4 mensonges à éviter chez son médecin

Nous ne racontons pas toujours la vérité à notre médecin. Le plus souvent par crainte de son jugement, par peur ou par pudeur. Or, cela peut avoir des conséquences sur notre santé ou notre qualité de vie. Voici les mensonges courants... à éviter absolument.

Je mens sur ma consommation de tabac, d’alcool ou de drogue

4 mensonges à éviter chez son médecin© Istock

"Je ne fume plus depuis longtemps, ou presque pas... Je ne bois pas d’alcool ou très peu"…dites-vous à tort à votre médecin. Et pour cause, mentir à son médecin est très répandu.

Une étude datant de 2018 (Lévy) a montré que 80% des 4000 personnes interrogées avouaient cacher à leur médecin un aspect de leur état de santé ou de leur hygiène de vie. Dissimuler la vérité sur sa consommation d’alcool ou de tabac est le mensonge le plus fréquent d’après cette étude. Environ 13% des fumeurs cachent cette consommation à leur médecin.

Le risque : un cancer de l'estomac et du colon

Or, c’est une importante pour votre médecin. S’il méconnaît votre consommation de tabac ou d’alcool en excès, il ne peut pas adapter votre suivi médical en conséquence.

"De la connaissance de cette information va découler une conduite préventive à tenir, par exemple un scanner des poumons pour dépister un emphysème ou un éventuel cancer du poumon chez les fumeurs" indique le Dr Alexandra Dalu, médecin anti-âge et nutritionniste.

De la même façon, si vous cachez une consommation excessive d’alcool, votre médecin ne vous fera pas faire un bilan hépatique pour surveiller votre foie. "Et si vous avez une consommation d’alcool et de tabac, c’est un facteur de risque de cancer de l’estomac et du colon. Votre médecin vous fera faire une fibro-coloscopie de dépistage" ajoute le Dr Dalu. Signalons aussi le cas des femmes qui prennent la pilule et cachent qu’elles fument à leur médecin : elles ont un risque cardiovasculaire vasculaire important.

"En outre, si vous lui cachez une consommation de tabac ou d’alcool excessive, votre médecin ne peut pas vous aider à sortir de cette addiction" souligne le Dr Pascal Douek, médecin généraliste, nutritionniste et médecin du sport. Aussi, il vaut mieux être honnête avec son médecin, sans crainte du jugement.

Les médecins ne sont pas là pour vous juger

Le Dr Alexandra Dalu, rappelle que "les médecins sont là pour analyser de façon factuelle et pas pour juger. Le médecin a fait médecine pour aider les gens à aller bien ou en tout cas à aller mieux".

"Si vous ne vous sentez pas assez à l’aise avec votre médecin pour lui parler de tout, si le contact humain et le contact au corps ne passent pas, si une relation de confiance ne s’instaure pas dès le premier rendez-vous, il vaut mieux changer de médecin" conseille-t-elle.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s): Remerciements au Dr Alexandra Dalu, médecin anti-âge et nutritionniste (son dernier ouvrage paru : Les 100 idées reçues qui vous empêchent d’aller bien, Editions Leduc.s, 2017) et au Dr Pascal Douek, médecin généraliste, nutritionniste et médecin du sport (Son dernier ouvrage, Les nouvelles clés de la longévité, Éditions Leduc.s, 2019)
Andrea Gurmankin Levy, Aaron M. Scherer, Brian J. Zikmund-Fisher, Knoll Larkin, Geoffrey D. Barnes, Angela Fagerlin. Prevalence of and Factors Associated With Patient Nondisclosure of Medically Relevant Information to Clinicians. JAMA Network Open, 2018; 1 (7): e185293 DOI: 10.1001/jamanetworkopen.2018.5293