L'hypertension artérielle peut réduire votre cerveau

Une nouvelle étude suggère que les personnes atteintes d’hypertension artérielle auraient tendance à avoir un volume cérébral plus réduit.

Vous souffrez d’hypertension artérielle ? Faites dans ce cas attention à votre cerveau. Celui-ci pourrait souffrir de cette hausse de tension et même développer des lésions gravissimes.

Un cerveau plus petit et des vaisseaux sanguins endommagés

Bien que les effets néfastes de l’hypertension artérielle soient déjà connus du grand public (AVC, crise cardiaque…), une nouvelle étude publiée dans la revue The Lancet Neurology vient de démontrer de nouveaux impacts sur le cerveau.

Pour y arriver, des chercheurs ont examiné le cerveau de 502 membres d’un groupe nés dans en 1946.

Ceux dont la tension artérielle était plus élevée à l'âge de 53 ans et avait augmenté plus rapidement entre 43 et 53 ans étaient plus susceptibles de présenter des vaisseaux sanguins endommagés dans le cerveau.

L'étude a également révélé qu'une augmentation plus rapide de la pression artérielle entre 36 et 43 ans était liée à un volume cérébral plus faible, indicateur de la santé du cerveau.

"Ce groupe d'individus a façonné notre compréhension des facteurs qui influent sur notre santé. Les résultats suggèrent qu'une pression artérielle anormale, même à la trentaine, pouvait avoir des répercussions sur la santé du cerveau quatre décennies plus tard", a déclaré le professeur Jonathan Schott, de l'Institut de neurologie Queen Square de l'University College de Londres.

Il a ajouté : "Les résultats montrent que la surveillance de la pression artérielle et les interventions visant à optimiser la santé du cerveau plus tard dans la vie doivent être ciblées au moins dès le début de la quarantaine."

Karen Doyle, physiologiste de l'Université nationale d' Irlande à Galway, a déclaré: “L'étude montre clairement que l'hypertension artérielle est la cause de lésions de la substance blanche (une catégorie de tissu du système nerveux central) et d'un volume cérébral plus réduit. L’hypertension artérielle augmente également la maladie des petits vaisseaux sanguins cérébraux, mais il n’existe aucun lien significatif avec la pathologie amyloïde de la maladie d’Alzheimer.”

Cependant, les participants n'ont que 70 ans dans cette étude. C’est une des seules “limites”, reconnue par les auteurs, puisque on ne connaît pas encore les effets à plus long terme.

Néanmoins, les scientifiques tiennent à souligner “qu’une surveillance accrue et une intervention précoce auprès des personnes souffrant d’hypertension artérielle aident à protéger le cerveau»

Maux de têtes, AVC… D’autres conséquences de l’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est un trouble très fréquent qui concerne environ une personne sur 5. Le nombre de cas augmente avec l’âge de sorte que 40% des personnes de plus de 65 ans sont touchées et jusqu’à 90% des personnes de 85 ans et plus.

Les risques liés à l’hypertension artérielle sont essentiellement des risques à long terme (seules de violentes poussées hypertensives provoquent des symptômes immédiats tels que des malaises, des maux de tête ou des troubles respiratoires). Ainsi cette pathologie constitue le principal facteur de risque de complications cardiovasculaires importantes.

Au fil du temps, elle finit par provoquer une rigidification des artères et elle augmente considérablement le risque d’athérosclérose (dépôt d’une plaque d’athérome composée de lipides sur la paroi des artères) responsables d’obstructions des artères et d’embolies aux conséquences dramatiques.

À terme, l’hypertension artérielle peut également engendrer une augmentation du volume du ventricule gauche qui va peu à peu perdre de sa contractibilité et finalement déboucher sur une crise cardiaque, voire un AVC.

> Sommeil - Comment bien dormir malgré le confinement ?

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.