Le cancer du poumon touche chaque année près de 40 000 personnes en France et 80 à 90 % des cas sont liés au tabac. Cette maladie se manifeste en cas de développement anarchique de cellules anormales au niveau des bronches. C'est l'un des cancers les plus meurtriers en raison de sa capacité à métastaser par voie sanguine, compte-tenu de l’importance de la vascularisation pulmonaire.

Parmi les symptômes les plus fréquents, on retrouve la toux persistante, la douleur thoracique, la respiration sifflante ou encore l'essoufflement.

Heureusement, toutes les toux n'annoncent pas systématiquement un cancer du poumon. Pour nous aider à y voir plus clair, le NHS, système de santé publique britannique, nous donne certains indices qui peuvent nous aider à identifier une toux suspecte. Si vous êtes un grand fumeur, ils sont à prendre au sérieux.

Toux : 3 indices qui peuvent révéler un cancer du poumon

Selon le NHS, trois types de toux devraient alerter, surtout si vous êtes un patient à risque face au cancer du poumon. On retrouve :

  • la toux qui dure plus de deux ou trois semaines ;
  • la toux de longue date qui s'intensifie ;
  • la toux avec les crachats de sang.

Encore une fois, si vous vous retrouvez dans ces symptômes, ne paniquez pas tout de suite, mais consultez votre médecin. D'autres causes peuvent générer ce type de symptômes. C'est le cas des infections pulmonaires ou des voies respiratoires comme la pneumonie ou la bronchite.

Pour revenir au cancer du poumon, une voix enrouée persistante plus de 3 semaines peut aussi être révélatrice. Les personnes qui font des bronchites ou pneumonies à répétition doivent aussi être vigilantes.

L'Institut national du cancer alerte sur les symptômes les plus fréquents qui peuvent vous indiquer que vous souffrez d'un cancer du poumon :

  • apparition ou aggravation d’une difficulté à respirer (dyspnée ou essoufflement), en l’absence de problèmes cardiaques avérés ;
  • des douleurs importantes aiguës ou chroniques (comme un point de côté évoquant un déchirement musculaire, des douleurs de l’épaule évoquant un rhumatisme) ;
  • une fatigue inhabituelle et persistante ;
  • une perte d’appétit ;
  • une perte de poids.

Si vous souffrez de ces symptômes respiratoires, assez banals, et qu'ils persistent, en particulier si vous fumez ou si vous avez fumé (même si vous avez arrêté de fumer depuis de nombreuses années), il est important de consulter votre médecin.

Les autorités de santé nous mettent aussi en garde face à d'autres symptômes, moins connus, mais qui peuvent aussi être liés à des tumeurs pulmonaires. On évoque le gonflement au visage et au cou, la difficulté à avaler les aliments, les phalanges des doigts qui s'épaississent, la douleur à la poitrine et à l'épaule ainsi que l’affaissement ou la faiblesse de la paupière d’un seul œil.

Cancer du poumon : 5 ans de vie en plus grâce au dépistage

Si l’arrêt du tabac et les traitements sont essentiels pour réduire la mortalité du cancer des poumons, le dépistage précoce est ce qui pourrait vous faire gagner près de 5 ans d’espérance de vie. C’est ce qu’il ressort d’une étude publiée de 17 décembre dernier dans la revue JAMA Network Open, le dépistage précoce joue un rôle primordial dans la baisse de mortalité liée à cette maladie.

En effet, les chercheurs ont même constaté que chez les patients dépistés à un stade précoce, la durée médiane de survie était de 57 mois, soit presque cinq ans, contre seulement sept mois chez les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules diagnostiqués à un stade avancé. Cette étude de grande ampleur vient confirmer la nécessité d'une utilisation accrue du dépistage précoce pour sauver des vies dans le cas du cancer du poumon.

L’étude précise que la détection précoce peut se faire par tomographie assistée par ordinateur (TAO) ou lors de scanners destinés à étudier d'autres organes ou d'autres maladies. Une fois ces nodules précancéreux et précoces détectés, ils peuvent être retirés par chirurgie, qui peut souvent être curative, selon l'étude.

Cancer du poumon : y a-t-il d'autres causes que le tabac ?

La plupart des cancers du poumon touchent les fumeurs. Le tabagisme étant l'un des principaux facteurs de risque. Ce lien causal a été établi avec certitude dans les années 60.

Or, il n'est pas la seule cause : l'exposition à la fumée secondaire et à des particules cancérogènes aériennes, comme celles provenant de l’amiante, de l’arsenic, du radon ou des polluants de l’air, est tout aussi dangereuse pour les poumons.

Il faut aussi savoir que le tabagisme passif peut aussi provoquer des cancers pulmonaires. Si vous vivez avec un fumeur depuis des années, vous malmenez aussi vos poumons sans le vouloir.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

https://www.express.co.uk/life-style/health/1544358/lung-cancer-symptoms-blood-in-your-cough

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.