Amputé de l'avant-bras après avoir mangé des fruits de mer contaminés

En Corée du Sud, un homme s'est vu transporté à l'hôpital après avoir consommé des fruits de mer crus contaminés par une bactérie particulièrement dangereuse. Il a dû être amputé de son avant-bras.

Publicité

© IstockMis à part leur ouverture et leur décorticage qui ne sont pas franchement faciles, qui aurait pu penser que manger des fruits de mer pouvait être aussi périlleux ? Récemment, un Coréen de 71 ans en a fait l'amère expérience : l'homme a dû être transporté à l'hôpital et amputé de son avant-bras après avoir mangé des fruits de mer crus contaminés par une bactérie particulièrement virulente, rapporte le New England Journal of Medicine le 26 juillet 2018.

Une amputation inévitable

L'homme se plaignait d'avoir de la fièvreet des douleurs vives à la main gauche douze heures après avoir mangé des fruits de mer crus. Sur le dos de sa main extrêmement gonflée et couverte d'ecchymoses, on pouvait observer d'énormes cloques remplies de sang (appelées bulles hémorragiques) qui mesuraient 3,5 cm sur 4,5 cm. Une fois à l'hôpital, les médecins ont procédé à une analyse du liquide qui se trouvait dans les bulles hémorragiques et y ont détecté la présence de la bactérie Vibrio vulnificus.

Publicité
Publicité

L'amputation de l'avant-bras du septuagénaire fut inévitable. "Malgré le traitement, les lésions cutanées ont évolué vers des ulcères nécrotiques profonds, et l'amputation de l'avant-bras gauche a été réalisée 25 jours après la présentation, expliquent les Dr Jin Park et Chang-Seop Lee. Le patient s’est bien remis de l'opération et a été renvoyé chez lui."

Vibrio vulnificus, une bactérie "mangeuse de chair"

Vibrio vulnificus, à l'origine de ces complications, est une bactérie que l'on retrouve dans les environnements marins. Elle est associée à plusieurs espèces marines telles que le plancton, les crustacés (huîtres, palourdes et crabes) et les poissons. Comme l'indique le site Vidal, la maladie qui se développe ensuite "résulte de l'infection des plaies soit par contamination d'une plaie ouverte avec l'eau de mer hébergeant la bactérie, soit par lacération de la peau par le corail, [...] ou encore de l'ingestion de la bactérie contenue dans l'eau contaminée."

La bactérie "Vibrio vulnificus peut causer des infections cutanées après l'exposition de la plaie à l'eau de mer contaminée, ainsi que la septicémie primaire par la consommation de fruits de mer crus ou insuffisamment cuits, précisent les médecins. Les patients atteints de maladies immunodéprimantes, y compris les maladies chroniques du foie et le cancer, ont un risque accru d'infection et de complications." La victime souffrait en effet de diabète de type 2 et d'hypertension mais était également traité par hémodialyse pour une maladie rénale en phase terminale.

Cette bactérie agressive fait partie de celles que l'on surnomme "mangeuses de chair" et qui développent une infection appelée fasciite nécrosante. Elle est dûe à la libération de toxines par les bactéries qui sont mortelles pour les cellules vivantes. Elles peuvent également conduire à la production de radicaux libres qui, à outrance, deviennent toxiques pour notre organisme. Selon Centers for Disease Control and Prevention, 80 000 cas et 100 morts sont récensés chaque année aux Etats-Unis.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X