La Sclérose en Plaques (SEP) est une maladie inflammatoire auto-immune chronique du système nerveux. C'est-à-dire le cerveau et la moelle épinière. Plus précisément, cette pathologie se caractérise par une destruction progressive de la myéline, gaine protégeant les fibres nerveuses qui participent à la propagation de l’influx nerveux.

Selon les estimations, cette pathologie touche 100 000 personnes en France et 3 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

Sclérose en plaques : quel est le profil des malades ?

Une maladie qui touche une population jeune

La sclérose en plaques touche surtout une population jeune et active. Les premières manifestations se déclarent le plus souvent entre 25 et 35 ans. Selon l’association SEP, 2 à 5 % des malades sont diagnostiqués avant l'âge de 18 ans.

"La sclérose en plaques représente la première cause de handicap sévère non traumatique du jeune adulte. Elle affecte donc des adultes jeunes en pleine période de projet d’existence et bouleverse la vie personnelle, familiale et professionnelle", précise l’assurance maladie sur son site internet.

SEP : les femmes 3 fois plus touchées que les hommes

Autre particularité de la pathologie : les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes. Elles sont 3 fois plus nombreuses à souffrir de la sclérose en plaques.

Une étude, publiée en 2012 par la revue américaine Neurology, avance que cette différence de prévalence de la maladie entre les deux sexes pourrait être liée à la "modification de mode de vie". Après avoir étudié l’évolution des cas enregistrés en Crète entre 1980 et 2008. Ils ont découvert qu’il y avait deux fois plus de femmes malades que d’hommes en 2008 alors que la proportion était similaire dans les années 80. Les auteurs ont avancé que cette progression était liée au mode de vie plus urbain adopté par les femmes. Ce dernier a entrainé chez elles une "hausse du tabagisme", "un usage plus fréquent des contraceptifs", un recul de l'âge de la première maternité et un changement d'alimentation.

D’autres scientifiques avancent l’hypothèse hormonale. Selon eux, les hommes seraient protégés par la testostérone.

Sclérose en plaques : les populations du nord plus touchées

La fondation pour l’aide à la recherche sur la sclérose en plaques précise : "le nombre de personnes atteintes augmente dans chaque hémisphère, lorsqu’on s’éloigne de l’équateur vers les pôles”. Et au-delà de cet effet, vivre au nord semble être un facteur de risque important de la maladie auto-immune dégénérative.

"Les personnes d’origine Nord-européenne sont plus fréquemment touchées", ajoute l’organisation. En effet, les études montrent que le taux d’incidence de la pathologie dans les pays scandinaves, au Royaume-Uni ou encore en Écosse est presque deux fois plus élevé que celui des pays d’Europe du Sud.

"Cette répartition hétérogène de la maladie existe aussi sur le territoire français : la SEP est plus représentée dans le Nord-Est de la France que dans le Sud-Ouest", remarque l’organisation. Autre élément sur les patients : ils sont plus nombreux dans les pays industrialisés.

Sources

https://www.inserm.fr/dossier/sclerose-en-plaques-sep/

https://afsep.fr/qui-est-touche-par-la-sep/

https://www.sep-ensemble.fr/la-sep-c-est-quoi/qui-sont-les-personnes-atteintes-par-la-sclerose-en-plaques

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/sclerose-en-plaques/comprendre-sclerose-plaques

https://www.arsep.org/fr/168-d%C3%A9finition%20et%20chiffres.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.