Un nouveau virus mortel est apparu en Chine. Alors que le monde fait difficilement face à une reprise épidémique due au variant Delta, un nouveau virus a causé la mort d'un vétérinaire en Chine. Comme le rapporte L'Express, les autorités chinoises ont révélé ce samedi 17 juillet qu'un vétérinaire chinois de 53 ans était décédé après avoir contracté le virus "Monkey B" ou Herpès B du singe en français. Il s'agit d'une maladie infectieuse extrêmement rare transmise par les primates, et principalement par les macaques, d'où son nom d'"herpès B du singe". Cela inquiète les autorités puisqu'il s'agit du premier cas d'humain infecté reporté en Chine. Selon le Washington Post, le vétérinaire décédé travaillait dans un institut basé à Pékin spécialisé dans la recherche expérimentale sur les primates, selon un rapport du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Herpès B du singe : une mortalité d'environ 80%

Début mars, il a disséqué deux singes morts et a développé, un mois plus tard, de la fièvre, des nausées, des vomissements et des symptômes neurologiques, selon le rapport. Outre la fièvre et les douleurs, des fourmillements voire une paralysie peuvent apparaître car le virus s’attaque au système nerveux. Malgré des soins dans plusieurs hôpitaux, l'homme est décédé le 27 mai. Après analyse de prélèvements sanguins et salivaires du quinquagénaire, il a été diagnostiqué comme atteint du virus Monkey B. Comme le précise le Washington Post, il s'agit d'un virus assez répandu chez les singes macaques et qui est souvent mortel une fois transmis à l'homme.

En effet, sans traitement, le taux de mortalité est d'environ 80%. Selon les Centres de prévention et de contrôle des maladies américains (Centers for Disease Control and Prevention, CDC), il n'y a eu que 50 cas de virus Monkey B transmis à l'homme depuis sa découverte en 1932. Mais sur les 50 personnes infectées, 21 sont décédées. Le Washington Post rapporte que la plupart des cas de virus transmis à l'homme concernent des personnes travaillant avec des singes, comme des vétérinaires ou des chercheurs.

Herpès B du singe : vers une nouvelle épidémie ?

Selon livescience.com, une fois que le virus ait transmis de l'animal à l'humain, il n'est pas très contagieux et ne se propage pas facilement entre humains. En effet selon le CDC, il n'y a eu qu'un seul cas signalé d'infection par le virus Monkey B chez un humain transmise par une autre personne. Ce nouveau coronavirus est apparu de source "zoonotique", c'est-à-dire qu'il a été transmis des animaux aux humains. Mais contrairement au coronavirus actuel, avec l'herpès B du singe, l'homme, une fois infecté, est une "impasse" selon le Dr Nikolaus Osterrieder, doyen du Jockey Club College of Veterinary Medicine and Life Sciences à Hong Kong. Il a en effet assuré ne pas redouter une épidémie au Washington Post car il juge que le virus "ne saute pas d'un humain à un autre".

Malgré tout, les autorités sanitaires chinoises assurent que le nouveau rapport suggère que le virus "pourrait constituer une menace zoonotique potentielle" pour les personnes qui travaillent avec des singes; et qu'il est donc nécessaire de "renforcer la surveillance chez les macaques de laboratoire et les travailleurs qui s'en occupent en Chine". En effet, les autorités de santé du comté de Dallas au Texas, aux États-Unis, ont signalé le cas d'un homme atteint d'un rare cas de variole du singe. Une maladie qui peut aussi être transmise lorsque des personnes sont mordues ou griffées par un animal. Il peut également se transmettre à l’humain via du matériel souillé ou par voie oculaire, si une main contaminée est portée aux yeux par exemple.

Quelle conduite à tenir pour éviter la contamination ?

L'Inrs livre des conseils détaillés pour éviter d'être contaminé, notamment si on travaille ou est en contact avec des singes.

  • Réduire les sources de contamination
    possibles
  • Soins de proximité aux animaux (nourriture…) : porter
    vêtements à manches longues, écran facial (ou masques
    chirurgicaux et lunettes) et gants adaptés.
  • Manipulation des singes : anesthésie préalable et porter
    des gants résistants et étanches.
  • Nettoyage des déjections animales : éviter l’utilisation de
    jets d’eau à très haute pression, porter gants, bottes…
  • Manipulation de cadavres ou de déchets animaux :
    porter des gants étanches.
  • Respecter les règles d'hygiène
  • Se laver les mains (eau potable et savon)
    systématiquement après contact avec les animaux, les déchets ou
    les déjections animales, mais aussi avant les repas, les pauses, en fin de journée de travail.
  • Ne pas boire, manger, fumer… sur les lieux de travail.
  • Si plaie : laver, savonner, puis rincer (15 minutes).
  • Désinfecter, et recouvrir d'un pansement imperméable.
  • Si projection dans les yeux : rincer immédiatement à
    l’eau potable pendant 15 minutes.
  • Vêtements de travail, gants, bottes, lunettes ou écran
    facial : nettoyer régulièrement.
  • Matériels réutilisables piquants ou coupants : nettoyer
    et désinfecter après utilisation.
  • En fin de journée de travail : changer de vêtements.

Vous aussi participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Man in China dies of rare 'monkey B' virus, livescience.com, 19 juillet 2021. 

https://www.livescience.com/monkey-b-virus-china-death.html

Chinese veterinarian dies from rare Monkey B virus, The Wahsington Post, 19 juillet 2021.

https://www.washingtonpost.com/gdpr-consent/?next_url=https%3a%2f%2fwww.washingtonpost.com%2fworld%2f2021%2f07%2f19%2fmonkey-b-virus-china-human%2f

Herpès B du singe : un vétérinaire chinois meurt après l'avoir attrapé en laboratoire, L'Express, 20 juillet 2021.

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/herpes-b-du-singe-un-veterinaire-chinois-meurt-apres-l-avoir-attrape-en-laboratoire_2155275.html

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.