Acidocétose diabétique: définition, symptômes, traitements

Certifié par nos experts médicaux MedisiteL’acidocétose diabétique est l’une des complications majeures d’un diabète mal équilibré ou d’un diabète débutant (non diagnostiqué et non traité). Heureusement rare, elle nécessite une prise en charge immédiate car elle peut entraîner un coma voire la mort. Définition, symptômes et traitements, on fait le point sur l’acidocétose diabétique.

Définition et physiopathologie de l'acidocétose diabétique

L’acidocétose diabétique (ACD) est une complication grave du diabète et touche en priorité les diabétiques de type 1. Elle correspond à une acidification du sang provoquée par l’accumulation de corps cétoniques, des substances toxiques qui sont en principe évacuées par l’organisme.

Dans le cas d’un manque prolongé de sucre dans les cellules, l’organisme puise ses besoins dans les corps gras (les acides gras) qui produisent à leur tour les corps cétoniques (des déchets en quelque sorte). En principe, l’insuline permet au sucre sanguin de migrer vers les cellules. Si l’insuline ne joue pas correctement son rôle (en cas de diabète), l’organisme produit plus de corps cétoniques qu’il est capable d’en éliminer et le sang devient de plus en plus acide. On est alors en en état d’acidocétose.

À noter : la présence de corps cétoniques dans les urines s’appelle cétonurie, c’est l’état qui précède l’acidocétose.

Chiffres : l'acidocétose diabétique est-elle courante ?

L’acidocétose diabétique est heureusement aujourd’hui rare. L’information et la meilleure prise en charge du diabète (débutant ou installé) combinées à l’efficacité des injections d’insuline expliquent ces bons chiffres, qu’il faut toutefois relativiser chez l’enfant.

Quelle est la fréquence de l'acidocétose diabétique chez l’adulte ?

On compte un cas d’acidocétose diabétique chez environ 1 patient diabétique sur 250.

Quelle est la fréquence de l'acidocétose diabétique chez l'enfant ?

Cette complication du diabétique est beaucoup plus courante chez les jeunes diabétiques. D’ailleurs un tiers des diagnostics de diabète de type 1 chez l’enfant est posé à la suite d’un épisode d’acidocétose. On estime que 40% des enfants ou des adolescents diagnostiqués avec un diabète de type 1 présentent une acidocétose diabétique.

Quels sont les symptômes de l'acidocétose diabétique ?

Même si l’acidocétose s’installe progressivement (en quelques jours), les symptômes se déclarent assez rapidement. Parmi les signes les plus courants, on note :

  • une soif intense ;
  • des envies d’uriner plus fréquentes et des urines abondantes ;
  • une haleine particulière (odeur de pomme ou de dissolvant) ;
  • une perte de poids rapide ;
  • une perte d’appétit ;
  • des nausées et vomissements ;
  • de la fatigue ;
  • des douleurs abdominales (notamment chez les enfants) ;
  • des crampes nocturnes ;
  • une respiration saccadée.

Quelles sont les causes de l'acidocétose diabétique ?

Un diabète non diagnostiqué

C’est la principale cause d’acidocétose diabétique chez l’enfant. Dans le cas d’un diabète de type 1 (90% des cas de diabète chez l’enfant), le pancréas ne secrète pas assez d’insuline ce qui oblige les cellules à puiser leur énergie dans les corps gras.

Un diabète mal équilibré

Dans la majorité des cas, un diabète mal équilibré est responsable de l’acidocétose diabétique chez l’adulte. Chez les personnes qui sont diagnostiquées avec un diabète de type 1, c’est un mauvais suivi du traitement et notamment des injections d’insuline peut provoquer une acidocétose. Les doses d’insuline, trop faibles, ne permettent de maintenir un taux de glucose sanguin équilibré.

Les maladies qui provoquent un stress de l’organisme

Dans tous les cas, une infection augmente les besoins en énergie de l’organisme (pour lutter contre le virus ou l’attaque bactérienne) ce qui induit une modification de l’utilisation du glucose sanguin. Les patients diabétiques ont donc tout intérêt à adapter leur traitement en cas de maladie. Toutefois, certaines maladies augmentent plus sérieusement le risque de développer une acidocétose chez les patients diabétiques, ce sont :

  • les infections (pneumonie, infection urinaires) ;
  • l’infarctus du myocarde ;
  • la pancréatite ;
  • un accident vasculaire cérébral (AVC).

