Intolérance au gluten : pourquoi ce n'est pas une allergie

Il est parfois difficile de s’y retrouver entre allergie et intolérance au gluten. Pourtant, ces deux mécanismes sont bien différents. On fait le point.
Istock

L’allergie au gluten: une allergie alimentaire rare

De manière générale, l’allergie se définit comme une réaction immunitaire à certaines substances qui sont pourtant inoffensives pour l’organisme. En présence de ces allergènes, le système immunitaire déclenche une violente réaction qui entraîne divers symptômes plus ou moins graves. L’allergie au gluten est une maladie rare qui suit l’ingestion de certaines protéines du gluten. Elle se manifeste par des symptômes immédiats après la digestion comme des démangeaisons, des œdèmes, des rougeurs, ou parfois un choc anaphylactique dans les cas les plus graves. Comme toutes les allergies, elle peut être diagnostiquée par un bilan d’allergologie. Les personnes qui souffrent de ce type d’allergie doivent exclure le gluten de leur alimentation.

L’intolérance au gluten

L’intolérance au gluten est plus sournoise qu’une allergie, car elle ne provoque pas de réactions immédiates. Appelée aussi "maladie cœliaque", elle est ainsi plus difficile à diagnostiquer, et les patients peuvent vivre plusieurs années avant de connaître la cause de leurs maux. L’intolérance au gluten se caractérise par une réaction immunologique anormale de l'organisme vis-à-vis du gluten qui, à terme, altère les parois de l’intestin. Ce dernier n’est alors plus capable d’absorber correctement les nutriments, vitamines et minéraux. Des problèmes liés à un mauvais métabolisme font leur apparition: anémie, troubles de l’humeur, diarrhées, douleurs abdominales, fatigue inhabituelle ou encore amaigrissement.

Obtenez votre bilan minceur gratuit !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.