Sommaire

La cystite est une infection urinaire localisée au niveau de la vessie. Le plus souvent, elle est due à la bactérie Escherichia Coli. Fréquente chez la femme, elle est en général sans gravité. Voici nos meilleures astuces pour l'éviter cet été.

Comment reconnaître une cystite ?

La cystite est une infection urinaire qui survient quand la bactérie Escherichia coli - présente naturellement dans le tube digestif - pénètre dans l’urètre, puis remonte dans la vessie.

Celle-ci survient de façon plus ou moins brutale, mais elle est plus fréquente chez la femme que chez l'homme.

Pour la détecter, voici les premiers symptômes à repérer :

  • des brûlures ou des douleurs en urinant ;
  • une sensation de poids dans le bas du ventre ;
  • des besoins pressants d'uriner (impression de ne pas pouvoir se retenir) ;
  • des besoins d'uriner très souvent sans pouvoir évacuer beaucoup d'urine (pollakiurie) ;
  • des urines troubles, dégageant une odeur inhabituelle et contenant éventuellement des traces de sang.

Bon à savoir : lors d'une cystite, la personne n'a pas de douleur lombaire, elle ne frissonne pas et sa température est normale. En cas de fièvre, ne tardez pas à consulter : ce signe révèle bien souvent une atteinte infectieuse rénale.

Cystite en été : une saison à risque ?

Selon un étude de 2011 menée par le NCBI (US National Library of Medecine), la vente de médicaments contre la cystite en France aurait augmenté de 20 % pendant l'été en comparaison avec l'hiver précédent.

La raison ? L’été réunit plusieurs facteurs favorables au développement des infections urinaires.

La chaleur et la transpiration notamment peuvent entraîner une déshydratation. Vous aurez alors moins envie d'aller uriner, et celle-ci sera plus concentrée en germes, ce qui augmente le risque de cystites.

Lors d'un voyage, la modification des habitudes alimentaires peut aussi entraîner des troubles intestinaux (diarrhée, constipation) qui peuvent aussi contribuer au développement d’une cystite.

La multiplication de rapports sexuels pendant les vacances avec des partenaires différents peut aussi être une source de prolifération des germes.

Infections urinaires : quelles sont les personnes les plus touchées ?

Quelle que soit la saison, certaines personnes sont plus touchées que d'autres par la cystite.

Il s'agit des suivantes :

  • Les femmes sont très à risques de cystite, notamment enceintes.
  • Parmi elles, celles qui souffrent fréquemment d’infections urinaires sont particulièrement touchées.
  • Tout comme celles qui souffrent de diabète non contrôlé (dont les urines peuvent contenir du sucre, favorable à la multiplication des bactéries).
  • En outre, celles qui souffrent de drépanocytose sont plus affectées (maladie héréditaire touchant l'hémoglobine des globules rouges).
  • Les personnes présentant une anomalie organique ou fonctionnelle de l'appareil urinaire.
  • Celles immunodéprimées.
  • Celles de plus de 65 ans.

Les hommes peuvent aussi souffrir d'une cystite, lorsqu'ils présentent un problème de la prostate.

Voyons ensemble maintenant dans notre diaporama quelles sont les meilleures astuces pour éviter cette infection.

Astuce numéro 1 : boire beaucoup d'eau

Astuce numéro 1 : boire beaucoup d'eau© Istock

Plus vous urinez... et moins les germes stagnent dans votre vessie. C'est pourquoi il est primordial de boire beaucoup d'eau pour éviter toute forme d'infection urinaire.

Comment procéder ? Pour bien rincer votre vessie, vous devez boire suffisamment d’eau et uriner régulièrement. C'est-à-dire consommer au minimum 1,5 L d'eau par jour (soit environ 8 grands verres d'eau). Bien évidemment, en cas de fortes chaleurs, vous devez boire plus (jusqu'à 2,5 L d'eau par jour) puisque vous transpirez davantage.

Les bactéries risquent en effet moins de se fixer à la paroi de la vessie si elle est régulièrement remplie et vidée.

Si vous ne buvez pas suffisamment et n’urinez pas assez, vous créez dans votre vessie un environnement propice au développement de germes (l’urine est plus concentrée et reste plus longtemps dans la vessie).

Astuce numéro 2 : ne pas porter trop longtemps son maillot mouillé

Astuce numéro 2 : ne pas porter trop longtemps son maillot mouillé© Istock

L'été, les allers retours mer-transat sont courants et il n'est pas toujours pratique de retirer son maillot de bain mouillé. Pourtant, toutes les filles devraient le faire et opter pour une tenue sèche après chaque bain.

En effet, les bactéries prolifèrent dans les endroits sombres et humides comme les maillots de bain trempés. Résultat : vous augmentez votre risque de cystite.

Aussi, adoptez sans plus tarder cette astuce préventive : changez-vous après chaque baignade - sauf si votre maillot sèche vite au soleil. L'essentiel étant d’éviter de garder trop longtemps sur soi un maillot de bain humide.

