemple concret pour mieux comprendre : la rage affecte les chauves-souris, mouffettes, blaireaux, Martres, Renards ou ratons-laveurs (dits réservoirs primaires), qui peuvent morde d'autres animaux tels que les chiens, chats, furets... Ce sont ces derniers "hôtes intermédiaires", qui transmettent alors facilement à leur tour la pathologie à l'homme, via une morsure ou une griffure.

Les contaminations inter-humaines deviennent alors possibles. Dans le cas de la rage notamment de la mère à l'enfant durant la grossesse.

Pourquoi le coronavirus n'est-il pas passé directement de la chauve-souris à l'homme ?

L'animal source du coronavirus, son premier réservoir, serait la chauve-souris. Les chercheurs l'ont d'ailleurs soupçonnée dès le début de l'épidémie. Le petit mammifère volant serait l'hôte hébergeant le virus sans en tomber malade, et ainsi capable de contaminer d'autres espèces. Selon certains scientifiques, les génomes du coronavirus et de ceux circulant chez la chauve-souris seraient identiques à 96%.

Mais le virus présent chez cette dernière est incapable de se fixer sur les récepteurs humains. C'est pourquoi, il est vraisemblablement passé par un autre animal dit "hôte intermédiaire" pour atteindre l'homme, le petit pangolin.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.