"Je suis malade du Covid-19 depuis presque quatre mois"

Ecouter l'article :

Un Covid-19 "persistant". C'est comme ça que l'on appelle la forme (très longue) de la maladie. C'est le cas de cette jeune femme de 28 ans, qui n'arrive pas à s'en sortir et se sent "abandonnée" par le corps médical.

C'est un mal qui la ronge depuis bientôt 4 mois. Cette jeune femme de 28 ans, interviewée par L'Est Républicain et originaire du canton de Freyming-Merlebach, est à bout. Le temps ne fait pas disparaître les symptômes de l'infection.

"Je suis retournée une dizaine de fois aux urgences"

Fatigue, tachycardie, perte de l’odorat et du goût… Les symptômes du Covid-19 persistant sont nombreux - mais toujours difficiles à vivre pour les malades qui en souffrent, comme pour cette Mosellane de 28 ans qui souhaite conserver l’anonymat.

"Je suis ambulancière et j’ai travaillé plus de cinquante heures par semaine fin mars, pour transférer des patients dans les hôpitaux. Nous étions mal protégés, mal informés. Je suis tombée malade assez sévèrement", raconte-t-elle au quotidien régional.

Elle est détectée positive la première fois le 5 avril dernier. Puis, rapidement la jeune femme se fait hospitaliser à cause de signes plutôt inquiétants : fièvre, courbatures, détresse respiratoire…

"J’ai été mise sous oxygène mais je n’ai pas été intubée. Je suis sortie de l’hôpital le 22 avril et j’allais plutôt bien".

Mais quelques jours plus tard, sa santé se dégrade à nouveau.

"J’ai commencé à avoir de fortes migraines, des nausées, des palpitations cardiaques. Les courbatures sont revenues. J’ai parfois l’impression d’avoir un corps étranger dans la gorge ou quelque chose qui presse sur ma poitrine. J’ai perdu le goût et l’odorat, ce qui n’était pas le cas au mois d’avril".

La jeune femme est détectée plusieurs fois "positive"

Dans le doute, la jeune Mosellane refait un test à la mi-mai. Le résultat tombe : elle est décelée encore positive.

Pour son médecin, ce sont uniquement des "séquelles psychologiques".

Ce que la patiente refuse en bloc.

"On m’a prescrit des antidépresseurs. J’ai refusé de les prendre. Je sais que j’ai mal, je n’invente pas. Je me sens incomprise, abandonnée. Je suis retournée une dizaine de fois aux urgences".

Heureusement, la jeune femme trouve du réconfort sur les réseaux sociaux, grâce au témoignage de nombreuses personnes qui vivent le même "enfer" qu'elle via le hashtag #apresJ20 #apresJ60, #apresJ120.

"Je constate que d’autres gens vivent le même calvaire que moi. Je crois qu’il faut améliorer le suivi et la prise en charge des personnes ayant des formes longues de coronavirus", conclut la jeune femme de Moselle-Est.

Malheureusement, en raison de son état de santé, elle n'a pas pu retourner au bureau et se retrouve "en accident de travail".

Il lui faudra aussi prendre son mal en patience pour faire reconnaître son Covid comme "maladie professionnelle", quand on sait qu'habituellement cette maladie ne dure qu'une petite quinzaine de jours.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

"Je suis malade du Covid-19 depuis presque quatre mois", L'Est républicain, 22 juillet 2020.

La rédaction vous recommande sur Amazon :