Cancer : 9 plantes à éviter !

Si les plantes peuvent soigner, elles peuvent aussi s'avérer très dangereuses, notamment quand on a un cancer. Le point sur celles à éviter parce qu'elles pourraient altérer l'efficacité des chimiothérapies et entraîner des effets toxiques graves.
Cancer : 9 plantes a eviter !

Racine de curcuma, thé vert… Ces plantes médicinales font partie des remèdes ancestraux encore utilisés par des millions de personnes en complément de la médecine allopathique. Mais ces produits ne sont pas anodins. Pour les malades atteints de cancer, ils peuvent altérer l’efficacité des chimiothérapies.

Cancer et plantes : attention aux interactions !

Des travaux dirigés par une équipe de recherche de l’Institut de technologie de Techion-Israël révèlent en effet que près de deux-tiers des plantes médicinales utilisées par les patients souffrant de cancer au Moyen-Orient peuvent avoir des conséquences graves sur leur santé.

Les scientifiques ont interrogé 339 oncologues de 16 pays du Moyen-Orient sur la consommation d’herbes médicinales de leurs patients. Et ces derniers sont près de 60 % à utiliser au moins une plante.

Selon les résultats du questionnaire, 44 plantes et 3 compléments alimentaires sont fréquemment utilisés. Parmi ces produits, au moins 29 pourraient provoquer des effets secondaires importants ou altérer l’efficacité des traitements. C’est notamment le cas du curcuma, présenté comme un puissant anti-inflammatoire, qui augmenterait l’effet toxique de certaines chimiothérapies.

Le thé vert et le gingko biloba, utilisé pour combattre les troubles de la mémoire et de la circulation sanguine, augmenteraient le risque de saignement. Le cumin noir, aussi appelé Nigelle, utilisé pour renforcer le système immunitaire pourrait altérer l’efficacité des traitements.

"Dans une grande majorité, les patients souhaitent combiner le meilleur des deux médecines et ne perçoivent pas les remèdes médicinaux comme une réelle alternative aux traitements actuels", soulgne le Pr Eran Ben-Arye, responsable de ces travaux.

Avec ces préparations de plantes, les patients souhaitent seulement améliorer leur qualité de vie et atténuer les effets indésirables liés aux chimiothérapies.

"Mais même si la phytothérapie est une médecine qualifiée de "douce", elle n'est pas sans conséquences sur la santé des patients : il convient alors d'être prudents avec les plantes que l'on consomme et de demander un avis médical avant de commencer un traitement complémentaire, même naturel. Surtout lorsqu'on souffre du cancer" explique le Pr. Eran Ben-Arye, principal auteur de cette étude.

Desmodium, échinacée et propolis

Heureusement, toutes les plantes ne sont pas mauvaises.

Certaines peuvent aider les malades du cancer à mieux supporter leur traitement : c'est le cas du desmodium (Desmodium adscendens) qui protège le foie et prévient les nausées. L'échinacée (Echinacea spp), elle, est immuno-stimulante, quand la propolis (produite par les abeilles) est anti-infectieuse.

Pour rappel, Selon Santé publique France, le cancer le plus fréquent chez les hommes est le cancer de la prostate (50 000 nouveaux cas en 2015 - estimation non disponible en 2018), suivi des cancers du poumon et colorectal (respectivement 31 000 et 23 000 nouveaux cas en 2018).

Chez la femme, le cancer du sein reste le plus fréquent (58 000 nouveaux cas en 2018). Viennent ensuite les cancers colorectal et du poumon (respectivement 20 000 et 15 000).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer