Sommaire

Un virus insaisissable…

On ignore à quelle époque la grippe est apparue. On sait en revanche qu’elle est due à 3 virus différents (influenza A, B et C) dont les possibilités de mutations sont infinies. Résultat : l’organisme, chaque année confronté à une nouvelle souche, n’a jamais les anticorps adéquats en réserve. En règle générale, c’est la surface du virus qui se modifie. Mais il arrive aussi qu’il subisse des changements radicaux et donne naissance à une autre souche contre laquelle ni l’immunité, ni les vaccins préparés à partir des virus antérieurs ne peuvent assurer un rempart efficace. La nouvelle grippe se répand donc comme une traînée de poudre. On parle alors de pandémie. Dernière en date : la grippe de Hong Kong en 1968, dont les virus aujourd’hui en circulation sont tous des descendants.

Faut-il se faire vacciner ?

Le vaccin n’est pas efficace à 100 %, c’est vrai. Mais il protège dans 6 à 7 cas sur dix, et atténue de toute façon la puissance du virus (on sera alors moins malade). Seul bémol : il n’est efficace que 15 jours après l’injection et ne protège que quatre à six mois. Il faut donc répéter l’opération chaque année, le plus tôt possible ! L’injection peut être effectuée chez l’enfant, mais elle est surtout conseillée à partir de 60 ans (elle est gratuite à partir de 65 ans). Elle est également préconisée en cas de pathologies chroniques comme le diabète, les maladies du système cardio-vasculaire, des reins ou respiratoires. Enfin, le personnel de santé doit aussi se faire vacciner, ainsi que toute personne séjournant dans un établissement médical.

Comment renforcer ses défenses ?

En sus du vaccin, il est vivement recommandé d’armer son organisme contre le virus de la la grippe… qui s’attaque surtout aux personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies. Pour les renforcer ou ne pas les solliciter inutilement, pensez à respecter les mesures d’hygiène de base (lavez-vous les mains après chaque sortie, avant tous les repas et encore plus régulièrement si vous êtes en présence d’un malade). Veillez aussi à manger équilibré. Une alimentation riche en vitamines A, C et E, en sélénium et en zinc a des effets protecteurs. Pensez aux agrumes, aux choux, aux céréales, aux huîtres ou à l’huile d’olive. Enfin, un peu d’exercice, ou même simplement une marche d’au moins une demi-heure par jour, consolide les barrières immunitaires.

Phyto, homéo : idéales en complément !

Lorsqu’elles sont prises dès le début de l’hiver, certaines plantes renforcent les défenses immunitaires et constituent un complément idéal au vaccin. Le ginseng et l’échinacée ont fait l’objet de nombreuses recherches. Leurs capacités à booster l’immunité ou remettre en forme sont prouvées. Les qualités antiseptiques de l’eucalyptus, d’ailleurs utilisé dans de nombreux remèdes allopathiques, ont également été démontrées dans le traitement des voies respiratoires, en inhalation notamment... Mais l’homéopathie a aussi sont mot à dire. Les spécialistes conseillent généralement, en première intention, le fameux oscillococcinum, et on peut, en cas de symptômes brutaux, prendre toutes les heures trois granulés de belladonna 9 CH + aconit 9 CH…

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.