Infirmiers, chauffeurs de taxi, concierges d’hôtel, policiers, journalistes… Attention, si vous travaillez de nuit, vos fonctions cognitives peuvent être impactées par ce rythme de vie. Selon une étude publiée dans la revue Occupational and Environmental Medicine le 8 mars 2022, le travail de nuit peut, en effet, avoir de lourdes conséquences pour l'organisme.

“Nos résultats ont montré une performance cognitive significativement plus faible chez les travailleurs de nuit par rapport aux personnes qui exercent leur métier la journée”, peut-on lire dans l’étude.

Fonctions cognitives : des problèmes de mémoire et de vigilance

Pour aboutir à ces résultats, les chercheurs autrichiens de l’université privée de Sigmund Freud de Linz, en Autriche, ont analysé 18 travaux parus entre 2005 et 2020, impliquant 18 802 adultes actifs. Pour étudier leurs performances cognitives, ils ont pris en compte plusieurs facteurs tels que la mémoire, la vitesse de traitement de l’information, la vigilance, l’attention visuelle et le contrôle des impulsions.

Les scientifiques ont finalement constaté que les adultes qui travaillaient la nuit présentaient des problèmes de mémoire et étaient moins vigilants. En effet, ils semblaient moins aptes à traiter une information de manière claire. “Leur horloge biologique n'est pas synchronisée” avertissent les chercheurs. Selon eux, le phénomène serait dû à la perturbation du rythme circadien. Il s’agit, en quelque sorte, de l’horloge interne du corps humain. Ce rythme biologique prend la forme d’un cycle d’environ 24 heures et régit certains processus physiologiques comme le sommeil et l’alimentation. Autrement dit, cette horloge interne vous envoie un signal lorsqu’il est temps de manger ou de dormir.

Rythme circadien : des risques de cancers s’il est perturbé

Cependant, “si vous avez un travail ou un horaire qui perturbe votre rythme circadien (en vous obligeant, par exemple, à demeurer éveillé la nuit et à dormir le jour, ou à travailler selon différents quarts qui modifient constamment vos périodes de sommeil et d’éveil), cela peut avoir des répercussions physiques négatives et accroître votre risque de problèmes de santé, y compris de cancer”, alerte la société canadienne du cancer. Par ailleurs, d’autres recherches ont montré que travailler de nuit pouvait augmenter le risque d’asthme, le diabète, les maladies cardiaques et les fausses-couches.

Travail de nuit : un risque accru d’erreurs et accidents ?

Pour limiter les effets secondaires de ce rythme de vie décalé, les chercheurs suggèrent aux personnes concernées de faire des siestes. Ils recommandent également d’assurer un suivi régulier de ces travailleurs de nuit. “La réduction des performances neurocomportementales chez les travailleurs de nuit pourrait jouer un rôle important dans les blessures et les erreurs liées au travail”, précise le Pr Alfred Bart, expert en psychologie et auteur principal de l'étude.

“Ce qui aurait des répercussions sur la santé et la sécurité au travail.” La société canadienne du cancer conseille aussi à ces personnes d’adopter un mode de vie sain. “(...) c’est-à-dire de bien manger, de faire de l’activité physique, de maintenir un poids santé, de ne pas fumer, de limiter leur consommation d’alcool et d’avoir un apport de vitamine D suffisant.”

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://oem.bmj.com/content/early/2022/01/19/oemed-2021-107847

https://cancer.ca/fr/cancer-information/reduce-your-risk/be-safe-at-work/shift-work-and-the-circadian-rhythm

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.