Ecouter l'article :

Comme l’année dernière, le mois de mai sera celui du déconfinement. Ce vendredi 30 avril 2021, Emmanuel Macron s’exprimera pour présenter “une stratégie de sortie progressive et phasée” des mesures de restrictions qui nous sont actuellement imposées, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Cette stratégie sera bien évidemment adaptée à l’évolution de l’épidémie dans les prochains mois. À ce sujet, l’Institut Pasteur a élaboré différents scénarios, grâce à une modélisation mathématique. “Ces projections prennent en compte l’augmentation de la transmissibilité et du risque d’hospitalisation liée au variant B.1.1.7 (anglais, ndlr), ainsi que l’effet du climat sur la transmission”, écrivent les chercheurs. L’impact des mesures actuelles, le rythme auquel elles seront levées ou encore l’avancée de la vaccination sont aussi pris en considération.

Plus on déconfine vite, plus le risque de rebond épidémique est élevé

Leur scénario de référence part du principe que le variant britannique - qui est désormais la souche majoritaire sur le territoire français - est “60 % plus transmissible que le virus historique” et que “les mesures de freinage conduisent à une réduction substantielle des hospitalisations”. À partir de ces éléments, les mathématiciens ont élaboré plusieurs modèles, en fonction de la rapidité du déconfinement et de la vaccination.

Ils ont ainsi conclu “qu’une remontée importante des hospitalisations pourrait être observée en cas de levée trop rapide des mesures de freinage le 15 mai, même sous des hypothèses optimistes concernant le rythme de vaccination”.

Tandis que si les restrictions étaient levées de façon plus progressive, cela “pourrait permettre de décaler la reprise à un moment où la campagne de vaccination aura progressé, diminuant d’autant l’intensité de cette reprise”.

Un scénario plus optimiste si le variant anglais est moins contagieux en été

Vous l’aurez compris : plus la levée du déconfinement sera rapide, plus on s’expose à un possible rebond épidémique. En outre, les scientifiques soulignent que “le passage de 350 000 à 500 000 doses de vaccins distribuées par jour permettrait de réduire de façon substantielle l’intensité de la reprise”.

Bien sûr, un certain nombre de facteurs pourraient venir influencer ces prévisions. Ainsi, si la baisse des hospitalisations liées au confinement actuelle est plus lente que prévu, ces projections pourraient être “dégradées”. À l’inverse, si le variant anglais s’avère moins contagieux dans des conditions estivales, le scénario pourrait être plus optimiste que prévu. “Dans ce cas, un rebond épidémique resterait possible, mais avec un pic de plus petite taille que celui de la troisième vague”, précisent les experts.

Sources

Scénario de levée des mesures de freinage, Institut Pasteur, 26 avril 2021 : https://modelisation-covid19.pasteur.fr/realtime-analysis/loosening-control-measures/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.