Sommaire

Les anxieux ne le diront que trop bien : vivre dans un état de stress, avec des angoisses et le poids qu’elle font peser sur les épaules, avec une anxiété chronique peut s’avérer… très épuisant et surtout douloureux. Pour autant, si les symptômes les plus fréquents de l’anxiété ont des répercussions plutôt très négatives sur la personne touchée, il faut savoir qu’il existe aussi un versant « ensoleillé » de l’autre côté de la part d’ombre du stress.

La peur : une émotion mal-aimée

Anxiété, trouble anxieux, anxiété chronique… Il existe différentes formes d'angoisses aiguës, qui se manifestent de plusieurs façons et à des degrés d’intensité variés. Divers éléments déclencheurs font émerger ces troubles, ces sentiments d’insécurité qui caractérisent justement ces états de stress et d’angoisse. Mais d’où vient réellement l’anxiété ?

« L'anxiété est souvent le symptôme de la peur. Cette émotion est mal-aimée, mais elle permet pourtant d'être vigilant et de se recentrer sur soi pour résoudre une problématique. Regarder son anxiété en face c'est tenter de comprendre ce qui crée l'inconfort et chercher des stratégies d'adaptation ou des changement comportementaux », explique Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne spécialisée notamment sur la question des troubles anxieux.

La peur, un véritable système d’alerte

Aussi, bien que généralement mal considérée au sein de l’opinion publique, la peur permet donc d’activer le bouton de vigilance et sert à la réflexion. Omniprésente dans la vie de chacun, la peur permet de s’assurer une protection naturelle. Sans le stress, nous ne serions peut-être pas aussi bien conditionnés pour répondre et réagir rapidement à un danger : « oui, mais à un certain degré seulement », répond la spécialiste.

Une étude menée au Royaume-Uni avait révélé que les adolescents souffrant d’anxiété comptabilisaient moins d’accidents et de décès mortels en entrant dans l’âge adulte, que les adolescents qui n’étaient pas anxieux.

Pour autant, si la peur et l’anxiété peuvent donc s’avérer utiles dans certains cas et certaines conditions, il faut toutefois rester vigilant quant à son évolution : un trouble anxieux ponctuel peut se transformer en anxiété chronique si les signaux d’aggravation n’ont pas été pris en considération à temps.

L’anxiété : une source de motivation

Certaines études ont établi un lien entre les effets du stress et l’amélioration des performances, mais d’autres travaux ont révélé que l’anxiété pouvait également entraîner une altération de la motivation. Alors, qu’en penser : l’anxiété peut-elle représenter une source de motivation ? « Jusqu'à un certain degré oui », réitère Johanna Rozenblum, avant de poursuivre : « mais il existe un point de bascule où l'anxiété vient handicaper plutôt que motiver. Elle fige et prive l'individu de sa motivation ou de sa croyance en ses capacités à agir. Les symptômes physiques et psychiques de l'anxiété peuvent également devenir invalidant lorsqu'ils sont trop intenses ». Dans les deux cas, l’anxiété exerce bel et bien une influence sur le degré de motivation.

Lorsque l’anxiété motive, elle est appelée « Eustress », et peut s’avérer très utile au quotidien : « Une certaine dose de stress est nécessaire pour sortir du lit le matin et aller à la rencontre des challenges de notre vie. Trop peu de stress amène à l'ennui, quand trop de stress conduit à la détresse. L'eustress est le parfait équilibre entre ces deux extrêmes », a confié le Dr Sarah Brewer, médecin et nutritionniste, au média anglophone Stylist.

L’empathie augmentée des angoissés

Différentes études ont révélé que les personnes qui ont déjà ressenti ou ressentent de l’anxiété s’avèrent généralement plus empathiques et compréhensives face aux problèmes auxquels les autres sont confrontés. « Comme pour toutes les émotions ou expériences de vie compliquées, avoir expérimenté un affect permet de comprendre ce que ressent l'autre lorsqu'il vit la même émotion. L'empathie est plus accessible car l'expérience ajoute à la compréhension de ce qui se joue », partage Johanna Rozenblum.

Par ailleurs, d’autres travaux ont démontré que les personnes anxieuses seraient également plus qualifiées pour tenir des rôles de meneurs. Une observation qui tire ses conclusions directement du côté de la personnalité : « Derrière l'anxiété se cachent différentes manifestations. Il existe ce que l'on appelle l'anxiété de performance qui pousse la personne à l'exigence et la réussite. Ce trait de personnalité peut se retrouver et être valorisé dans certaines situations comme le management ou les postes de chef d'équipe », conclut la spécialiste.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.cambridge.org/core/journals/psychological-medicine/article/abs/protective-role-of-trait-anxiety-a-longitudinal-cohort-study/919A2F6F0C52E512A5F67E3AFE7B7A0F

https://www.stylist.co.uk/life/eustress-what-is-good-stress-benefits-goals-challenges-motivation/316433

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.