Ecouter l'article :

C'est le premier cas américain confirmé de transmission du coronavirus de donneur d'organe à receveur. Une femme du Michigan, aux États-Unis, est décédée de la Covid-19 après avoir reçu des poumons infectés par le virus. C'est ce que révèle une étude publiée dans l'American Journal of Transplantation au mois de février, et relayée notamment par le Huffington Post. La donneuse avait pourtant été testée négative au coronavirusavant la greffe. "Nous n’aurions absolument pas utilisé les poumons si nous avions eu un résultat positif au test de la Covid-19", s’est défendu le Dr Daniel Kaul, directeur du service des transplantations infectieuses de Michigan Medicine et co-auteur de l’étude, à Kaiser Health News.

"Tout le dépistage que nous faisons normalement et que nous pouvons faire, nous l’avons fait", assure-t-il. Trois jours après la transplantation, la receveuse, qui souffrait d'une maladie pulmonaire obstructive chronique, a commencé à avoir de la fièvre. Après avoir fait un choc septique et développé des problèmes cardiaques, les prélèvements dans son système respiratoire inférieur se sont avérés positifs au coronavirus. Les médecins ont ensuite testé un échantillon des voies respiratoires inférieures de la donneuse qui a lui aussi été déclaré positif au virus.

Nécessité de réaliser des tests plus approfondis avant les greffes

Après avoir été traitée avec l'antiviral remdesivir et reçu du plasma de convalescence à deux reprises, la patiente ayant reçu la greffe pulmonaire bilatérale est décédée deux mois après avoir été greffée. Le chirurgien ayant réalisé la transplantation pulmonaire a lui aussi été contaminé par le virus et reçu un résultat positif à la Covid-19 quatre jours après l'opération. Selon le directeur du service des transplantations infectieuses de Michigan Medicine, qui a rapporté le cas, il s'agit d 'un cas extrêmement rare et les donneurs non pulmonaires, qui donnent des organes tels que les reins, le cœur et le foie, ont très peu de risques de transmettre le virus, même s’ils en sont atteints. Malgré tout, ce décès rappelle la nécessité de réaliser des tests plus approfondis avant les transplantations, en particulier dans les zones à taux d’infection élevé.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.