Sommaire

"Le vieillissement augmente la raideur aortique [rigidité de la paroi de l’aorte, ndlr], contribuant au risque cardiovasculaire même chez les individus en bonne santé, introduisent les chercheurs de l’University College London. La rigidité aortique peut être réduite grâce à des programmes d’entraînement supervisés".

À travers une étude publiée récemment, les scientifiques avaient l’intention de démontrer que l’entraînement physique en situation réelle comme un marathon pouvait inverser le raidissement aortique lié à l’âge.

Les résultats parlent d’eux-mêmes : cet entraînement intensif aurait rajeuni l’âge vasculaire des participants à l’étude, jusqu’à 4 ans.

L'aorte abdominale et ses branches. ©Henry Gray (1918) Anatomie du corps humain.

Les artères des participants ont retrouvé l’élasticité

"Des individus en bonne santé et sans formation ont suivi 6 mois d'entraînement pour le Marathon de Londres, décrivent les chercheurs. L'évaluation avant l'entraînement et deux semaines après le marathon s’est concentrée sur la pression artérielle centrale (aortique) et la rigidité aortique".

Ce que les chercheurs appellent l ’âge aortique, a été estimé à l’évolution de la rigidité au niveau de l’aorte ascendante et descendante, au niveau de la bifurcation de l’artère pulmonaire et diaphragme.

À l’issue des entraînements, les participants ont vu leurs artères retrouver une certaine élasticité juvénile, ce qui réduit les risques de crises cardiaques et d’AVC (accident vasculaire cérébral). Quant à leur tension artérielle, elle semble avoir chuté, autant que si les volontaires avaient été sous médicament.

"L’entrainement et la réalisation d’un marathon, même à une intensité d’exercice relativement faible, réduisent la pression artérielle centrale et la raideur aortique, ce qui équivaut à une réduction de l’âge vasculaire de 4 ans, concluent les chercheurs. Un rajeunissement plus important a été observé chez les individus plus âgés et plus lents".

Consultez votre médecin avant de vous lancer

Soyez prudent et ne foncez pas tête baissée dans un entraînement intensif. La chercheuse principale de l’étude, Dr Charlotte Manisty rappelle aux personnes souffrant d’une pathologie cardiaque ou autre problème de santé de consulter leur médecin avant d’entamer tout exercice.

Néanmoins, vouloir faire plus d’exercices reste une bonne initiative. L’activité physique et sportive réduit vos risques de crise cardiaque ou AVC ou réduit considérablement vos risques de décès prématurés.

L’exercice physique réduit aussi vos risques de cancer

Cette nouvelle étude nous rappelle une précédente enquête parue dernièrement, qui démontrait d’autres mérites de l’activité sportive. Des chercheurs américains viennent d’apporter la preuve que pratiquer 2 à 5 heures de sport hebdomadaire peut vous éviter sept cancers.

D’après leurs résultats, pratiquer entre 2 et 5 heures de sport par semaine permettrait d’éviter ces maladies. Sont concernés le cancer du côlon (dont le risque diminue de 8 à 14%), le cancer du sein (de 6 à 10 % de risques en moins), le cancer de l’endomètre (10 à 18%), le cancer du rein (11 à 17 %), le myélome (14 à 19 %), le cancer du foie et enfin le lymphome non hodgkinien (11 à 17 %).

"Les professionnels de la santé, du conditionnement physique et les praticiens de santé publique devraient encourager les adultes à adopter et à maintenir l’activité physique aux niveaux recommandés pour réduire les risques de cancers multiples", estiment les chercheurs.

Exercice physique : à quelle fréquence le pratiquer pour être en bonne santé ?

Exercice physique : à quelle fréquence le pratiquer pour être en bonne santé ?

"Les adultes âgés de 18 à 64 ans devraient pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue", détermine l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’activité physique inclut les loisirs, les déplacements (par exemple la marche ou le vélo), certaines activités professionnelles, les tâches ménagères, les activités ludiques, les sports ou l’exercice planifié, au quotidien. En clair, tout ce qui amène le corps à bouger.

L’effort physique est essentiel "afin d'améliorer l’endurance cardiorespiratoire, l’état musculaire et osseux, et pour réduire le risque de maladies et de dépression", précise l’OMS.

Et pour les personnes à mobilité réduite ?

Après 65 ans, pas question de s’arrêter en si bon chemin. Les recommandations restent donc les mêmes. En revanche, si votre mobilité est réduite, il est préconisé de pratiquer une activité visant à améliorer votre équilibre et à prévenir les éventuelles chutes, au moins trois fois par semaine.

"Lorsque des personnes âgées ne peuvent pratiquer la quantité recommandée d’activité physique en raison de leur état de santé, elles devraient être aussi actives physiquement que leurs capacités et leur état le leur permettent, conseille l’OMS. Les personnes âgées sédentaires ou limitées par certaines maladies verront leur santé s'améliorer si elles passent de la sédentarité à un certain niveau d'activité physique".

Quels bienfaits après 65 ans ?

"Dans l'ensemble, tout porte à croire que comparés aux personnes plus sédentaires, les personnes âgées plus actives sur le plan physique ont un plus faible taux de mortalité toutes causes confondues (cardiopathies coronariennes, hypertension artérielle, accidents vasculaires cérébraux, diabète de type 2, cancer du côlon et du sein)", avance l’OMS.

On mentionne aussi une plus grande capacité cardiorespiratoire et musculaire, ainsi qu’une masse corporelle et une répartition des tissus plus saines.

Enfin, les personnes de plus 65 ans, non sédentaires, réduisent réellement leurs risques de chute et améliorent leurs fonctions cognitives.

> Une Bretonne de 61 ans découvre une algue qui rajeunit le visage. Résultats visibles en 42 jours.

Sources

Training for a First-Time Marathon Reverses Age-Related Aortic Stiffening, Journal of the American College of Cardiology, 7 janvier 2020

Recommandations mondiales en matière d'activité physique pour la santé, OMS

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.