[Covid-19] Reanimation : les 10 departements qui inquietent

Le reconfinement est désormais sur toutes les lèvres en France. Si le couvre-feu instauré dès 18 h avait pour but de freiner la propagation de la Covid-19, nos efforts n'ont visiblement pas eu l'effet escompté. 

Le couvre-feu "a une efficacité relative", déplore le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. "Il freine dans une certaine mesure la circulation du virus […], mais pas suffisamment pour être considéré comme pleinement efficace". Pour cette raison, l'exécutif examine plusieurs stratégies, dont un "confinement serré". De leurs côtés, les médecins craignent une nouvelle explosion épidémique liées aux variants anglais et sud-africain, plus contagieux.

D'après les dernières données communiquées par Santé Publique France, le taux d'incidence – à savoir le nombre de cas pour 100 000 habitants sur les sept derniers jours – de la Covid-19 augmente considérablement en France et les services de réanimation sont bondés dans certains départements. On les passe en revue dans notre diaporama.

Réanimation : les critères pour être admis

Au début de la pandémie, la Société française d'anesthésie et de réanimation (SFAR) avait partagé les conditions  d’admission des patients en unités de réanimation et unités de soins critiques dans un contexte d’épidémie à Covid-19. Le but est de permettre aux professionnels de santé de coordonner le parcours du patient et d'homogénéiser les pratiques.

On retrouve : 

  • la collégialité : la décision doit être concertée avec l’équipe soignante ;
  • le respect des volontés et valeurs du patient ;
  • la fragilité du patient ;
  • son âge ;
  • ses comorbidités ;
  • l’état de ses fonctions neurocognitives ;
  • sa gravité clinique actuelle (notamment le nombre de défaillances d’organes) ;
  • l’évaluation de son confort : douleur, anxiété, dyspnée…
  • la garantie d’un accompagnement et de soins pour tous, respectueux de la personne et de sa dignité.

Dans le cas où il manquerait un lit, alors qu’un patient répond à tous ces critères, “la première réponse logique est le transfert dans une autre structure de réanimation qui aurait une place disponible”, précise la SFAR. La seconde possibilité serait d’optimiser l’oxygénation du patient en structure MCO ou aux urgences”. Le risque étant une prise en charge moins optimale et l’engorgement de ces services.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Cartes des régions pour suivre l’évolution de l’épidémie de COVID-19 en France avec GEODES, Santé Publique France, 28 janvier 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.