Astuce numéro 3 : aller régulièrement aux toilettes

Astuce numéro 3 : aller régulièrement aux toilettes© Istock

Une vidange trop rare de la vessie favorise la prolifération des micro-organismes. Aussi, ne vous retenez jamais d'uriner. En voyage, profitez par exemple des pauses sur les aires d'autoroute pour faire un passage express aux toilettes.

Notre conseil : quand vous allez aux toilettes, frottez-vous toujours de l’avant vers l’arrière, en direction de l’anus, afin de ne pas véhiculer de bactéries intestinales vers les voies urinaires.

Astuce numéro 4 : manger souvent des fibres

Saviez-vous que la stagnation des selles favorisait la prolifération des microbes près de votre urètre ? Ainsi, plus vous êtes constipé, plus vous augmentez vos risques d'attraper la bactérie Escherichia Coli.

Pour l'éviter, une seule solution : augmenter votre apport quotidien en fibres ! Une astuce d'autant plus facile à adopter en été au vu des nombreux fruits et légumes de saison : pastèques, melons, abricots, figues, fraises, goyaves, mûres, framboises, aubergines, courgettes, haricots verts, poivrons... Sans oublier tous les fruits secs (pruneaux, abricots secs, dattes...).

N'hésitez pas non plus à ajouter des légumineuses à vos plats d'été : haricots rouges, haricots blancs, lentilles, flageolets, pois chiches... En plus, ils sont bons pour votre ligne et évitent d'avoir un "creux" durant la journée.

Enfin, les fruits à coque s'avèrent également très pratiques pour faire le plein de fibres (amandes, pistaches, noix de pécan...).

Astuce numéro 5 : éviter les vêtements serrés

Astuce numéro 5 : éviter les vêtements serrés© Istock

Vous aimez les vêtements moulants pendant l'été ? Il va falloir abandonner cette mauvaise habitude, pour le bien de votre vessie.

Les habits ou sous-vêtements trop serrés ou trop près du corps favorisent la migration des bactéries. Résultat : ceux-ci entraînent un risque plus important de développement d'une infection urinaire.

Préférez donc des vêtements amples, qui laissent respirer vos parties intimes. Pour ce faire, privilégiez une culotte en coton par exemple.

Bien évidemment, il est conseillé de changer tous les jours ses sous-vêtements afin de ne pas laisser macérer les germes.

Astuce numéro 6 : uriner après les rapports sexuels

Astuce numéro 6 : uriner après les rapports sexuels© Istock

Les vacances représentent un moment idéal pour se laisser-aller... et faire renaître le désir, en solo ou en duo.

Or, la multiplication ou modification des rapports sexuels pendant l'été n'est pas que bénéfique.

Les frottements et les mouvements lors des rapports sexuels peuvent en effet favoriser le passage des bactéries intestinales et vaginales vers l’urètre. Tout comme une pénétration vaginale prolongée ou l’utilisation d'un vibromasseur.

En cas de sécheresse vaginale ou de muqueuses irritées après le rapport, l’urètre est également plus sensible aux infections.

Enfin, les rapports sexuels non protégés avec de nouveaux partenaires peuvent augmenter le risque de cystite car le corps n’est pas "habitué" aux bactéries intimes de ce nouveau partenaire.

C'est pourquoi il est primordial d'uriner après un rapport intime afin d'empêcher la montée de germes et de microbes dans l'urètre.

Une astuce facile, que vous pouvez appliquer bien évidemment toute l'année.

Astuce numéro 7 : miser sur le jus de cranberry

Astuce numéro 7 : miser sur le jus de cranberry© Istock

La "canneberge" ou "cranberry" est une baie rouge très prisée pour prévenir les cystites à répétition.

Elle agirait en diminuant l’adhésion des bactéries E. Coli aux parois des voies urinaires, limitant ainsi le risque d’infection.

Toutefois, l'ANSES souhaite nuancer les vertus anti-cystite de ce fruit. Même si certains travaux montrent "que les produits à base de canneberge diminuent l'adhésion de certaines bactéries responsables d'infections sur les parois des voies urinaires", l'agence estime que les données sur ses bienfaits sont toujours insuffisantes.

À l'inverse, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a rendu un avis favorable sur les bénéfices santé de cette baie, et plus précisément sur une variété en particulier : "la consommation de jus de Vaccinium macrocarpon conduit à une diminution de la fréquence des infections urinaires dues à certains E.coli uropathogènes (…) chez des femmes adultes. Cet effet est également rapporté avec une poudre encapsulée de Vaccinium macrocarpon".

À noter : il est possible de consommer cette petite baie rouge tel quel, sous forme de jus ou encore de comprimés.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Cystite : symptômes et causes, Améli.fr, 13 novembre 2019.

Canneberge et infections urinaires, Anses, 27 mai 2016.

Quelles sont les causes d'une infection urinaire ?, Zava, 7 septembre 2018.

A Method to Assess Seasonality of Urinary Tract Infections Based on Medication Sales and Google Trends, PMC, Oct 25 2013. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.