Jérôme Cahuzac, ancien ministre condamné, autorisé à exercer comme médecin généraliste

Publié le 20 Juin 2019 à 11h52 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
Condamné en mai 2018, Jérôme Cahuzac vient d’être autorisé par l’Ordre des Médecins à exercer la médecine générale en Corse. L’ancien ministre a donc échappé à la prison…

Jérôme Cahuzac, ancien ministre condamné, autorisé à exercer comme médecin généraliste

Condamné il y a un an pour 4 ans de détention, dont deux ans ferme, Jérôme Cahuzac était accusé de fraude fiscale et blanchiment. Mais le vent semble avoir tourné pour l’ancien ministre du Budget.

Alors que ce dernier échappe à la prison grâce au port du bracelet électronique, l’Ordre des Médecins (CNOM) vient de nous confirmer qu’il est désormais autorisé à exercer en tant que médecin généraliste en Corse du Sud, où il est domicilié. Le CNOM a rendu sa décision officielle le 13 juin dernier, d’après une source proche de l’affaire.

Absence de formation, indispensable pour exercer la médecine générale

Pour rappel, Jérôme Cahuzac, ancien ministre, mais surtout ancien chirurgien plastique, avait repris du service en juillet 2018 en tant que médecin généraliste en Guyane française. Mais en novembre dernier, le Conseil de l’Ordre des Médecins avait suspendu son autorisation d’exercice, suite à la plainte du Dr Alain Choux, médecin parisien connu pour lutter contre les "dérives déontologiques" qui parsèment l’univers médical.

En effet, selon ce dernier, l’ancien ministre ne "satisfait pas aux conditions d’exercice : d’une part une condamnation à deux ans de prison ferme ; d’autre part, l’absence de formation indispensable pour exercer la médecine générale".

Cette décision a été prise par trois experts généralistes de la CNOM

Visiblement, l’Ordre des Médecins ne partage pas l’avis du Docteur Choux. Réuni en formation la semaine dernière, le CNOM vient de juger Jérôme Cahuzac apte à exercer la médecine générale. Composée de 13 membres d’élus ordinaux, la formation est chargée de se prononcer sur le maintien, le rétablissement ou la suspension d’un praticien à l’exercice de ses fonctions. Le CNOM est en mesure de suspendre temporairement un praticien.

Contacté par Médisite, l’Ordre des Médecins précise que "cette décision a été prise en fonction des conclusions livrées par trois experts, qualifiés dans la même spécialité que celle du praticien concerné (Jérôme Cahuzac, ndlr), qui procèdent à l’examen des connaissances pratiques et théoriques du praticien (code de la santé publique, art. R 4124-3-5)". L’Ordre des Médecins en profite également pour nous rappeler que 26 suspensions avaient été prononcées en 2018 pour "insuffisance professionnelle".

Jérôme Cahuzac est donc désormais libre d’exercer en tant que médecin généraliste. Ce dernier s’est vu proposer un poste de clinicien hospitalier à temps partiel par l’hôpital de Bonifacio, en Corse, relaye le site médical Egora.fr. Mais face à l’hostilité de ses pairs, il se murmure que Jérôme Cahuzac renoncerait à exercer la médecine à nouveau.

Vidéo : Un médecin suspendu pour avoir demandé à une patiente de retirer son voile

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X