Certains médicaments

La prise de certains médicaments peut augmenter le risque d’acidocétose chez les patients diabétiques, notamment parce que les médicaments peuvent modifier les besoins en insuline. C’est le cas avec certains corticoïdes. Dans de très rares cas, les patients atteints de diabète de type 2 peuvent également déclencher une acidocétose suite à la prise d’antidiabétiques oraux comme les inhibiteurs du SGLT2.

À noter : il existe d’autres types d’acidocétose, indépendantes du diabète. L’organisme peut se mettre en état d’acidocétose lors d’un jeûne prolongé par exemple, après des épisodes répétés de vomissements ou lors d’une forte absorption d’alcool. Ces cas d’acidocétose (on ne parle plus alors d’acidocétose diabétique) se traitent généralement par simple injection de glucose.

Quels sont les facteurs de risques de l'acidocétose diabétique ?

L’âge

Une méta analyse britannique qui a passé en revue 46 études internationales incluant plus de 4000 enfants venant de 31 pays montre une proportion plus importante de cas d’acidocétose diabétique chez les enfants de moins de 2 ans.

Le retard de diagnostic du diabète

L’acidocétose est en effet souvent consécutive à un retard de diagnostic. Les premiers symptômes de diabète n’ayant pas été repérés, l’acidocétose s’est installée. C’est pourquoi l’acidocétose touche moins les enfants dont les parents sont bien informés ou diabétiques eux-mêmes.

Quelles sont les personnes à risque d'acidocétose diabétique ?

Les personnes ayant un risque de souffrir d'acidocétose diabétique sont :

  • Les enfants diabétiques (type 1) non diagnostiqués.
  • Les enfants diabétiques de type 1 dont le traitement n’est pas adapté ou qui suivent mal leur traitement.
  • Les diabétiques de type 1 dont le traitement n’est pas adapté ou qui suivent mal leur traitement.
  • Les diabétiques de type 2 (dans de plus rares cas), dont le traitement n’est pas adapté ou qui suivent mal leur traitement.

Durée : comment évolue l'acidocétose diabétique ?

L’acidocétose diabétique est une complication aiguë d’évolution rapide. Elle s’installe généralement en deux à trois jours et peut évoluer ensuite très rapidement vers d’autres complications si elle n’est pas traitée.

Contagion : l'acidocétose diabétique est-elle contagieuse ?

Il n’y a aucun risque de contagion en cas d’acidocétose diabétique.

Qui, quand consulter en cas d'acidocétose diabétique ?

Il faut consulter le plus rapidement possible et privilégier les services d’urgence qui pourront prendre en charge rapidement l’acidocétose diabétique.

Quelles sont les complications de l'acidocétose diabétique ?

L’acidocétose diabétique est une complication en elle-même. Elle doit donc être traitée comme telle par des mesures d’urgence. Si l’acidocétose n’est pas prise en charge rapidement le patient va souffrir de complications de plus en plus graves :

  • Modifications graves des taux de sodium et de potassium.
  • Troubles respiratoires.
  • Troubles de la conscience.
  • Coma acidocétosique (qui peut mener au décès).

Quels sont les examens et analyses nécessaires en cas d'acidocétose diabétique ?

L'autosurveillance

En cas de glycémie supérieure à 2.5g/l (on parle d’hyperglycémie), le malade atteint de diabète doit systématiquement rechercher la présence de corps cétoniques dans ses urines ou dans son sang (soit en utilisant des bandelettes urinaires, soit via le lecteur de glycémie).

Photo : le lecteur de glycémie permet l'autosurveillance glycémique

Photo : le lecteur de glycémie permet l'autosurveillance glycémique© Creative Commons

Copyright : photo publiée par Omstaal sous la licence CC BY SA 4.0 https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Self_Monitoring_of_Blood_Glucose.png

La prise en charge

Lors de la prise en charge médicale  (nécessairement à l’hôpital en cas d’acidocétose diabétique), les différents examens permettront de définir l’évolution de l’acidocétose :

  • Un bilan sanguin, pour déterminer la glycémie et vérifier le pH sanguin (qui diminue en cas d’acidocétose).
  • Un examen d’urine, pour détecter la présence de corps cétoniques et de glucose.

