Cancer : 9 plantes a eviter !

Racine de curcuma, thé vert… Ces plantes médicinales font partie des remèdes ancestraux encore utilisés par des millions de personnes en complément de la médecine allopathique. Mais ces produits ne sont pas anodins. Pour les malades atteints de cancer, ils peuvent altérer l’efficacité des chimiothérapies.

Cancer et plantes : attention aux interactions !

Des travaux dirigés par une équipe de recherche de l’Institut de technologie de Techion-Israël révèlent en effet que près de deux-tiers des plantes médicinales utilisées par les patients souffrant de cancer au Moyen-Orient peuvent avoir des conséquences graves sur leur santé.

Les scientifiques ont interrogé 339 oncologues de 16 pays du Moyen-Orient sur la consommation d’herbes médicinales de leurs patients. Et ces derniers sont près de 60 % à utiliser au moins une plante.

Selon les résultats du questionnaire, 44 plantes et 3 compléments alimentaires sont fréquemment utilisés. Parmi ces produits, au moins 29 pourraient provoquer des effets secondaires importants ou altérer l’efficacité des traitements. C’est notamment le cas du curcuma, présenté comme un puissant anti-inflammatoire, qui augmenterait l’effet toxique de certaines chimiothérapies.

Le thé vert et le gingko biloba, utilisé pour combattre les troubles de la mémoire et de la circulation sanguine, augmenteraient le risque de saignement. Le cumin noir, aussi appelé Nigelle, utilisé pour renforcer le système immunitaire pourrait altérer l’efficacité des traitements.

"Dans une grande majorité, les patients souhaitent combiner le meilleur des deux médecines et ne perçoivent pas les remèdes médicinaux comme une réelle alternative aux traitements actuels", soulgne le Pr Eran Ben-Arye, responsable de ces travaux.

Avec ces préparations de plantes, les patients souhaitent seulement améliorer leur qualité de vie et atténuer les effets indésirables liés aux chimiothérapies.

"Mais même si la phytothérapie est une médecine qualifiée de "douce", elle n'est pas sans conséquences sur la santé des patients : il convient alors d'être prudents avec les plantes que l'on consomme et de demander un avis médical avant de commencer un traitement complémentaire, même naturel. Surtout lorsqu'on souffre du cancer" explique le Pr. Eran Ben-Arye, principal auteur de cette étude.

Desmodium, échinacée et propolis

Heureusement, toutes les plantes ne sont pas mauvaises.

Certaines peuvent aider les malades du cancer à mieux supporter leur traitement : c'est le cas du desmodium (Desmodium adscendens) qui protège le foie et prévient les nausées. L'échinacée (Echinacea spp), elle, est immuno-stimulante, quand la propolis (produite par les abeilles) est anti-infectieuse.

Pour rappel, Selon Santé publique France, le cancer le plus fréquent chez les hommes est le cancer de la prostate (50 000 nouveaux cas en 2015 - estimation non disponible en 2018), suivi des cancers du poumon et colorectal (respectivement 31 000 et 23 000 nouveaux cas en 2018).

Chez la femme, le cancer du sein reste le plus fréquent (58 000 nouveaux cas en 2018). Viennent ensuite les cancers colorectal et du poumon (respectivement 20 000 et 15 000).

Pour plus d'information sur les plantes qui altèrent les traitements, augmentent leur toxicité, stimulent la tumeur... Consultez le livre "Cancer : les plantes à éviter... ou pas" de Lili Carat aux éditions Alpen.Desmodium, échinacée et propolis

Soja : il peut booster la tumeur

1/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

Le soja contient des phytoœstrogènes. Mais, pour les patients qui souffrent d’un cancer hormono-dépendant, cette composition pourrait s’avérer dangereuse.

"Les patients avec un cancer de la prostate, du sein ou des ovaires doivent éviter de consommer du soja", conseille Florence Foucaut, diététicienne. Et de poursuivre : "La composition de ces plantes peut booster la tumeur alors mieux vaut s’abstenir".

Ginkgo biloba : des risques d"hémorragie pendant le traitement

2/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

En phytothérapie, cette plante n’est pas à conseiller à tout le monde. Si elle est réputée pour sa protection du système nerveux, elle est à éviter pendant un traitement contre le cancer.

"Dans certains cas, le ginkgo biloba peut induire un problème hémorragique. De plus, cette plante peut augmenter la toxicité de certains traitements", avertit Florence Foucaut.

Pas de thé vert lors d"un cancer

3/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

De nombreuses personnes raffolent du thé vert. Pourtant, cette boisson est déconseillée chez les personnes atteintes d’un cancer et suivant un traitement. De part sa propriété antioxydante, le thé vert interfère avec la chimiothérapie.

Cette boisson est également déconseillée en même temps qu’une radiothérapie. Le thé vert pourrait également augmenter la toxicité de certains traitements.

Pamplemousse : il peut interagir avec les traitements

4/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

Si le pamplemousse s’impose comme un aliment santé aux multiples bienfaits, il faut faire attention si vous suivez un traitement médical.

En effet, une substance présente dans cet agrume cause certains effets secondaires et bloque le fonctionnement d’une enzyme qui permet l’assimilation de certains médicaments.

Dans tous les cas, vérifiez que votre traitement n’entre pas en concurrence avec le pamplemousse. Pour le savoir, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin traitant ou à interroger votre pharmacien.

Sauge : non en cas de cancer du sein

5/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

Pour la sauge, on parle d"une activité "œstrogènes like".

Comme le soja, elle est également à éviter pour ceux qui souffrent d’un cancer hormono-dépendant (cancer du sein par exemple).

Pour les mêmes raisons que le soja, la composition de la sauge pour avoir un effet "boosteur" sur la tumeur.

Vigne rouge : à risque pour la circulation sanguine

6/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

La vigne rouge est une plante de la famille des vitacées.

Tout comme le ginkgo biloba, elle n’est pas recommandée pendant le traitement d’un cancer car elle peut causer des problèmes hémorragiques.

Millepertuis : à éviter pendant la chimiothérapie

7/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

Cette plante est principalement connue pour ses effets antidépresseurs. Mais pendant un traitement contre le cancer, mieux vaut l’exclure.

"Le millepertuis peut entrer en compétition avec la chimiothérapie et donc altérer l’efficacité du traitement", souligne la spécialiste.

Autant de bonnes raisons d’oublier cette "herbe de la Saint-Jean" pendant toute la durée de son traitement.

Mélilot : des pouvoirs anticoagulants dangereux

8/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

Le mélilot est une plante réputée pour son effet tonique, un super allié pour lutter contre les jambes lourdes.

"En extrait sec, le mélilot est déconseillé en même temps qu’une chimiothérapie", décrit Florence Foucaut. La faute à son pouvoir anticoagulant.

Oublier le petit houx pendant un cancer

9/9
Cancer : 9 plantes à éviter !

Le petit houx aide à dégonfler les jambes et à tonifier les veines : deux atouts parfois utiles pour lutter contre les jambes lourdes.

Cette plante contient des flavonoïdes, elle aide à soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse et des hémorroïdes.

Mais, comme le mélilot, son usage n’est pas recommandé pour les personnes qui souffrent d’un cancer et qui suivent un traitement.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Potential risks associated with traditional herbal medicine use in cancer care: A study of Middle Eastern oncology health care professionals, ACS Journals, 24 novembre 2015.

 "Cancer : les plantes à éviter... ou pas" de Lili Carat aux éditions Alpen.

Cancers, Santé Publique France.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer