Coronavirus : 7 astuces pour ne pas angoisser

Certifié par nos experts médicaux MedisiteEn pleine crise sanitaire mondiale, les raisons sont nombreuses pour que le moral flanche. Heureusement, il est possible d’agir pour réduire son niveau de stress et ne pas angoisser. On fait le point, avec les conseils du psychothérapeute Pierre Nantas.

Entre le confinement qui se prolonge et les informations anxiogènes sur la multiplication des cas et des décès dus au coronavirus, il peut être difficile de ne pas céder à la panique. “Le confinement fait ressentir quelques idées fortes chez les Français : un sentiment d’enfermement et un sentiment d’impuissance”, explique Pierre Nantas, psychothérapeute spécialiste du trouble de la personnalité borderline et Président de l'AFORPEL. Car, paradoxalement, la meilleure façon de combattre l’épidémie est… de ne rien faire (plus précisément, de ne pas sortir de chez soi).

“Tout cela peut déclencher un comportement de colère et une envie de transgresser” ; ce qui explique que de nombreuses personnes sortent alors que le mot d’ordre est “restez chez vous”. En outre, le confinement exacerbe le sentiment de solitude des personnes seules, ou l’impression d’être les uns sur les autres lorsque l’on vit en famille. “Or, tout ce qu’il était possible d’évacuer par le sport, par la rencontre dans les bistrots, par les loisirs comme le cinéma ou le shopping, ne l’est plus”, souligne le spécialiste. “Dans cette période, on se retrouve seul avec soi-même”.

Stress : quel impact sur la santé ?

Ajoutons à ces restrictions de la liberté individuelle la peur d’être malade, et l’on comprend que le niveau de stress puisse facilement monter. Pourtant, ce dernier n’est pas sans conséquence sur la santé.

Chez les personnes les plus vulnérables, “le stress génère de l’anxiété chronique et se trouve à l’origine de certaines maladies comme la dépression, le burn-out, l’alcoolisme, mais aussi… les maladies cardio-vasculaires”, peut-on lire sur le site de la Fédération Française de Cardiologie. En effet, il agit notamment sur la pression artérielle et favorise l’hypertension.

Plus largement, un niveau de stress élevé entraîne une multitude de symptômes, qui impactent le quotidien : fatigue, irritabilité, troubles du sommeil, perte d’appétit, baisse de la libido, problèmes de concentration, contractures musculaires… Aussi, il est important d’agir au quotidien pour lutter contre le stress, sans attendre que celui-ci soit déjà installé. “Pour éviter la crise d’angoisse, il faut être dans un comportement de prévention”, rappelle Pierre Nantas. Vous pouvez découvrir toutes ses astuces dans ce diaporama.

Comment calmer une crise de panique ?

Vous n’avez pas pu agir sur votre stress à temps, et la crise de panique est en train de monter ? Rassurez-vous, il existe des solutions faire retomber la pression. “Si vous êtes seul, ouvrez votre congélateur et prenez à pleines mains des glaçons - ou le bac à glaçons. Cela provoque un choc psychologique qui vous fait revenir à la réalité”.

En outre, il ne faut surtout pas se dire “je reste avec ma panique”, “je ne vais pas embêter les autres” ou “j’ai peur de déranger”. Passer un coup de fil peut véritablement aider et, en période de confinement, l’entraide est généralement stimulée.

Si vous vivez en couple, et que votre conjoint est en pleine crise d’angoisse, évitez de lui dire “ne t’inquiète pas, ça va aller, ne panique pas” : de tels propos augmentent la panique et le sentiment de ne pas être entendu. À l’inverse, asseyez-vous, prenez-lui la main et dites-lui calmement : “je t’écoute, je suis là”. “Il faut être capable d’écouter ce qui le fait paniquer, même si c’est absurde”, précise le spécialiste.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Pierre Nantas, psychothérapeute spécialiste du trouble de la personnalité borderline, Président de l'AFORPEL.