“Chaque année 28 000 000 de consultations sont non honorées, alors que les urgences hospitalières souffrent d'une augmentation des entrées avec 21 000 000 de passages par an” peut-on lire sur l’affiche du Syndicat de l’Union pour une Médecine Libre (UFML). Interrogé par Le Parisien, le docteur Jérôme Marty déplore un « consumérisme du soin ».

Rendez-vous médicaux : 28 millions de consultations non honorées

De nombreux médecins ont élevé la voix contre plus de 28 millions de rendez-vous médicaux non honorés chaque année en France. Une enquête de l'Union régionale des professionnels de santé d'Île-de-France montre d’ailleurs qu'en moyenne par jour, deux rendez-vous sont oubliés par les patients (volontairement ou non). Un constat qui prend de l’ampleur depuis l’arrivée des plateformes de prises de rendez-vous en ligne comme Doctolib : « 6 à 7 millions de Français n’ont pas de médecin traitant. Quand ils ont besoin de consulter, tous les créneaux sont pris. Alors, ils en acceptent un premier à 25 km de chez eux, entre-temps un deuxième se libère à 10 km puis un troisième… Résultat, ils n’annulent pas les deux premiers », explique le président de l’UFML au journal Le Parisien. Pour contrer les patients “tête en l’air” et “le manque de civisme”, le Syndicat de l’Union pour une Médecine Libre a mis en ligne une pétition afin que les patients qui n’honorent pas leur consultation médicale soient sanctionnés financièrement.

Consultation médicale oubliées : quelle sanction financière ?

Si de nombreux professionnels de santé souhaitent que le tarif de la consultation soit demandé aux patients qui ne viennent pas au rendez-vous, d’autres préfèrent envisager une sanction symbolique comme l’explique le Dr Jérôme Marty « Nous savons que beaucoup de Français n’ont pas les moyens de payer une consultation non honorée. C’est pourquoi nous voulons que cette sanction soit symbolique, de 1, 2 ou 3 euros ». Sur le site de la pétition on peut lire : “Nous demandons que la facturation des rendez vous non honorés puisse être autorisée par une modification de l’article R.4127-53 du Code de la santé publique qui dispose que les honoraires ne peuvent être réclamés qu’à l’occasion d’actes réellement effectués puis au travers de négociations conventionnelles afin de construire un avenant conventionnel ouvrant à cette autorisation.” Ce sera donc au Gouvernement de décider quelle sanction pourra être mise en place.

Déserts médicaux : vers la création de maisons médicales ?

Selon le Dr Marty, l’argent récolté pourrait, entre autres, servir à financer un fond spécialement dédié pour contrer les déserts médicaux et ainsi permettre l’installation et l'équipement de maisons médicales. Un financement qui serait le bienvenue face aux déserts médicaux qui, selon le rapport sénatorial remis le 29 mars 2022, concernent 30,2% de la population française dont 62,4% en Île-de-France.

Sources

https://www.ufml-syndicat.org/affiche-pour-votre-salle-dattente-rendez-vous-non-honores/

https://www.leparisien.fr/societe/sante/plus-de-28-millions-de-rendez-vous-manques-le-grand-ras-le-bol-des-medecins-23-09-2022-27O7VZWZEVEEZBHIGNIRH77BII.php#xtor=AD-1481423553

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.