Confinement : ces sorties médicales pour lesquelles vous pouvez être verbalisé !

Depuis le début du confinement, un des seuls déplacements autorisés aux Français sont les “Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance”. Toutefois, aller chez le médecin ne vous prémunit pas des amendes. Certaines conditions sont, en effet, à respecter.

Dès l’annonce du confinement, le président de la République a assuré que les soins des Français seront assurés. Les professionnels de santé sont à pied d'œuvre pour préserver leurs patients du Covid-19, mais aussi de toutes les autres pathologies.

La continuité des soins assurés

Si la plupart des activités ont été stoppées en France, les professionnels de la santé (les docteurs, les généralistes, les infirmières, les sages-femmes, etc) poursuivent leur travail pendant le confinement en prenant des précautions. De plus, les ordres professionnels des chirurgiens-dentistes ou encore les kinésithérapeutes ont été invités à assurer les soins urgents pendant l’épidémie du nouveau coronavirus

L’urgence est l’un des maîtres-mots, ici. Les sorties médicales sont autorisées pendant le confinement uniquement pour les “Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ; consultations et soins des patients atteints d'une affection de longue durée”.

En effet, les rendez-vous virtuels ou même les visites à domicile ne permettent pas de prendre en charge toutes les pathologies.

Des sorties médicales verbalisées

Toutefois, avoir une raison médicale de sortie ne suffit pas toujours lors des contrôles par les force de l’ordre dans la rue. Certaines amendes de 135€ semblent même parfois injustes ou injustifiées

Dans une tribune parue dans Libération, une psychiatre révèle qu’un de ses patients s’est fait verbaliser par la police malgré son intervention et la confirmation que ce rendez-vous était primordial. Les policiers ont justifié leur geste en indiquant qu'il avait mal rempli la dérogation de sortie.

Une influenceuse a, de son côté, fait part de sa colère sur Twitter après s’être fait stopper par des policiers pour être sortie acheter un test de grossesse en pharmacie. Ces derniers contestaient l’aspect nécessaire de cet achat. Pourtant, les analyses en laboratoire étant difficiles, le test vendu en pharmacie est le moyen le plus simple pour confirmer ou non une grossesse et débuter un suivi de grossesse qui ne peut attendre le déconfinement. D’autres femmes - ou encore leurs compagnons - se sont faits verbaliser pour être allées acheter des tampons

Ces mésaventures ont soulevé de nombreuses indignations sur les réseaux sociaux.

Contrôle d’attestation de sortie : ce que peuvent faire les agents ou pas les forces de l’ordre

Si le confinement demande des mesures spéciales, il ne me remet pas en cause certains de vos droits. Les policiers et les gendarmes ne peuvent pas :

  • vous demander la raison du rendez-vous médical. C'est le secret médical. “Ils peuvent toutefois demander le nom du médecin et l'adresse afin de contrôler les dires de la personne” précise le service presse du ministère de la Santé ;
  • fouiller votre sac de course : ils peuvent uniquement vous demander de le présenter ouvert ;
  • en théorie, ils ne peuvent pas c ontester la nature “de première nécessité” des achats effectués s’ils ont été effectués dans un commerce autorisé (supermarché, pharmacie, tabac, laverie...).

Toutefois, la situation est inédite aussi bien pour les Français que les autorités. Pour éviter de voir le coût de sa sortie pour raison médicale flamber de 135€, certaines précautions, présentées dans notre diaporama, sont à prendre.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):