Sel de Guérande : attention à la contamination au plomb

Publié le 05 Mars 2018 par Laurène Levy, journaliste santé
Du gros sel et de la fleur de sel de Guérande commercialisés en France font l’objet de rappels de produits en raison de teneurs élevées en plomb. Cette contamination serait liée à une pratique de chasse. Explications. 
Publicité

© Adobe StockGros sel et fleur de sel de Guérande. Ces produits commercialisés dans des magasins Lidl, Auchan et Carrefour font l’objet de rappels suite à une teneur inhabituellement élevée en un métal lourd toxique : le plomb. Et l’origine de cette contamination n’est pas ordinaire, puisqu’elle résiderait dans les balles de fusil de chasseurs, selon le journal Ouest France.

Publicité

Des teneurs en plomb 5 fois supérieures au taux maximal autorisé

Le 13 février 2018, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a émis un avis concernant la Fleur de sel de Guérande IGP et le Gros sel de Guérande IGP des marques Trad Y Sel, Adrien Bruand et Vignes et Gastronomie. Il s’agit de "trois rappels sous trois emballages différents mais concernant la même matière première issue des salines du paludier Adrien Bruand" précise la DGCCRF dans son avis. Ces lots ont été mis en vente entre avril 2017 et janvier 2018 et proviennent de sel récolté en 2016. "Dès qu’un nouveau produit est à vendre, Lidl fait des analyses. La marque à qui j’avais vendu mon sel m’a prévenu", confie le professionnel Adrien Bruand dans les colonnes d’Ouest France. Au lieu du taux maximal de deux milligrammes de plomb par kilogramme de sel (mg/kg), les sachets commercialisés contenaient 11 mg/kg, soit un taux cinq fois plus élevé que la norme maximale.

Publicité

Des grenailles de chasse au plomb à l’origine de la contamination

Mais comment expliquer une telle contamination ? "En 2016, je n’avais qu’une seule saline, donc je sais d’où vient le problème", raconte le paludier dans le quotidien. Cette saline contaminée se situe à proximité d’une zone de ball-traps, une pratique utilisée par les chasseurs "qui consiste à abattre au fusil des plateaux projetés en l’air. Et qui, potentiellement, laisse au sol des cartouches contenant 32 grammes de plomb" détaille Ouest France. L’usage de cartouches à la grenaille de plomb est pourtant interdit dans les zones humides et protégées telles que les marais salants de Guérande, au profit des grenailles en acier. Une réglementation qui devrait être respectée depuis 2010 dans la zone concernée par l’affaire mais qui pose aujourd’hui question étant donné l’état du sol de la saline contaminée. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), "il n’existe pas de seuil sous lequel l’exposition au plomb serait sans danger". Ce métal toxique pour l’organisme représente un risque pour le cerveau, le foie, les reins et s’accumule au fil du temps dans les dents et les os.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X