Problème d’érection : 9 raisons que les hommes ignorent

Erection moins vigoureuse, moins durable, voire absente. Ce n'est peut-être pas qu'une question de fatigue ou de stress. Certaines causes souvent ignorées et parfois très graves peuvent expliquer ce problème. Voici, messieurs, ce que vous devez savoir.

Publicité

Du gras dans les artères peut perturber l’érection

© Istock
Des difficultés d’érection qui persistent, et même s’aggravent, sont peut-être le signe d’une athérosclérose. Cette maladie se caractérise par la formation de dépôts graisseux sur la paroi des artères (ou « plaques d’athérome »), qui les rétrécissent, et par un épaississement du sang. Résultat : il parvient moins bien à gorger les corps caverneux du pénis qui peine à se durcir. Selon le Dr Sylvain Mimoun, « un homme ayant un trouble érectile permanent est à risque dans les 3 à 5 ans d’avoir un problème cardio-vasculaire, tel qu'un infarctus ».
Que faire ? Face à tous problèmes d’érection qui persistent, il faut consulter. Même si ce n’est pas toujours facile d’en parler, plus le problème est pris en charge tôt, mieux il sera soigné.

Publicité
Publicité

Trop de vélo !

Messieurs, ne faites pas trop de vélo si vous voulez conserver une érection de qualité ! « Les selles étroites et rigides du vélo réduisent de 30 à 60% la circulation du pénis », indique le Dr Gérard Leleu, médecin sexologue. Pour preuve, dans une enquête de l’Université de Cologne (1), les chercheurs ont observé 13% de cas d’impuissance parmi des cyclistes parcourant plus de 400 km par semaine.
Que faire ? Trois heures hebdomadaires serait la limite au-delà de laquelle les dysfonctions érectiles s’observeraient. Quant à savoir s’il faut privilégier une selle plutôt qu’une autre, les avis restent partagés.

(1) Schrader SM, Breitenstein MJ, Clark JC, Lowe BD, Turner TW. Nocturnal penile tumescence and rigidity testing of bicycle patrol officers. J Androl.2002

Une maladie de Parkinson ?

Un homme atteint de la maladie de Parkinson peut présenter des difficultés à l’érection. « Pour qu’il y ait une érection, le nerf doit donner un signal, les vaisseaux sanguins s’assouplissent, le sang peut alors les remplir et les dilater, entraînant le gonflement des corps caverneux du pénis. Avec la maladie de Parkinson, le signal tarde à se déclencher » explique le Dr Sylvain Mimoun, andrologue.
Que faire ? « On peut prescrire du Cialis®, du Levitra® ou du Viagra® pour pallier à cela », répond notre interlocuteur.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X