Le basilic pourrait-il être le remède naturel contre Alzheimer ? C’est en tout cas la piste avancée par une nouvelle étude préclinique publiée le 5 octobre dans la revue Frontiers in Aging Neuroscience. Selon les chercheurs de l’Université de Floride du Sud qui en sont à l’origine, tout viendrait du fenchol, un composé naturel abondant dans certaines plantes, dont le basilic. Il serait capable de protéger le cerveau contre la maladie d'Alzheimer. Les chercheurs ont en effet découvert un mécanisme de détection associé au microbiome intestinal qui explique comment le fenchol réduit la neurotoxicité d'Alzheimer dans le cerveau. Ils ont notamment constaté que les acides gras à chaîne courte (AGCC) des métabolites produits par des bactéries intestinales étaient bénéfiques à la santé du cerveau. Or, ils ont découvert que leur nombre est souvent réduit chez les patients âgés atteints de troubles cognitifs légers et de la maladie d'Alzheimer, la forme la plus courante de démence. Les chercheurs reconnaissent néanmoins ne pas savoir comment cette baisse des AGCC contribue à la progression de la maladie d'Alzheimer.

Interactions entre le microbiome intestinal et le cerveau

"Notre étude est la première à découvrir que la stimulation du mécanisme de détection FFAR2 par ces métabolites microbiens peut être bénéfique pour protéger les cellules cérébrales contre l'accumulation toxique de la protéine bêta-amyloïde (Aβ) associée à la maladie d'Alzheimer", a déclaré le chercheur principal, Hariom Yadav, professeur de neurochirurgie et de réparation cérébrale à l'USF Health Morsani College of Medicine. Le Dr Yadav et ses collaborateurs ont ainsi exploré les mécanismes moléculaires pour expliquer comment les interactions entre le microbiome intestinal et le cerveau pourraient influencer la santé du cerveau et le déclin cognitif lié à l'âge.

Les acides gras à chaîne courte dérivés de l'intestin qui voyagent dans le sang jusqu'au cerveau peuvent se lier au récepteur d'acide gras libre 2 (FFAR2) et l'activer, une molécule de signalisation cellulaire exprimée sur les cellules du cerveau appelées neurones. Les chercheurs ont ainsi d'abord montré que l'inhibition de ce récepteur FFAR2 contribuait à l'accumulation anormale de la protéine Aβ provoquant une neurotoxicité liée à la maladie d'Alzheimer. Ils ont dans un deuxième temps effectué un criblage virtuel à grande échelle de plus de 144 000 composés naturels pour trouver ceux qui pourraient avoir le même effet bénéfique des AGCC produits par le microbiote dans l'activation de la signalisation FFAR2. Il est important d'identifier un composé naturel alternatif aux AGCC pour cibler de manière optimale le récepteur FFAR2 sur les neurones, car les cellules de l'intestin et d'autres organes consomment la plupart de ces métabolites microbiens avant qu'ils n'atteignent le cerveau par la circulation sanguine, a noté le Dr Yadav.

Le fenchol dégrade la protéine bêta-amyloïde dans le cerveau

"Il est important d'identifier un composé naturel alternatif aux AGCC pour cibler de manière optimale le récepteur FFAR2 sur les neurones, car les cellules de l'intestin et d'autres organes consomment la plupart de ces métabolites microbiens avant qu'ils n'atteignent le cerveau par la circulation sanguine", a précisé le Dr Yadav. Résultat, c’est le fenchol, un composé d'origine végétale qui donne au basilic son parfum aromatique, qui a été choisi car jugé le meilleur pour se lier au site actif de la FFAR pour stimuler sa signalisation. "Le fenchol réduit la formation de cellules neuronales zombies à moitié mortes et augmente également la dégradation de l'Aβ (non fonctionnel), de sorte que la protéine amyloïde est éliminée du cerveau beaucoup plus rapidement", précise le chercheur principal de l’étude. Un nouveau signe de l'impact de l'alimentation sur la maladie d'Alzheimer.

Sources

Natural compound in basil may protect against Alzheimer's disease pathology,  MedicaXpress, 5 octobre 2021. 

https://medicalxpress.com/news/2021-10-natural-compound-basil-alzheimer-disease.html

Atefeh Razazan et al, Activation of Microbiota Sensing – Free Fatty Acid Receptor 2 Signaling Ameliorates Amyloid-β Induced Neurotoxicity by Modulating Proteolysis-Senescence Axis, Frontiers in Aging Neuroscience , 2021.

https://dx.doi.org/10.3389/fnagi.2021.735933

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.