Il existe de nombreuses recherches et travaux sur les risques sur la santé humaine des insectes piqueurs comme le moustique qui serait l’animal le plus mortel pour les humains. Vecteurs de nombreuses pathologies dont certaines sont mortelles, ces insectes piqueurs sont donc une priorité des chercheurs en entomopathologie. John G. Stoffolano, professeur d'entomologie à l’Ecole d’agriculture de Stockbridge de l'Université du Massachussetts, aux Etats-Unis, est spécialiste des mouches domestiques (non piqueuses). Il a étudié l’implication pathologique de ces insectes sur la santé humaine. Ses résultats sont édifiants.

Le vomi des mouches, dangereux pour les humains

John G. Stoffolano a donc étudié le comportement des mouches synanthropiques, ces insectes domestiques qui ne piquent pas. Au cours de ses recherches, il s’est rendu compte que ces mouches en se posant sur un plat vomissaient une partie du contenu de leur jabot (un organe de son appareil digestif qui lui permet de stocker de la nourriture), afin de se nourrir. Ainsi, si une mouche se pose sur votre assiette, elle peut contaminer les aliments en vomissant dessus : "Le jabot est un lieu de stockage, et non de digestion, il y a très peu d'enzymes digestives ou de peptides antimicrobiens qui neutraliseraient la plupart des agents pathogènes. Et donc, par inadvertance, le jabot devient aussi un lieu de stockage des agents pathogènes responsables de maladies" précise ainsi John G. Stoffolano dans son étude publiée dans la revue Insects.

Mouche : vecteur d’agents pathogènes résistants aux antibiotiques

Si les mouches restent un animal important dans l’écosystème du fait de leur implication dans l’élimination des déchets, elles pourraient être plus dangereuses que les moustiques pour la santé humaine. John G. Stoffolano explique que "Ces mouches tirent leurs nutriments des personnes et des animaux qui libèrent des agents pathogènes dans leurs larmes, leurs excréments et leurs blessures". Or, selon lui, ces agents pathogènes présentent une résistance aux traitements antibactériens. Le professeur d'entomologie conclut : "Nous ne savons toujours pas grand-chose sur ces mouches. Quelle est la robustesse du système immunitaire des différentes mouches ? Favorisent-elles la croissance d'agents pathogènes dans leurs entrailles, ou transportent-elles simplement des maladies d'un endroit à l'autre ? (…) Ce sont les petites choses qui causent les plus grands problèmes. Notre santé dépend de l'attention que nous portons à ces mouches qui vivent avec nous".

Comment éviter les mouches à la maison ?

Certaines astuces naturelles permettent d’éviter les mouches à la maison :

  • Nettoyer régulièrement la maison et notamment la cuisine ;
  • Couper des lamelles d’oignon et les disposer dans une coupelle qui reste dans la cuisine ;
  • Faire bouillir des gousses d’ail, puis filtrez l’eau et laisser un verre près des fenêtres contenant cette eau filtrée ;
  • Mettre de la lavande dans votre intérieur ;
  • Le basilic et la menthe éloignent également les mouches ;
  • L’odeur du clou de girofle n’est pas appréciée des mouches. Piquer un clou de girofle dans un agrume et laisser-le agir dans différentes pièces de la maison.

Sources

https://www.mdpi.com/2075-4450/13/9/776/htm

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.