Cancer de la peau : vos grains de beauté doivent-ils vous inquiéter ?

Publié le 14 Août 2019 à 12h00 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Avec 80 000 nouveaux cas par an, dont 11 176 mélanomes, le cancer de la peau progresse à la hausse. La Ligue contre le Cancer lance une nouvelle campagne de prévention, rappelant les risques et les bonnes pratiques à adopter.

Comme un grand nombre de Français, vous profitez de l’été pour peaufiner votre bronzage ? Cela pourrait malheureusement vous coûter très cher… Les cancers de la peau sont en nette progression dans l’hexagone, et notre manque de prudence face au soleil est largement en cause.

Le cancer de la peau progresse, avec 80 000 nouveaux cas chaque année

80 000 nouveaux cas de cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année en France, dont plus de 11 000 mélanomes. Cela fait de ce cancer l’un de ceux qui ont le plus progressé au cours des cinquante dernières années. Pour faire reculer cette maladie, la Ligue contre le Cancer lance une nouvelle campagne de prévention.

Sur son site, l’association déplore le manque de connaissances liées à l’exposition au soleil. Ainsi, 40 % des Français pensent que les coups de soleil bien soignés pendant l’enfance n’ont aucune conséquence à l’âge adulte. 24 % estiment que faire des UV avant de partir en vacances est une bonne façon de préparer sa peau au soleil et de la protéger et, pour 21 % des sondés, les coups de soleil rendent la peau moins vulnérable au soleil. Bien sûr, toutes ces idées reçues sont fausses…

Comment savoir si vos grains de beauté sont suspect ?

Cancer cutané le plus grave, le mélanome se développe à partir de cellules cutanées. Il peut ensuite croître en profondeur, coloniser d’autres régions du corps et se métastaser. Lorsqu’il est parvenu à ce stade, les traitements actuels sont malheureusement peu efficaces. En France, ce type de cancer augmente de 3 % chaque année…

Généralement, le mélanome prend la forme d’un grain de beauté dont l’apparence se modifie, ou d’une “lésion asymétrique à bords irréguliers”, peut-on lire sur le site de la Ligue contre le Cancer. “Sa couleur révèle des nuances de brun, noir et parfois blanc, rouge ou bleu. Son diamètre est supérieur à six millimètres”.

Cancer de la peau : quand faut-il consulter ?

Invité au micro de RMC, Emmanuel Ricard, délégué prévention et promotion du dépistage au sein de la Ligue, “estime qu’on a la chance d’avoir un cancer qui est visible, puisque la peau est un organe accessible au regard”. Il encourage donc à “montrer ses grains de beauté” et “toute lésion qui aurait tendance à ne pas cicatriser”.

Selon le spécialiste, deux cas de figure doivent vous pousser à consulter un dermatologue. “Soit vous constatez vous-mêmes, ou vos proches, une lésion ou un grain de beauté qui se modifie” : s’il gagne en épaisseur, s’étend, change de couleur, ou est un peu écorché. Soit “vous avez un grand nombre de grains de beauté (plus de trente), ou vous avez déjà eu un grain de beauté qu’on vous a retiré parce qu’il était suspect”. Dans le second cas, un suivi annuel est indispensable.

Pour éviter le cancer de la peau, se protéger du soleil est indispensable

Pour Emmanuel Ricard, une majorité des mélanomes est évitable. Cela passe par des gestes simples, mais indispensable, comme limiter les expositions au soleil entre midi et seize heures - en métropole - et se couvrir avec des vêtements, des chapeaux à bords larges et des lunettes de soleil. “On oublie souvent qu’il y a des mélanomes de l'œil, et que le soleil favorise aussi la cataracte”, souligne le délégué.

Autre élément indispensable : s’appliquer régulièrement de l’écran total, afin de protéger les zones de peau découverte. On la choisit toujours avec un indice 50, car “on sait à l’usage que les gens ne se couvrent pas assez en termes de quantité, et très souvent, ils ne renouvellent pas toutes les deux heures”. Les personnes qui pratiquent des sports nautiques ont également tout intérêt “à utiliser les vêtements de protection UV, car ils sont très efficaces”.

On a tous un capital soleil : des expositions trop fréquentes peuvent l’épuiser

Des recommandations que l’on a souvent entendues, mais qui méritent d’être répétées, dans la mesures où elles sont encore rarement appliquées. “On a un capital de protection solaire dans la vie”, rappelle Emmanuel Ricard. “Si vous le grillez dès le départ, vous n’allez plus l’avoir ensuite, à la fin ou au milieu de votre vie”. Il explique que “le bronzage est en fait une réaction à une brûlure” : la mélanine augmente pour protéger la peau, mais à la longue, son stock peut s’épuiser.

En outre, se protéger doit commencer dès le plus jeune âge. “Les coups de soleil dans l’enfance sont les zones qui vont déclencher les mélanomes plus tard. Il y a un délai entre l’apparition du mélanome et la surexposition au soleil”, met en garde l’expert.

Et si le soleil a aussi des vertus, comme celui de charger notre organisme en vitamine D, nul besoin de s’exposer pendant des heures pour en profiter. “On n’a besoin que de quelques minutes, moins d’une demi-heure, pour avoir notre capital en vitamine D”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :