Ecouter l'article :

Les troubles du sommeil pendant la ménopause peuvent contribuer à la prise de poids. C'est ce qu'il ressort d'une nouvelle étude présentée virtuellement à ENDO 2021, la réunion annuelle de l'Endocrine Society, des chercheurs du Brigham and Women's Hospital à Boston aux États-Unis. "Aider les femmes à mieux dormir pendant la ménopause peut réduire les chances qu'une femme prenne du poids, ce qui à son tour réduira son risque de diabète et d'autres maladies connexes", explique Leilah Grant, chercheuse principale de l'étude.

Selon les statistiques, 80% des femmes prennent entre 3 et 8 kilos au moment de la ménopause. Une prise de poids souvent attribuée à la baisse d'œstrogènes et le maintien de la production de testostérone, qui favoriserait l'accumulation des graisses. Or selon les chercheurs, cela pourrait ne pas être la seule cause, puisque toutes les femmes cessent de produire de l'œstrogène mais que toutes ne prennent pas de poids. "Un autre symptôme commun, qui touche également environ la moitié des femmes pendant la ménopause, est l a perturbation du sommeil, qui a été indépendamment liée à des changements dans le métabolisme qui pourraient augmenter le risque de prise de poids", assure Leilah Grant.

Un mauvais sommeil diminue l'élimination graisseuse

Dans cette étude, relayée par Pourquoi docteur, des chercheurs américains ont suivi 21 femmes pré-ménopausées en bonne santé et ont volontairement perturbé leur sommeil pour examiner les effets d'un mauvais sommeil sur l'utilisation des graisses par l'organisme. Les femmes ayant participé à l'étude ont bénéficié de deux nuits de sommeil ininterrompu, suivies de trois nuits de sommeil interrompu, où elles ont été réveillées par une alarme toutes les 15 minutes pendant deux minutes à chaque fois. Neuf des volontaires ont également suivi ce rythme de sommeil saccadé, mais après avoir pris un médicament faisant baisser leur niveau d'œstrogènes à des niveaux semblables à ceux qui surviennent à la ménopause.

Résultat, les chercheurs américains ont constaté une réduction significative de la vitesse à laquelle le corps des femmes éliminait les graisses après trois nuits de sommeil perturbé, par rapport à une nuit de sommeil normale. Une réduction similaire de l'utilisation des graisses a également été observée lorsque l'œstrogène était supprimé, même pendant un sommeil normal. La combinaison d'un faible taux d'œstrogènes et de troubles du sommeil a également réduit l'élimination des graisses, mais l'effet n'était pas plus important que pour le sommeil perturbé et la baisse du niveau d'œstrogènes prises séparément.

Un moyen de prévenir la prise de poids à la ménopause ?

"En plus de la suppression des œstrogènes, les troubles du sommeil diminuent l'utilisation des graisses. Cela peut augmenter la probabilité de stockage des graisses et de prise de poids ultérieure pendant la ménopause", conclut Leilah Grant. Cela suggère que les troubles du sommeil, indépendamment de la réduction des œstrogènes, peuvent modifier l’assimilation des graisses, et donc favoriser une prise de poids. Dormir de manière suffisante et d'un sommeil de qualité serait donc un moyen de prévenir la prise de poids observée à la ménopause.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.