Attention si vous souffrez de rhumatismes. Une nouvelle étude de la São Paulo Research Foundation (FAPESP) publiée le 31 juillet dernier dans la revue Nature Medicine alerte sur les effets secondaires des médicaments prescrits pour le traitement des maladies rhumatismales auto-immunes. Les chercheurs révèlent que ces médicaments pourraient impacter l'efficacité des vaccins contre le coronavirus ainsi que la réponse immunitaire contre le virus en cas de contamination.

Les chercheurs de la faculté de médecine de São Paulo rappellent que le risque d'une réponse immunitaire affaiblie aux vaccins est élevé chez les patients immunodéprimés, dont les patients cancéreux, les patients transplantés et les patients vivant avec le VIH, ainsi que ceux atteints de maladies auto-immunes.

70% des patients ont développé des anticorps

Les chercheurs révèlent que certains types de médicaments utilisés pour traiter les patients atteints de maladies rhumatismales auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde affaiblissent la réponse immunitaire à la Covid-19 induite par les vaccins.

À noter que l'expérience a été réalisée avec le vaccin chinois (Sinovac) inactivé CoronaVac. Un vaccin administré via deux doses, espacées de 14 jours. L'étude a donc voulu analyser l'efficacité du vaccin chez des patients souffrant de neuf types de maladies rhumatismales auto-immunes.

En pratique, ce sont 910 patients admis en service de rhumatologie qui ont été suivis par les chercheurs pendant les 40 jours qui ont suivi leur deuxième dose de vaccin. Résultat, le vaccin a provoqué la création d'anticorps chez 70,4% des patients atteints de maladie rhumatismale auto-immune, contre 95,5% chez le groupe témoin de 182 personnes non malades.

La réponse immunitaire est affaiblie chez ces patients immunodéprimés sous médicaments. Les chercheurs ont analysé le taux d'anticorps présents contre le coronavirus avant la vaccination et 28 jours et six semaines après l'administration des deux doses.

Quels traitements posent problème ?

Les chercheurs révèlent que les médicaments concernés par ces effets immunosuppresseurs sont les glucocorticoïdes, les immunosuppresseurs tels que le méthotrexate et le mycophénolate mofétyl, ainsi que certains produits biologiques qui affaiblissent également la réponse immunitaire des patients et l'efficacité du vaccin contre le coronavirus.

Si d'autres expériences sont nécessaires pour voir si ces effets des traitements contre les rhumatismes sont les mêmes avec d'autres vaccins contre le coronavirus, tels que les vaccins à ARN messager Pfizer et Moderna, il s'agit malgré tout d'une étude essentielle pour les personnes atteintes de maladies rhumatismales et sous traitement. C'est d'autant plus le cas quand on sait que les maladies rhumatismales auto-immunes peuvent augmenter la probabilité de thrombose, un des effets secondaires de la vaccination.

L'auteure principale de l'étude Eloísa Bonfá, directrice clinique de l'hôpital, a précisé qu'à la suite de ces résultats, elle avait décidé de débuter l'étude de stratégies de vaccination pour remédier à l'impact des traitements contre les rhumatismes sur l'efficacité des vaccins anti-Covid. La suspension de certains médicaments une à deux semaines avant l'injection du vaccin a notamment été testée.

Ces patients immunodéprimés sont également plus susceptibles de souffrir de comorbidités telles que l'hypertension artérielle et l'obésité, facteurs de risque de forme grave en cas de contamination par le coronavirus.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Sources

Immunogenicity and safety of the CoronaVac inactivated vaccine in patients with autoimmune rheumatic diseases : a phase 4 trial, Nature Medicine, 30 juillet 2021. 

https://www.nature.com/articles/s41591-021-01469-5

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.