Longtemps, les chercheurs ont pensé que le métabolisme influençait l’espérance de vie et qu’en avoir un trop rapide nuisait à notre longévité.

En biologie, il a été observé que les animaux avec des taux métaboliques élevés avaient tendance à mourir plus tôt que ceux avec un métabolisme lent, car ils s’épuisent plus vite. Mais cette hypothèse paraît moins sûre lorsqu’elle se centre sur une espèce précise comme l’être humain.

C’est à cette question qu’a tenté de répondre la dernière étude du SIAT (Institut de Technologie avancé de Shenzen de l’Académie chinoise de sciences), en collaboration avec l’Université de Wenzhou et l’Université d’Aberdeen, publiée le 14 mars sur le site Nature Metabolism. Les chercheurs ont décidé d’observer l’impact de la température corporelle sur l’espérance de vie contrairement à la supposée importance du métabolisme.

Métabolisme : son impact sur l’espérance de vie est flou

Les restrictions caloriques entraînent la baisse des taux métaboliques ce qui confirme cette idée qu’il impacterait la durée de vie. Mais d’un autre côté, l’exercice augmente le métabolisme et il est prôné pour ses vertus de longévité. La place qu’occupe le métabolisme dans notre espérance de vie est alors assez floue.

De plus, le métabolisme est souvent lié aux changements de température corporelle, ce que les scientifiques soupçonnent davantage d’être lié à la durée de vie. En effet, chez les animaux, les taux métaboliques faibles sont associés à une température corporelle basse. Il n’est donc pas clair si la durée de vie longue est liée à un faible métabolisme, ou bien à une faible température corporelle. C’est ce qu'ont voulu déterminer les scientifiques avec cette étude réalisée sur des rongeurs.

Pour cela, les chercheurs ont utilisé une simulation inhabituelle. Ils ont examiné la température corporelle et le taux métabolique chez deux espèces de rongeurs, des souris et des hamsters, de manière séparée afin d’observer lequel influence vraiment la durée de vie.

Pour cela, ils ont commencé par exposer les rongeurs à des températures élevées afin de faire chuter leur métabolisme à mesure que leur température corporelle augmentait.

"Nous avons constaté que l'exposition des rongeurs à ces conditions raccourcissait leur durée de vie. Un métabolisme plus bas n'a pas prolongé leur vie, mais des températures plus élevées l'ont raccourcie », ajoute John R. Speakman, professeur du SIAT et co-auteur de l'étude. Le métabolisme faible n’influence donc pas la durée de vie contrairement à ce que l’on pensait jusqu’à présent . En revanche, l’impact d’une température corporelle élevée est flagrante selon les résultats des chercheurs.

Durée de vie : l’importance d’une température corporelle basse

D’un autre côté, ils ont voulu examiner les effets d’une température corporelle basse en utilisant de petits ventilateurs pour influer de l’air aux rongeurs. “Nous sommes enthousiasmés par les découvertes, en particulier par le fait que l'utilisation de petits ventilateurs pour souffler de l'air sur les animaux a inversé l'effet d'une température ambiante élevée sur la durée de vie en diminuant la température corporelle sans modifier le taux métabolique”, explique ZHAO Zhijun de l'Université de Wenzhou, le principal auteur de cette étude.

Les chercheurs ont réussi à maintenir un taux métabolique bas, tout en inversant l’impact de la température corporelle élevée sur les rongeurs. Dans ces conditions, les animaux n'ont pas souffert d'une durée de vie raccourcie, prouvant bien le rôle primordial de la température corporelle.

Les chercheurs pensent donc que la clé pourrait être la façon dont les changements dans le métabolisme affectent la température corporelle d'un individu. En effet, un taux métabolique inférieur abaisse la température corporelle, qui semble être le réel facteur influençant l’espérance de vie.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://neurosciencenews.com/body-temperature-longevity-20190/

https://www.nature.com/articles/s42255-022-00545-5

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.