Existe-t-il un schéma vaccinal privilégié pour booster l’efficacité de la troisième dose vaccinale ? Oui si l’on en croit le communiqué de presse commun publié ce mardi 7 décembre par l’Agence européenne des médicaments et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Selon l’autorité sanitaire, la combinaison de vaccins à vecteur viral et de vaccins à ARN messager produit “de bons niveaux d'anticorps contre le virus et une réponse immunitaire des lymphocytes T plus élevée qu’avec l’utilisation du même vaccin”.

Les autorités sanitaires précisent que "les résultats d’études sur la vaccination hétérologue suggèrent que la combinaison ayant donné les meilleurs résultats” consiste à se voir d’abord injecter un vaccin à vecteur viral tel que celui d’AstraZeneca ou de Johnson & Johnson, puis une injection d’un vaccin à ARN messager comme Pfizer et Moderna. Une combinaison qui peut être utilisée “à la fois pour les injections initiales et les rappels”. En effet, elles recommandent d’utiliser des vaccins différents, à vecteur viral puis à ARN messager, que ce soit entre la première et la deuxième dose ou entre les deux premières doses et la troisième dose de rappel.

Combiner les vaccins plus efficaces contre le virus

Une bonne nouvelle pour les pays qui ont déjà débuté leur campagne vaccinale de rappel et qui voient les stocks de certains vaccins réduits face à la hausse des demandes. Cela devrait en effet “garantir que le nombre maximum de citoyens de l'UE soient vaccinés et protégés le plus rapidement possible”. L'utilisation d'un vaccin à vecteur viral comme seconde dose dans les schémas de primo-vaccination, ou l'utilisation de deux vaccins à ARN messager différents est en revanche moins bien étudiée selon les autorités sanitaires.

Pour rappel, il est également possible de recevoir une dose de rappel d’un vaccin à ARN messager différent de son parcours vaccinal initial. En France, "les rappels vaccinaux sont effectués uniquement avec des vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna). Ces deux vaccins peuvent être utilisés quel que soit le vaccin utilisé dans le cadre du premier schéma vaccinal, mais le vaccin Pfizer est recommandé pour les personnes de moins de 30 ans", détaille le gouvernement.

Si certaines études suggèrent que les effets secondaires comme la douleur, la fièvre, les maux de tête et la fatigue seraient plus importants après une combinaison de vaccins différents, les résultats à ce sujet ne sont “pas uniformes” selon l’EMA et l’ECDC. Une combinaison de plusieurs vaccins semble plus efficace pour lutter contre le virus et ses nombreux variants, dont le dernier connu Omicron.

Des résultats préliminaires publiés ce mardi 7 décembre suggèrent en effet que le variant Omicron est bien plus résistant aux anticorps neutralisants des vaccins que la souche originelle du sars-CoV-2 ou que le variant Delta, mais qu’il n’échappe pas complètement à l’action du vaccin de Pfizer. L’étude a été menée par les équipes d’Alex Sigal à l’Africa Health Research Institute de Durban. C’est la première à se pencher sur le comportement du variant Omicron chez des personnes vaccinées. Malgré ces résultats quelque peu rassurants, Dans les colonnes du quotidien allemand Handelsblatt, relayé par Courrier International, le PDG de BioNTech a quant à lui affirmé que "nous aurons besoin d’un nouveau vaccin contre ce nouveau variant".

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

EMA and ECDC recommendations on heterologous vaccination courses against COVID-19, communiqué European Medicines Agency, 7 décembre 2021.  

https://www.ema.europa.eu/en/news/ema-ecdc-recommendations-heterologous-vaccination-courses-against-covid-19

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.