Si l’acidocétose diabétique est avancée, l’équipe médicale peut être amenée à demander d’autres examens complémentaires comme une radio des poumons, des prélèvements biologique (pour rechercher une infection) ou encore un électrocardiogramme.

Traitements : comment se soigne l'acidocétose diabétique ?

Le traitement, qui sera conduit lors d’une hospitalisation, reposera sur des injections d’insuline couplée à des injections en intraveineuse de glucose et de potassium. Les patients présentant également un état de déshydratation avancée devront être réhydratés.

Prévention : peut-on éviter l'acidocétose diabétique ?

Prévenir l'acidocétose chez l’adulte

Elle passe avant tout par un bon suivi et par une adaptation des doses d’insuline en cas de modification de la glycémie. Les patients diabétiques doivent plus particulièrement vigilants (et donc multiplier les contrôles) en cas d’extraction dentaire, d’intolérance digestive, des longs voyages, d’erreur dans la prise d’insuline ou de toute situation qui pourrait modifier l’équilibre glycémique. En cas de cétonurie détectée lors d’un contrôle d’autosurveillance urinaire (bandelette), il faut augmenter les doses d’insuline et/ou se rapprocher très rapidement de son médecin.

Prévenir l'acidocétose chez l’enfant

Une étude menée par une équipe de l’hôpital Necker et publiée à l’occasion de la Journée mondiale du diabète en 2017 a établi que malgré une campagne d’information auprès des médecins généralistes :

"seuls 47,6% d’entre eux avaient diagnostiqué un Diabète de Type 1 (DT1) chez l’enfant ou l’adolescent ; 27,8% ignoraient que le DT1 pouvait se déclarer avant l’âge de 2 ans ; 8,3% déclaraient que l’acidocétose n’était pas mortelle ; l’importance de certains symptômes (histoire familiale, infection urinaire...) était surestimée. Les critères de diagnostic évoqués étaient davantage ceux du diabète de type 2 que du diabète de type 1 et l’urgence d’une prise en charge hospitalière était trop souvent ignorée".

C’est en accompagnant mieux l’information auprès des médecins généralistes, souvent consultés en première intention, qu’il pourra y avoir des progrès dans la prévention du diabète de type 1 chez l’enfant, et donc de l’acidocétose diabétique.

Comment éviter l’acidocétose diabétique ?

Les conseils du Dr Natalia Leston : "Chez l’enfant, l’acidocétose diabétique se déclare quand le diabète est déjà installé mais pas encore diagnostiqué. Sa meilleure prévention passe par la prévention du diabète de type 1 chez l’enfant. Une meilleure information doit être véhiculée auprès des pédiatres et des médecins traitants. Les parents, eux-mêmes diabétiques ou ayant dans leur entourage familial proche des diabétiques, doivent être vigilants et consulter un spécialiste dès qu’ils constatent les premiers symptômes typiques du diabète (soif intense, envie d’uriner plus fréquentes, fatigue…) chez leur enfant".

"Chez l’adulte, autour de 40 ans, un diabète de type 1 d’évolution lente (LADA) avec des anticorps positifs, peut se déclencher car c’est aussi une maladie auto-immune. Il faut le rechercher chez tous les patients diabétiques de type 2 ou non diabétiques, qui présentent signes de céto-acidose diabétique ou, plus fréquemment, une perte de poids importante avec fatigue, asthénie, glycémie élevée malgré un traitement avec des antidiabétiques oraux". 

Sites d’informations et associations

Sites d’information sur le diabète et l'acidocétose diabétique

https://www.federationdesdiabetiques.org/

https://www.vivre-avec-mon-diabete.fr/

Associations de diabétiques

L’aide aux jeunes diabétiques : www.ajd-diabete.fr

Association française des femmes diabétiques : www.femmesdiabetiques.com

Enfance, adolescence et diabète : www.enfance-adolescence-diabete.org